Sé­bas­tien Ar­sac

CO­FON­DA­TEUR DE L214, RES­PON­SABLE DES CAM­PAGNES

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - PRO­POS RECUEILLIS PAR ÉMILIE TORGEMEN

Pour­quoi ré­cla­mer l’in­ter­dic­tion de l’abat­tage sans étour­dis­se­ment ?

Parce que tuer sans étour­dir l’ani­mal au préa­lable le fait beau­coup plus souf­frir. En Eu­rope, l’étour­dis­se­ment des ani­maux est obli­ga­toire avant leur sai­gnée. L’abat­tage ri­tuel sans étour­dis­se­ment n’est qu’une dé­ro­ga­tion.

Le Ras­sem­ble­ment na­tio­nal (RN) s’op­pose lui aus­si à l’abat­tage ri­tuel. Etes-vous sur la même ligne ?

Non. La po­si­tion de ce par­ti est mal­hon­nête. Il agite cette ques­tion avec des sous-en­ten­dus an­ti­mu­sul­mans.

On n’en­tend en re­vanche pas le RN sur les souf­frances hor­ribles in­fli­gées aux oi­seaux par les chas­seurs à la glu. Chez L214, nous sommes co­hé­rents. C’est notre job d’as­so­cia­tion de dire les choses comme elles sont. On ne veut pas se cen­su­rer. Sans comp­ter que beau­coup de mu­sul­mans et de juifs de France se sentent aus­si concer­nés par le bie­nêtre ani­mal. Leur ou­vrir les yeux sur ce qu’il se passe dans les abat­toirs est im­por­tant. Et on ne veut pas se cen­su­rer.

La dé­fense des ani­maux ne s’op­pose-t-elle pas à la li­ber­té re­li­gieuse ?

Bien sûr que non. D’ailleurs, le res­pect de l’ani­mal fait par­tie de l’éthique re­li­gieuse juive, chré­tienne et mu­sul­mane. Bien sou­vent, pour jus­ti­fier l’abat­tage ri­tuel, des mu­sul­mans et des juifs de bonne foi ex­pliquent que les sa­cri­fi­ca­teurs for­més font moins souf­frir que l’abat­tage avec étour­dis­se­ment. C’est faux ! Nos vi­déos à l’abat­toir de So­be­val montrent, par exemple, des gestes de ci­saille­ment qui pro­longent la souf­france de l’ani­mal, au lieu d’une sai­gnée franche. Les mu­sul­mans ou les juifs qui vou­draient res­pec­ter de fa­çon stricte leurs pres­crip­tions re­li­gieuses ne de­vraient même pas man­ger les pou­lets is­sus des éle­vages in­ten­sifs puisque toute leur vie n’est que souf­france.

Quelle so­lu­tion ont-ils ? De­ve­nir vé­gé­ta­riens ?

C’est une pos­si­bi­li­té. D’ailleurs, en Is­raël, pays où la conscience du bien-être ani­mal est très dé­ve­lop­pée, il y a un très im­por­tant mou­ve­ment vé­gane. Mais il existe des com­pro­mis. Le Con­seil éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal (Cese) vient de rendre un avis où il pro­pose de pra­ti­quer l’étour­dis­se­ment juste après la sai­gnée. Il faut aus­si no­ter qu’un cer­tain nombre de pays mu­sul­mans comme l’In­do­né­sie ac­ceptent que les ani­maux soient étour­dis pour pro­duire de la viande ha­lal. En France, l’es­sen­tiel des pou­lets ha­lal est pas­sé dans un bain élec­tri­fié avant d’être sai­gné, c’est une forme d’anes­thé­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.