Une sé­rie d’af­faires au Quai des Or­fèvres

Le Parisien (Oise) - - FAITS DIVERS - P.É.

UNE PRÉSUMÉE « tour­nante » im­pli­quant des po­li­ciers d’élite, qui plus est dans leurs bu­reaux : l’af­faire avait ébran­lé le my­thique 36, quai des Or­fèvres, an­cien siège de la po­lice ju­di­ciaire au­jourd’hui trans­fé­ré porte de Cli­chy. D’au­tant qu’à l’au­tomne 2015 les juges d’ins­truc­tion avaient me­né une vaste opé­ra­tion de pré­lè­ve­ments d’em­preintes gé­né­tiques au­près de 138 fonc­tion­naires de po­lice et em­ployés ayant tra­vaillé les 22 et 23 avril 2014. Les tests ADN, qui vi­saient à iden­ti­fier une trace in­con­nue re­trou­vée sur le sous-vê­te­ment d’Emi­ly S., s’étaient avé­rés né­ga­tifs.

DEUX PA­TRONS LIMOGÉS

En juillet 2014 éclate un autre scan­dale, cette fois à l’étage des stups : 52 kg de co­caïne, d’une va­leur mar­chande de 2 M€, ont dis­pa­ru du lo­cal des scel­lés. Iden­ti­fié par la vidéosurveillance, un po­li­cier du ser­vice, Jo­na­than Guyot, est mis en exa­men, écroué, puis condam­né à dix ans de pri­son en mars 2017. Le po­li­cier a tou­jours nié, la drogue n’a ja­mais été re­trou­vée.

Six mois plus tard, le pa­tron du 36, Ber­nard Pe­tit, est dé­mis de ses fonc­tions : il est soup­çon­né d’avoir ren­sei­gné l’an­cien pa­tron du GIGN Chris­tian Prou­teau dans une en­quête pour tra­fic d’in­fluence – ce qu’il a tou­jours nié. Avant lui, un autre pa­tron de la PJ pa­ri­sienne, Chris­tian Flaesch, soup­çon­né d’avoir li­vré des élé­ments sur une pro­cé­dure ju­di­ciaire en cours, avait été li­mo­gé. Il a été de­puis mis en exa­men pour vio­la­tion du se­cret de l’en­quête et en­trave aux in­ves­ti­ga­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.