Le per­son­nel de l’hô­pi­tal psy­chia­trique « tombe comme des mouches »

Le pa­villon des peu­pliers — ré­ser­vé aux in­ter­ne­ments de longue du­rée — est tou­ché de plein fouet par le Co­vid-19. De­puis lun­di, près de 80 % du per­son­nel soi­gnant est en ar­rêt ma­la­die.

Le Parisien (Paris) - - SPÉCIALCOR­ONAVIRUS - PAR OLI­VIA VILLAMY

LA PA­NIQUE a ga­gné les cou­loirs du pe­tit pa­villon en briques rouges des an­nées 1960. Dans l’uni­té des Peu­pliers de l’hô­pi­tal psy­chia­trique de Ville-Evrard, qui ac­cueille 16 pa­tients « longue du­rée », le per­son­nel soi­gnant est aux abon­nés ab­sents. L’éta­blis­se­ment est tou­ché de plein fouet par le co­ro­na­vi­rus.

De­puis jeu­di der­nier, les ar­rêts ma­la­dies tombent par vagues suc­ces­sives. Sur les 22 pro­fes­sion­nels de san­té qui in­ter­viennent au quo­ti­dien dans cette uni­té spé­cia­li­sée (in­fir­miers, aides-soi­gnants, psy­cho­mo­tri­ciens…), seuls quatre sont en­core en ac­ti­vi­té.

« On est en très grande dif­fi­cul­té »

« Il reste deux in­fir­mières, un aide mé­di­co-psy­cho­lo­gique et un agent de ser­vice hos­pi­ta­lier », nous dé­taille un membre du per­son­nel qui a sou­hai­té gar­der l’ano­ny­mat. Une baisse des ef­fec­tifs qui plonge le ser­vice dans une si­tua­tion grave et in­édite.

« On est en très grande dif­fi­cul­té », nous confirme Laurent Vas­sal, mé­de­cin et chef de pôle au sein de l’hô­pi­tal psy­chia­trique de Neuilly-surMarne.

« On ne s’y at­ten­dait pas, souffle-t-il au té­lé­phone. C’est un pa­villon ré­ser­vé aux pa­tients ré­sis­tants aux trai­te­ments. Des longs sé­jours, de plu­sieurs mois voire plu­sieurs an­nées. A quelques ex­cep­tions près, ils quittent ra­re­ment le bâ­ti­ment. Et là on se re­trouve avec un mi­ni-clus­ter et 80 % du per­son­nel en ar­rêt ma­la­die. »

Les élèves in­fir­miers ré­qui­si­tion­nés

Un foyer épi­dé­mique qui me­nace gra­ve­ment le fonc­tion­ne­ment du ser­vice. « On cherche des so­lu­tions pour re­dé­ployer du per­son­nel d’autres pa­villons. On se dé­merde », ex­plique-t-il.

En qua­rante ans de car­rière au sein de Ville-Evrard, il n’avait ja­mais été confron­té à une telle si­tua­tion. « On est face à des pa­tients qui sont dé­jà très fra­giles », confie le mé­de­cin qui craint que l’épi­sode n’en dé­sta­bi­lise cer­tains. Un pa­villon com­po­sé d’une di­zaine de lits a été ré­qui­si­tion­né pour ac­cueillir les pa­tients de l ’e n s e m ble de l’hô­pi­tal pré­sen­tant des symp­tômes du Co­vid-19. Deux pa­tients dont l’état s’est ra­pi­de­ment dégradé, ont été trans­fé­rés vers les hô­pi­taux voi­sins de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) et de Mont­fer­meil.

Un autre pa­villon sert de tam­pon, pour ac­cueillir les nou­veaux ve­nus, po­ten­tiel­le­ment por­teurs du vi­rus. « On a réus­si à avoir quelques tests de­puis ven­dre­di der­nier donc on peut tes­ter ceux qui pré­sentent les symp­tômes. »

Si la source de la conta­mi­na­tion n’a pas en­core été dé­ter­mi­née. Des membres de l’équipe soi­gnante dé­noncent « le manque de pré­ven­tion et de ma­té­riel ».

« C’était comme si le vi­rus sé­vis­sait à l’ex­té­rieur mais qu’on nous lais­sait dans une bulle où rien n’était fait pour nous pro­té­ger », lâche un soi­gnant. A la phar­ma­cie cen­trale, au­cun masque et au­cune sur­blouse, au­cun ma­té­riel de dé­sin­fec­tion non plus. « On nous a lais­sés tra­vailler jus­qu’à dix per­sonnes dans les ser­vices sans rien. Les seuls masques FFP1 étaient ré­ser­vés aux pa­tients pré­sen­tant les signes. Main­te­nant on tombe comme des mouches mais il ne faut pas s’éton­ner. »

En at­ten­dant de trou­ver une so­lu­tion, les élèves in­fir­miers ont été ré­qui­si­tion­nés pour as­su­rer les soins de bases aux ma­lades. « Ils se servent des étu­diants pour pal­lier le manque de pré­pa­ra­tion c’est la­men­table », dé­noncent cer­tains soi­gnants.

Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-De­nis). L’hô­pi­tal psy­chia­trique de Ville-Evrard ac­cueille 16 pa­tients « longue du­rée ». Sur les 22 pro­fes­sion­nels de san­té qui in­ter­viennent au quo­ti­dien dans cette uni­té spé­cia­li­sée, seuls quatre sont en­core en ac­ti­vi­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.