cinq jours après un dé­cès

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT­DU JOUR - C.S. * Au­teur du « Guide des en­quêtes dé­cès », Ed. Es­ka, 2011.

À L’INS­TI­TUT mé­di­co-lé­gal (IML) de Garches (Hauts-deSeine), mi-mars, des mé­de­cins lé­gistes ont trou­vé trace du Co­vid sur un corps cinq jours après le dé­cès. « Il s’agis­sait d’une per­sonne d’une soixan­taine d’an­nées, morte à do­mi­cile. Le Smur avait été ap­pe­lé, mais elle n’a pas sur­vé­cu, le par­quet a or­don­né une au­top­sie », ex­plique Geof­froy Lo­rin de la Grand­mai­son*, chef du ser­vice de mé­de­cine lé­gale à l’hô­pi­tal Ray­mond-Poin­ca­ré. L’IML de Garches pra­tique près de 700 au­top­sies par an. « Des symp­tômes évo­quaient une pos­sible in­fec­tion au Co­vid-19, nous avons donc réa­li­sé des pré­lè­ve­ments pul­mo­naires et la pré­sence du vi­rus a été ré­vé­lée par l’Ins­ti­tut Pas­teur. Même après un dé­lai de cinq jours entre le dé­cès et l’au­top­sie, il était dé­tec­table, in­siste le pro­fes­seur, alors que l’ARN (NDLR : l’acide li­bé­ré par le vi­rus) est une mo­lé­cule ha­bi­tuel­le­ment re­la­ti­ve­ment fra­gile en post-mor­tem. S’il avait été dé­gra­dé, il n’au­rait pas pu être bien dé­tec­té. »

Les cher­cheurs avaient dé­jà été sol­li­ci­tés. « Nous l’avions dé­jà fait concer­nant un homme d’ori­gine chi­noise, re­ve­nu de Chine en no­vembre et re­trou­vé mort chez lui en France », ex­plique l’ex­pert. Mais, après exa­men à Pas­teur, il s’agis­sait du vi­rus de la grippe. Le ca­davre au­top­sié en mars était-il conta­gieux ? « Pour le sa­voir, il fau­drait la réa­li­sa­tion d’ana­lyses vi­ro­lo­giques à type de cul­ture sur des pré­lè­ve­ments d’au­top­sie, avance le pro­fes­seur. L’éven­tua­li­té de­meure, y com­pris pour ceux qui pro­cé­de­raient à une toi­lette mor­tuaire. » Les risques de conta­mi­na­tion existent pour cer­tains agents in­fec­tieux, comme la tu­ber­cu­lose. Cette dé­cou­verte a en tout cas re­haus­sé d’un cran le de­gré de pro­tec­tion. « Nous sommes en­core plus at­ten­tifs. Même s’il s’agit d’un dé­cès suite à un ac­ci­dent de la route, nous sommes en te­nue com­plète avec un masque FFP2 dans la salle d’au­top­sie », conclut le pro­fes­seur Lo­rin de la Grand­mai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.