Le Parisien (Oise) : 2018-12-09

FAITS DIVERS : 13 : 13

FAITS DIVERS

Le Parisien | 13 9 DÉCEMBRE 2018 Sophie Gromb-Monnayeur est interdite d’expertise, suspectée de harcèlement moral dans son service à Bordeaux L’info en image et demi, Sophie Gromb-Monnayeur est contrainte au chômage technique. Le 16 octobre, la Cour de cassation a suspendu la renommée professeur de médecine légale, qui avait créé, en 2000 au CHU de Bordeaux, un centre d’accueil des victimes d’agressions unique en France. Elle doit aussi sa notoriété à sa participation à l’expertise médicale contestée qui avait conclu à l’altération des facultés mentales de Liliane Bettencourt en 2011. La responsable du pôle médico-judiciaire, aujourd’hui démantelé, est désormais interdite d’expertise. Selon l’ordonnance de la juridiction suprême de l’ordre judiciaire, elle ne peut plus appartenir à la liste nationale des experts de médecine légale, dans l’attente de la décision du conseil de discipline des personnels enseignants et hospitaliers. Les ennuis de Sophie Gromb-Monnayeur, née à Bordeaux il y a cinquante-huit ans, commencent le 27 juillet dernier. Ce jour-là, les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur prennent un arrêté pour la suspendre provisoirement de ses fonctions au CHU de Bordeaux « dans l’intérêt du service », avec interdiction d’entrer dans les locaux. dénonciation calomnieuse. Mais, sur la base de ce rapport, le parquet a ouvert une information judiciaire pour harcèlement moral. L’instruction a été délocalisée à Douai (Nord) en raison des liens de l’experte avec les magistrats locaux. Dans ce dossier sensible, le parquet n’a pas oublié un épisode de l’affaire Bettencourt. Les avocats des sept mis en examen avaient demandé il y a trois ans le dessaisissement des juges d’instruction, et notamment de Didier Gentil, en raison de sa proximité avec Sophie Gromb-Monnayeur. Elle était le témoin de sa femme lors de leur mariage. La professeur garde le silence, mais se défend avec acharnement, contestant les faits qui lui sont reprochés. Ses avocats, Mes Benoît Ducos-Ader et Arnaud Dupin, qui étaient également les conseils de Liliane Bettencourt lors du procès, déplorent que la présomption d’innocence de leur cliente ne soit pas plus respectée. Ils dénoncent également le point le plus problématique pour la carrière de leur cliente, désormais compromise, celui de la rapidité à prendre cette interdiction d’exercer. Juste avant la décision de la Cour de cassation, Sophie Gromb-Monnayeur était encore sollicitée par des magistrats bordelais pour réaliser des expertises. DE NOTRE CORRESPONDANT OLIVIER BERNARD À BORDEAUX (GIRONDE) Une information judiciaire est ouverte Ils se basent sur un rapport accablant dénonçant son management et la gestion de son service. Dans ce document de l’Inspection générale des affaires sociales et de l’administration de l’Education nationale, la souffrance au travail de ses équipes est longuement détaillée. Selon un proche du dossier, les témoignages évoquent pression, dénigrements et autoritarisme, de manière anonyme, ce que dénoncent les avocats de la professeur qui avait dirigé les travaux du collège d’experts médicaux désignés dans l’affaire Bettencourt. Sophie Gromb-Monnayeur a d’ailleurs déposé plainte pour JUSTICE ÉTATS-UNIS Il y aura un procès en appel dans l’affaire Sophie Lionnet, la jeune fille au pair tuée et retrouvée brûlée en septembre 2017 dans la maison de ses employeurs à Londres. Ces derniers, Sabrina Kouider et son compagnon Ouissem Medouni, avaient été condamnés par la justice britannique en juin 2018 à la perpétuité. Ils ont demandé un deuxième procès, ce qui a été accepté, selon le journal « l’Ardennais ». Il pourrait se tenir courant 2019. Un néonazi américain a été reconnu coupable de meurtre vendredi par un tribunal de Charlottesville (Virginie), dans l’est des Etats-Unis, seize mois après avoir tué une manifestante antifasciste qui protestait contre un rassemblement d’extrême droite dans la ville. En août 2017, James Fields, 21 ans, qui plaidait la légitime défense, avait foncé sur de manifestants au volant de sa voiture, tuant Heather Heyer, 32 ans, et blessant plusieurs personnes. Huit personnes arrêtées I.G. npdirectlp_ftp

© PressReader. All rights reserved.