Ces drones vont bien­tôt lut­ter contre les cam­brio­lages

Une jeune so­cié­té de sé­cu­ri­té pri­vée im­plan­tée dans le Noyon­nais pro­pose un ser­vice d’aé­ro­sur­veillance. Plus ra­pide, plus sûr, plus pré­cis, le dis­po­si­tif pour­rait sé­duire les en­tre­prises.

Le Parisien (Oise) - - L’OISE MATIN - PAR ALEXIS BISSON ARRYSSON COVEMACKER, DI­RI­GEANT DE PRO­TEC­TION SÉ­CU­RI­TÉ MAXI­MUM @lePa­ri­sien_60

Il est uti­li­sé dans l’agri­cul­ture, dans l’im­mo­bi­lier, dans les li­vrai­sons à do­mi­cile ou en­core pour les in­ter­ven­tions de se­cours… Le drone veut dé­sor­mais se faire une place dans le monde… de la sur­veillance. C’est en tout cas le pa­ri fait dans l’Oise par une jeune so­cié­té de sé­cu­ri­té pri­vée et de gar­dien­nage, Pro­tec­tion sé­cu­ri­té maxi­mum.

L’en­tre­prise, im­plan­tée à Ber­lan­court, en­tend bien s’en­gouf­frer dans l’aé­ro­sur­veillance dans les mois à ve­nir. Le prin­cipe : en cas d’ef­frac­tion au sein d’une en­tre­prise ou d’un site in­dus­triel, un agent, présent sur place et for­mé au té­lé­pi­lo­tage, di­rige l’aé­ro­nef en di­rec­tion de la zone où l’alarme s’est dé­clen­chée. Pour l’heure, la so­cié­té est la seule à pro­po­ser cette offre de ser­vice dans les Hauts-de-France. « C’est un do­maine en­core no­va­teur, mé­con­nu, mais qui va ex­plo­ser dans les an­nées à ve­nir », pa­rie Arrysson Covemacker, le di­ri­geant de la so­cié­té. Samedi, le di­ri­geant or­ga­ni­sait, en par­te­na­riat avec la so­cié­té Drones d’école, une dé­mons­tra­tion sur le par­king du Au­chan drive de Noyon. Avec l’am­bi­tion de dé­mon­trer au grand pu­blic et au monde de l’en­tre­prise l’in­té­rêt de la sur­veillance par drone. « Ce cou­plage de sé­cu­ri­té et de tech­no­lo­gie est une vraie plus-va­lue, as­sure Arrysson Covemacker. C’est d’abord un gain de temps en termes d’in­ter­ven­tion. Une ronde, pour un gar­dien, c’est en­vi­ron 20 mi­nutes. Là, il ne faut plus que quelques se­condes. »

Autre avan­tage, en cas d’in­tru­sion de mal­fai­teurs sur un site, le drone per­met d’iden­ti­fier au mieux les in­di­vi­dus, sans ex­po­ser le gar­dien. Sur­tout, l’en­gin dis­pense la so­cié­té de mul­ti­plier le nombre de ca­mé­ras de vidéosurveillance sur un même site. « D’au­tant qu’au­jourd’hui, la ca­mé­ra ne fait plus peur, elle s’est banalisée et peut être contour­née, sou­ligne le gé­rant. Le drone, lui, ap­porte une pré­sence qui peut-être dis­sua­sive. » L’offre de la so­cié­té noyon­naise s’adresse en prio­ri­té aux sites in­dus­triels, aux hy­per­mar­chés, aux plates-formes lo­gis­tiques ou en­core aux pa­trons de pe­tites et moyennes en­tre­prises.

Pour l’heure, au­cun contrat n’a en­core été si­gné, mais des contacts sont en­ga­gés avec des so­cié­tés du dé­par­te­ment. Le dis­po­si­tif pour­rait ain­si sé­duire Ther­mal pro­ducts, im­plan­tée à Guis­card. Entre les rondes, les dé­tec­teurs et les ca­mé­ras dé­ployées sur son site de 6 500 ha, l’en­tre­prise dé­pense un bud­get « consé­quent » pour sa sé­cu­ri­té chaque mois. « Dans l’idée, le prin­cipe est plu­tôt sé­dui­sant, ap­puie Fa­brice Ro­ga­tions, son di­rec­teur. Si ça per­met de rem­pla­cer un gar­dien clas­sique et de ré­duire le temps de ronde, je dis pour­quoi pas. Il fau­drait pou­voir ré­flé­chir à un par­te­na­riat avec notre so­cié­té de gar­dien­nage. »

Bien­tôt, les pre­miers agents de sur­veillance em­ployés par Pro­tec­tion sé­cu­ri­té maxi­mum se­ront for­més au té­lé­pi­lo­tage par la so­cié­té Drones d’école, im­plan­tée sur le cam­pus Ino­via, à Noyon. Pour son di­ri­geant, Yan Hé­lin, l’in­té­rêt du drone pour la sur­veillance est une évi­dence : « Je suis même sur­pris que ce ser­vice ne soit pas ar­ri­vé plus tôt, confie le pro­fes­sion­nel. Le po­ten­tiel est pour­tant énorme. C’est la preuve qu’au­jourd’hui, il n’est plus per­çu comme une me­nace mais comme un nou­veau ser­vice. »

« LA CA­MÉ­RA NE FAIT PLUS PEUR, ELLE S’EST BANALISÉE »

Noyon, samedi. L’offre de la so­cié­té Pro­tec­tion sé­cu­ri­té maxi­mum s’adresse en prio­ri­té aux sites in­dus­triels, aux hy­per­mar­chés ou en­core aux plates-formes lo­gis­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.