L’en­fant de Mont­che­vreuil a fait son trou au Bar­ça

Clé­ment Len­glet, qui a dé­bu­té dans un club de l’Oise, est au­jourd’hui ti­tu­laire au FC Bar­ce­lone.

Le Parisien (Oise) - - SPORTS - PAR VINCENT MELOSCI

UN TER­RAIN sans tri­bunes. En sur­plomb de l’une des lignes de touche, on dis­tingue un champ dé­li­mi­té par un fil de fer bar­be­lé. Un ru coule entre les gué­rites des joueurs et une église. C’est là, à Fres­neaux-Mont­che­vreuil, une com­mune de l’Oise de 776 ha­bi­tants, que tout a com­men­cé pour Clé­ment Len­glet. C’est dans ce stade cham­pêtre, à des an­nées-lu­mière du Camp Nou, où il évo­lue de­puis son trans­fert à Bar­ce­lone le 12 juillet, que le dé­fen­seur cen­tral de 23 ans a com­men­cé à ta­cler et à drib­bler. C’était il y a dix-neuf ans.

Des pre­miers pas qui l’ont conduit jus­qu’aux som­mets. Ceux de la Li­ga, dont il est lea­der avec le Bar­ça avant le der­by contre l’Es­pa­nyol, ce soir. L’an­cien mi­not de l’AS Mont­che­vreuil a même été en­cen­sé par le coach Er­nes­to Val­verde mar­di. « Avec les bles­sures de Ver­mae­len et Um­ti­ti, a in­di­qué le coach, Len­glet a pris de l’im­por­tance. Pour nous, c’est un luxe d’avoir un tel joueur. Il est en train de de­ve­nir fon­da­men­tal. »

Des com­pli­ments qui ne sur­prennent pas les proches du na­tif de Beau­vais. « Il est très car­ré dans sa tête, il sait ce qu’il veut, in­dique l’un de ses amis d’en­fance, Mat­thieu Ques­mel, avec qui il a joué à Mont­che­vreuil (2001- 2007) et à Chan­tilly (2007-2010). Il a une hy­giène de vie im­pec­cable, c’est li­mite un moine. » Un exemple : son ob­ses­sion de la balance (83 kg pour 1,86 m). Presque un toc. « Il se pèse tous les jours et fait très at­ten­tion à ce qu’il mange, sou­ligne son père, Sé­bas­tien, an­cien mi­lieu de ter­rain. Il ne sort pas, il est très pro. Eric Abi­dal (NDLR : le di­rec­teur spor­tif de Bar­ce­lone) m’a dit qu’ils avaient ra­re­ment vu ça à cet âge-là. » Sur le compte Twit­ter de l’an­cien Bleuet (10 sé­lec­tions), une phrase en dit beau­coup sur lui : « On ne naît pas vain­queur, on le de­vient. »

« Dès son plus jeune âge, il avait pour ob­jec­tif de de­ve­nir pro, se sou­vient Ques­mel. Il était dif­fé­rent des autres. Il avait un très bon pied gauche, mais il ne s’en est pas conten­té. Cer­tains pré­fé­raient al­ler voir des co­pains ou jouer à la PS, lui s’en­traî­nait dans son jar­din avec son père et ses frères. Il en fai­sait plus que tout le monde. »

« Il est ar­ri­vé à 4 ans, confie son pre­mier en­traî­neur, Mar­tial Désumeur, éga­le­ment son grand-oncle. Il était plus pe­tit que les autres à l’époque, on le fai­sait jouer avec des ga­mins de 7 ans. Il était plus doué, il n’y a pas mystère. On le met­tait en nu­mé­ro 10. Il n’était pas per­son­nel du tout. » Voire trop al­truiste. « On le rous­pé­tait des fois parce qu’il au­rait pu mar­quer mais il fal­lait tou­jours qu’il fasse mar­quer un co­pain, pour­suit Désumeur. Il ne ti­rait ja­mais la cou­ver­ture à lui. »

C’est son coach en jeunes à Chan­tilly, Syl­vain Do­rard, qui l’a re­con­ver­ti la­té­ral gauche à son ar­ri­vée (20072008), puis dé­fen­seur cen­tral au bout de deux ans. « Il a eu le nez fin », glisse Sé­bas­tien Len­glet. Le dé­but d’une car­rière à la tra­jec­toire ré­so­lu­ment as­cen­dante qui l’a en­suite conduit à Nan­cy (de 2010 à fin 2016) et Sé­ville (de 2017 à juin 2018) avant de si­gner à Bar­ce­lone cet été avec une in­dem­ni­té de trans­fert es­ti­mée à 35,9 M€.

« Il est res­té tout simple », sou­ligne sa grand-tante, San­drine Désumeur. Lorsque son em­ploi du temps le lui per­met, il quitte ain­si sa mai­son de Sitges, au sud-ouest de Bar­ce­lone, où il vit avec son amie, pour ve­nir se res­sour­cer dans la mai­son fa­mi­liale du pe­tit vil­lage de Jouy-sous-Thelle, à quelques ki­lo­mètres de Mont­che­vreuil. « Il a tou­jours les mêmes co­pains, as­sure son père. Il sait d’où il vient, là-des­sus il ne chan­ge­ra vrai­ment ja­mais. »

« IL NE TI­RAIT JA­MAIS LA COU­VER­TURE À LUI » MAR­TIAL DÉSUMEUR, SON GRANDONCLE ET PRE­MIER EN­TRAέNEUR

Pour Clé­ment Len­glet, le dé­fen­seur du FC Bar­ce­lone, tout a com­men­cé à Fres­neaux-Mont­che­vreuil, une com­mune de l’Oise de 776 ha­bi­tants (ci-des­sus, sa li­cence en pous­sins, ci-des­sous, avec les jeunes du club).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.