Des fi­lières sui­vies de près

Pour les agri­cul­teurs, les in­dus­triels de l’agroa­li­men­taire et les dis­tri­bu­teurs, la Note glo­bale per­met de don­ner de la vi­si­bi­li­té à des bonnes pra­tiques par­fois mé­con­nues des consom­ma­teurs.

Le Parisien (Paris) - - SPECIAL -

FRAN­ÇOIS VALY le re­con­naît : la frus­tra­tion gagne, par­fois, les rangs des éle­veurs de porcs. Ex­ploi­tant dans le Mor­bi­han, il constate : « Les avan­cées que nous réa­li­sons pour le bien-être ani­mal ne sont pas per­çues par les consom­ma­teurs. Pour­tant, beau­coup a été fait. »

Ex­po­si­tion à la lu­mière au moins 8 heures par jour, pré­sence d’ob­jets ma­ni­pu­lables pour les ani­maux dans les bâ­ti­ments pour sa­tis­faire leur be­soin de mâ­chon­ner : la ré­gle­men­ta­tion a im­po­sé au fil des ans nombre d’évo­lu­tions aux pro­fes­sion­nels. « Dans le même temps, nous avons me­né beau­coup d’autres ac­tions comme la di­mi­nu­tion sen­sible du re­cours aux an­ti­bio­tiques », ex­plique-t-il. Alors, le lan­ce­ment d’une éva­lua­tion des per­for­mances so­cié­tales est pour lui un mo­tif d’es­poir : « Ce­la pour­rait per­mettre aux consom­ma­teurs de mieux me­su­rer les eforts que nous fai­sons au quo­ti­dien. »

Va­lo­ri­ser les eforts

Ad­hé­rente à la Note glo­bale, la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale por­cine que Fran­çois Valy pré­side sou­haite éga­le­ment que le nou­veau dis­po­si­tif mette en avant « l’ori­gine France » des pro­duits. « Der­rière elle, il y a un vrai sa­voir-faire mais aus­si des em­plois », re­lève l’éle­veur qui es­père que la qua­li­té ain­si re­con­nue per­met­tra de re­voir à la hausse les prix pra­ti­qués par les éle­veurs.

Pro­mou­voir une pro­duc­tion de qua­li­té : voi­là un ar­gu­ment qui parle à Phi­lippe Le­seure, di­rec­teur des fi­lières à la Lai­te­rie Saint-De­nis-del’Hô­tel (Loi­ret). « Une dif­fé­rence doit être faite, dans les rayons, entre un lait fran­çais au­tour du­quel ont été pris de nom­breux en­ga­ge­ments et un autre sans cri­tère de qua­li­té ve­nant d’Al­le­magne ou de Bel­gique. » Et, à ses yeux, « la Note glo­bale est la clé d’en­trée idéale ». Sa so­cié­té a re­joint l’ini­tia­tive en jan­vier der­nier. « Nous avons mis en place beau­coup de dé­marches de­puis de nom­breuses an­nées, ex­plique-t-il. Il nous sem­blait donc op­por­tun qu’une in­di­ca­tion per­mette aux consom­ma­teurs de com­prendre ra­pi­de­ment qu’un pro­duit était en­ga­gé et qu’il res­pec­tait de nom­breux cri­tères. » Des ini­tia­tives ont par exemple été prises dans les fermes des éle­veurs four­nis­sant le lait (ani­maux mis au pâ­tu­rage, ali­men­ta­tion sans OGM, etc.).

D’autres pro­jets ont aus­si été lan­cés au sein de la lai­te­rie, « pour amé­lio­rer tout à la fois les consom­ma­tions d’éner­gie, le re­cy­clage des pro­duits et l’em­preinte car­bone de nos uni­tés », in­dique Phi­lippe Le­seure. Au­tant d’ini­tia­tives qui, es­père-t-il, fe­ront grim­per la note des laits sous marque dis­tri­bu­teur qui sortent de ses usines et qui se­ront bien­tôt éva­lués.

Mieux consom­mer

Chez Au­chan, c’est no­tam­ment le pou­let Ly­ré fer­mier, ex­clu­si­ve­ment dis­tri­bué par l’en­seigne, qui se­ra sou­mis à la no­ta­tion. L’oc­ca­sion pour le dis­tri­bu­teur de mettre en avant l’une de ses « fi­lières res­pon­sables » au sein de la­quelle de nom­breux en­ga­ge­ments ont été pris. « Les éle­veurs ins­tallent par exemple des per­choirs à dis­po­si­tion des pou­lets, ex­plique Fran­çois de Bel­laigue, di­rec­teur pro­duits des mé­tiers de bouche chez Au­chan Re­tail France. Des ini­tia­tives sont éga­le­ment prises pour l’en­vi­ron­ne­ment, comme la plan­ta­tion de haies fa­vo­ri­sant la bio­di­ver­si­té. »

Au­chan as­sure tra­vailler éga­le­ment à « la construc­tion du prix des vo­lailles : il est in­dexé sur le cours des cé­réales, ce qui ga­ran­tit à l’éle­veur une vi­si­bi­li­té sur ses re­ve­nus », pour­suit-il. La note glo­bale per­met donc, à ses yeux, de « va­lo­ri­ser tous les eforts qui sont me­nés tout au long de la chaîne ». Mais elle doit aus­si ai­der les clients pré­sents dans les rayons à avoir « une vi­sion com­plète et claire » de la qua­li­té des pro­duits. « De quoi leur per­mettre de mieux consom­mer. »

Per­mettre aux consom­ma­teurs de mieux me­su­rer les eforts que nous fai­sons au quo­ti­dien ”

Les ini­tia­tives de la Lai­te­rie Saint-De­nis-de-l’Hô­tel pour amé­lio­rer son bi­lan car­bone se­ront prises en compte pour dé­ter­mi­ner la note de ses laits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.