La sa­ga Chan­tal Goya

Le Parisien (Oise) - - QQR - FRAN­ÇOIS ROUSSEAUX

« Moi, c’est comme Tin­tin : de 7 à 77 ans ». Alors qu’elle s’ap­prête à re­mon­ter sur scène avec « le Sou­lier qui vole », Chan­tal Goya, 76 ans, se ra­conte. L’in­ter­prète de « Pan­di Pan­da », née en In­do­chine, se rê­vait jour­na­liste. Mais à la fa­veur de plu­sieurs ha­sards, elle est de­ve­nue « in­ven­trice du mu­sic-hall pour en­fants » et une icône.

Un film avec Go­dard, qua­rante ans de scène, 17 al­bums, 700 pas­sages té­lé… que Goya com­mente aux cô­tés de son ma­ri et pyg­ma­lion Jean-

23 : 50

Jacques De­bout. Elle ouvre les portes de son han­gar à cos­tumes pour ce por­trait sans nuance ni voix off. Presque une sa­ga, avec des ex­traits de spec­tacles, des scènes les plus pres­ti­gieuses aux fêtes de vil­lages, jus­qu’aux ver­sions élec­tro de « Bé­cas­sine » en boîte de nuit. Der­rière son per­son­nage de Ma­rie-Rose, la femme se livre, évoque ses pa­rents, son édu­ca­tion « sys­tème D », et sa par­ti­ci­pa­tion à l’émis­sion « le Jeu de la vé­ri­té » en 1985 : « C’était pour me vi­rer. » Elle est tou­jours là.

« INDOMPTABLE CHAN­TAL GOYA », do­cu­men­taire de San­drine Du­ma­rais. 52 min.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.