CONCERT

Le Parisien (Oise) - - CULTURE -

« Pan pan pan... » lance Hen­ri Dès. « Qui est là ? » to­ni­true du tac au tac la Grande-Co­mé­die, à Pa­ris. « C’est la pe­tite Char­lotte », en­tonnent de concert l’ar­tiste et son pu­blic… « La Pe­tite Char­lotte » et son gâ­teau, c’est son hit, par­mi la mul­ti­tude de tubes que le sé­millant sep­tua­gé­naire en­chaîne avec une es­piè­gle­rie et un plai­sir in­tacts sur la scène du théâtre de la rue de Cli­chy, en ce dé­but d’après-mi­di de la se­maine der­nière. A 77 ans, le chan­teur suisse s’y est ins­tal­lé jus­qu’au 23 dé­cembre pour une sé­rie de concerts en so­lo, ver­sion in­ti­miste en gui­tare-voix par­faite pour ap­pré­cier le tour de chant. « Ben, me voi­là tout seul, s’amuse-t-il d’em­blée. J’ai l’im­pres­sion que je ne vais pas l’être long­temps. » In­tui­tion juste. Connais­sance pré­cise, plu­tôt, d’une salle ac­quise d’avance. Et vite conquise.

A peine jouées les pre­mières notes du « Beau Tam­bour » que la salle en­tonne in­té­gra­le­ment la pre­mière strophe… Il laisse faire, af­fi­chant un sou­rire ex­tra-large sous ses éter­nelles mous­taches blanches. « Je me de­mande à quoi je sers », sa­voure-t-il, avec pour seule com­pagne sa gui­tare — qu’il sa­lue­ra en fin de concert, tout comme son ta­lon gauche, ce­lui qui fait « pon pon » et bat la me­sure. Les pieds de la salle aus­si tapent le sol en rythme, comme les mains qui s’animent vite. Celles des tout-pe­tits, des pa­rents, des grands-pa­rents… On ras­semble ici trois gé­né­ra­tions de fans. Les plus jeunes vivent leur pre­mier concert, d’autres viennent s’abreu­ver à la source de leur en­fance. Et tous s’illu­minent au son des comp­tines drôles et joueuses.

Il y a l’en­joué « Po­ly­glotte », le tendre « Pa­pa mon bai­ser », la jo­lie « Ma pe­tite soeur », écrite à la nais­sance de sa fille et qui l’a dé­ci­dé à se lan­cer dans la chan­son pour en­fants. Dans la salle, si les pa­rents chantent par­fois plus — les ai­gus l’em­portent, les ma­mans sont plus as­si­dues —, les ga­mins ne sont pas en reste. Viennent en­core la « Chan­son pour mon chien » ou l’en­traî­nant « On ne ver­ra ja­mais »… En rap­pel, « les Bê­tises à l’école », qui pa­rade aus­si au som­met de ses hits, par­achève le suc­cès. Quoi de com­mun entre ce sol­dat al­lon­gé et cette jeune fille noire as­sise sur un banc ? Le même re­gard, ce­lui qui plonge à l’in­té­rieur de soi, ce­lui de « l’ul­tra­mo­derne so­li­tude » chan­tée par Sou­chon. Pour la pre­mière fois en France, le Bal ex­pose les cli­chés de Dave Heath (1931-2016), ta­len­tueux pho­to­graphe amé­ri­cain. Des pho­tos en noir et blanc, sur­tout des por­traits réa­li­sés dans les an­nées 1960, qui sai­sissent, sou­vent au mi­lieu de la foule, ces mo­ments qu’il qua­li­fie d’« ab­sor­be­ment ». On sai­sit le désar­roi d’une Amé­rique désen­chan­tée. Elle in­vite à notre propre in­tros­pec­tion.

Le chan­teur suisse de 77 ans se pro­duit sur scène en ver­sion gui­tare-voix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.