Co­per­nic fa­ci­lite la dé­mo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive

La start-up pro­pose aux com­munes et aux can­di­dats aux mu­ni­ci­pales un ou­til afin de tes­ter leurs idées au­près des ha­bi­tants à tra­vers des consul­ta­tions.

Le Parisien (Paris) - - SUPPLÉMENT - PA▶ VIC­TOR TASSEL

Quand la dé­mo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive de­vient une réa­li­té. La start-up Co­per­nic, fon­dée en oc­tobre der­nier, a dé­ve­lop­pé une so­lu­tion pour que les col­lec­ti­vi­tés lo­cales et can­di­dats aux pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales sondent les ad­mi­nis­trés. Une sorte de grand dé­bat per­pé­tuel, où les ci­toyens prennent part aux dé­ci­sions. « La di­men­sion par­ti­ci­pa­tive est de­ve­nue in­con­tour­nable en po­li­tique. Avant, seule une poi­gnée de per­sonnes avait une au­dience dans la so­cié­té. Avec les ré­seaux so­ciaux, tout le monde peut émettre son avis, re­lève Gautier Gui­gnard, fon­da­teur de Co­per­nic. Il faut une so­lu­tion pour construire des dé­ci­sions col­lec­tives. »

Co­per­nic per­met de réa­li­ser des consul­ta­tions sur tous les pé­ri­mètres de la po­li­tique d’une

si ce qui est le plus sou­hai­té par les ha­bi­tants. Jus­qu’à tom­ber dans le clien­té­lisme ? « Non, c’est à la col­lec­ti­vi­té de trou­ver le bon équi­libre, mar­tèle Gautier Gui­gnard. Cer­taines dé­ci­sions sont utiles mais im­po­pu­laires. C’est à l’élu de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés et d’as­su­mer. »

Gautier Gui­gnard a ti­ré l’idée de Co­per­nic de son ex­pé­rience per­son­nelle. An­cien conseiller mu­ni­ci­pal d’Agen (Lot-et-Ga­ronne), il a été, entre 2014 et 2017, en charge de la cam­pagne di­gi­tale de Fran­çois Fillon, can­di­dat (LR) à la der­nière élec­tion pré­si­den­tielle. « Nous re­ce­vions des mil­liers de contri­bu­tions et de com­men­taires sans que l’on puisse faire une syn­thèse ef­fi­cace. Ce­la a été une vraie frus­tra­tion, confie-t-il. Je vou­lais créer un ou­til clair, simple d’uti­li­sa­tion. »

La so­lu­tion, mise en ligne à la mi-mars, est ven­due sous forme d’un abon­ne­ment men­suel, entre une cen­taine d’euros et un peu plus de 1 000 € aux col­lec­ti­vi­tés et can­di­dats. « Ce­la dé­pend de la taille de la ville et des op­tions sou­hai­tées : le nombre de thé­ma­tiques, de consul­ta­tions, de pour-contre, etc. », dé­taille le fon­da­teur. Pré­sent au sa­lon des maires d’Ile-de-France, Gautier Gui­gnard es­père at­ti­rer une cen­taine de clients d’ici l’été. Avant de « chan­ger de di­men­sion » en re­cru­tant une di­zaine de dé­ve­lop­peurs et de­si­gners au deuxième se­mestre 2019.

Gautier Gui­gnard a in­ven­té un ou­til nu­mé­rique qui fa­ci­lite le re­cueil et la syn­thèse des avis des ha­bi­tants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.