Ce gé­nie a chan­gé le cours de l’his­toire

Le Parisien (Paris) - - HIPPISME - S.M.

✪✪✪✪✪

« LA MAC­HINE DE TURING », à par­tir du 4 oc­tobre, au Théâtre Mi­chel (Pa­ris VIIIe). De 30 à 49 €. 01.42.65.35.02.

Un ré­cit pas­sion­nant, drôle et poi­gnant, deux co­mé­diens pré­cis, une mise en scène fluide avec ce qu’il faut de vi­déos et d’élan, cette « Mac­hine de Turing » est une mé­ca­nique bien ré­glée. A peine mise en route, elle en­traîne le spec­ta­teur dans l’in­ti­mi­té d’Alan Turing, gé­nie bri­tan­nique qui n’a pas eu la gloire qu’au­rait mé­ri­tée son ap­port au monde.

Le ma­thé­ma­ti­cien a chan­gé le cours de l’his­toire et fa­ci­li­té la vic­toire des Al­liés en bri­sant les codes d’Enig­ma, la mac­hine de cryp­tage na­zie. Ses tra­vaux ou­vrirent aus­si la voie à l’in­for­ma­tique. Seule­ment, on lui im­po­se­ra le si­lence après-guerre et son amour des gar­çons lui vau­dra une condam­na­tion à la cas­tra­tion chi­mique. C’est à cette époque que dé­bute le ré­cit. Ve­nu por­ter plainte pour un vol per­pé­tré par un amant, le scien­ti­fique s’em­pêtre.

Entre autres rôles — il in­carne tous les autres per­son­nages du spec­tacle —, Amau­ry de Crayen­cour est ce po­li­cier cher­chant à en sa­voir da­van­tage sur ce sin­gu­lier vi­si­teur. Avec lui, on va ap­prendre à connaître le gé­nie, re­mon­tant par­fois le temps pour dé­cou­vrir un en­fant ti­mide et bègue, rê­veur hu­mi­lié qui se ré­fu­gie­ra dans les ma­thé­ma­tiques.

Re­gard bleu per­çant et dic­tion sac­ca­dée, ner­vo­si­té jus­qu’au bout des ongles ron­gés, hu­mour brillant et grin­çant de ce­lui qui se dé­fend, ac­cu­lé, Be­noit So­lès est pro­di­gieux en Alan Turing. Mise en scène par Tris­tan Pe­tit­gi­rard, la pièce de So­lès — qui a fait l’una­ni­mi­té à Avi­gnon — brosse un por­trait sen­sible du vi­sion­naire in­com­pris à qui l’on n’a ren­du que tar­di­ve­ment jus­tice.

Be­noit So­lès (à gauche) est épa­tant dans la peau d’Alan Turing.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.