EX­PO­SI­TION

Le Parisien (Oise) - - CULTURE -

mu­sée Gus­tave Mo­reau (Pa­ris IXe), tlj sauf mar­di jus­qu’au 21 jan­vier, 5-7 €. www.mu­see-mo­reau.fr.

en 1898 peut-il avoir été abs­trait ? En théo­rie, non. L’abs­trac­tion se­rait née vers 1913. Pour­tant, l’ex­po­si­tion « Gus­tave Mo­reau : Vers le songe et l’abs­trait » pro­pose une autre piste. Elle se dé­voile dans la mai­son-ate­lier de l’ar­tiste, de­ve­nue mu­sée d’Etat après sa mort, un lieu in­croyable sur trois étages d’une vraie mai­son dans les­quels les ta­bleaux s’en­tassent comme de son vi­vant. On en a ra­jou­té pour l’ex­po­si­tion. Ce sont sou­vent des es­quisses ou « es­sais de cou­leur », comme di­sait le peintre — très loin de ses scènes his­to­riques ou sym­bo­listes —, qui semblent très mo­dernes. L’un des ta­bleaux res­semble à un Ro­th­ko, ré­vé­lé après la Se­conde Guerre mon­diale. L’as­so­cia­tion ne vient pas de nous, mais des concep­teurs de l’ex­po. Ces va­ria­tions au­tour d’une tache ou d’une cou­leur pas­sionnent par leur épure, et le fait qu’on ne sait pas si Mo­reau les ai­mait telles quelles, pré­cur­seur conscient de l’abs­trac­tion, ou si c’était pour lui des pré­pa­ra­tions. An­na­belle est une hi­ron­delle, qui quitte sa douce val­lée de Chevreuse pour « le grand voyage », cette mi­gra­tion qui mène de­puis la nuit des temps cette es­pèce pro­té­gée vers l’Afrique. Sur sa route se­mée d’em­bûches, la frêle hi­ron­delle est ai­dée par des ani­maux tru­cu­lents, Jo­sé le fu­ret, Irène la ba­leine… Cette jo­lie épo­pée ini­tia­tique, qui fait ri­mer bio­di­ver­si­té et so­li­da­ri­té, réunit tous les in­gré­dients d’un conte mu­si­cal réus­si: his­toire ori­gi­nale et simple (dès 5 ans), per­son­nages at­ta­chants, chan­sons ef­fi­caces et beaux des­sins. Elle ras­semble aus­si un cas­ting sans fautes: l’an­cien VRP Né­ry, Oli­via Ruiz, Alexis HK, Ma­gyd Cher­fi, Di­dier Wam­pas… réunis au­jourd’hui à Pa­ris pour un show unique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.