Il en­chaîne les passes et les vannes

Jean-Claude Mua­ka, joueur et en­traî­neur ad­joint de Vaux-La Ro­chette, est hu­mo­riste.

Le Parisien (Paris) - - ÉCO -

« HEY, JEAN-CLAUDE, je peux faire un sel­fie avec toi ? » « Pas de pro­blème », ré­pond en sou­riant Jean-Claude Mua­ka à l’ado qui vient de le re­con­naître à la ter­rasse d’un ca­fé, place Saint-Jean, à Me­lun. Dans son spec­tacle « One Man Cos­taud », tous les ven­dre­dis et sa­me­dis à 19 heures à l’Apol­lo Théâtre (Pa­ris XIe), l’hu­mo­riste de 32 ans, adepte des salles de sport, prône l’amour et la to­lé­rance. Deux va­leurs fon­da­men­tales qu’il érige aus­si en règles dans le foot, son autre pas­sion, à Vaux-La Ro­chette.

Bles­sé (cla­quage à une cuisse) à l’en­traî­ne­ment lun­di der­nier, Coach Mua­ka (son sur­nom dans ses vi­déos) se­ra l’ad­joint de Clé­ment Mer­rien sur le banc contre Sainte-Ge­ne­viève (N 2) au­jourd’hui, lors du 5e tour de la Coupe de France. « Je sup­porte le PSG, comme mon père, af­firme ce­lui qui a si­gné sa pre­mière li­cence à Vaux-le-Pé­nil à 13 ans. Mon idole, c’est Mis­ter George

(Weah). Je ne l’ai ja­mais ren­con­tré, sauf sur PlayS­ta­tion ! »

« Othel­lo » ver­sion hip-hop

Né à Ville­neuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), de pa­rents congo­lais (père mé­de­cin gé­né­ra­liste et mère aide-soi­gnante), l’aî­né des cinq en­fants du couple s’oriente vers la comp­ta­bi­li­té. Mais dé­couvre sa vo­ca­tion théâ­trale grâce à son prof de fran­çais.

A la fac, il monte sur les planches deux heures par se­maine. Un jour, on lui pro­pose de pas­ser un cas­ting, qu’il réus­sit, pour jouer au Fes­ti­val d’Avi­gnon le pre­mier rôle dans un clas­sique. En­fin presque. « C’était Othel­lo de Sha­kes­peare, mais dans une ver­sion hi­phop mise en scène par Eric Chec­co. Il m’a ap­pris le mé­tier en six mois. »

L’an­née 2015 marque en­fin un tour­nant dans sa car­rière, avec la concré­ti­sa­tion de son one-man-show au style très éner­gique : « Je donne beau­coup de ma per­sonne. Comme un joueur de foot, je gère mes temps forts et mes temps faibles. Au-de­là de mes ori­gines, je parle d’abord de moi et de la France. On est dans un pays cos­mo­po­lite et il ne faut pas en avoir honte. Mon mes­sage de to­lé­rance n’est pas un cli­ché. En tant qu’adulte, je dois le por­ter aux jeunes. »

Pa­ral­lè­le­ment, il en­dosse sur les ré­seaux so­ciaux le maillot de Coach Mua­ka, un prof de fit­ness bar­ré entre le ty­ran et le gros nou­nours : « Je tour­nais par­tout dans Me­lun et sur­tout dans ma salle de sport, avec des potes et des in­con­nus ren­con­trés par ha­sard. » Mais dans l’une de ses vi­déos, le coach en­traîne Fa­brice Pan­crate et Fré­dé­ric Pi­quionne. Les deux ex-foot­bal­leurs veulent se re­mettre en forme car Di­dier Des­champs les veut en équipe de France !

Pas­sé à Avi­gnon (avec Elie Se­moun et Gil Al­ma), en tour­née avec le Ja­mel Co­me­dy Club (un an), Jean-Claude Mua­ka re­con­naît qu’il ne peut pas plaire à tout le monde, no­tam­ment à Ca­the­rine Bar­ma, membre du ju­ry d’« On n’de­mande qu’à en rire », où il sort après… deux émis­sions. « Il y a de la place pour tout le monde quand on a une ap­proche dif­fé­rente de l’hu­mour, consi­dè­ret-il. Ce que je veux, c’est ra­con­ter des his­toires. » Et au ci­né­ma. Après « Sous le même toit » et « Neuilly sa mère, sa mère ! », il se­ra dans « An­na », le pro­chain film de Luc Bes­son (sor­tie pré­vue en 2019), où il en­dos­se­ra le cos­tume d’un… ban­quier suisse !

Adepte de foot et de salles de sport, Jean-Claude Mua­ka se pro­duit seul en scène de­puis 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.