JO 2024 : un bas­sin unique pour le centre aqua­tique?

Deux pro­jets sont en concur­rence pour la construc­tion de la fu­ture pis­cine.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - PAR LE SER­VICE DES SPORTS

MAL­GRÉ LE CONFI­NE­MENT, le dos­sier du centre aqua­tique olym­pique qui sor­ti­ra de terre d’ici à 2024 à Saint-Denis avance, même si la date de va­li­da­tion du pro­jet n’est pas en­core connue. En dé­cembre der­nier, la Mé­tro­pole du Grand Pa­ris (MGP), qui dé­tient la maî­trise d’ou­vrage, avait re­pous­sé le choix du grou­pe­ment d’en­tre­prises char­gé de le construire et de l’ex­ploi­ter, en rai­son d’offres fi­nan­cières ju­gées trop im­por­tantes. De­puis, les grou­pe­ments ont re­vu leur co­pie. Se­lon nos in­for­ma­tions, ils sont deux (Bouygues as­so­cié à Dal­kiaEDF et Re­crea et Vin­ci construc­tion France as­so­cié à En­gie et UCPA) à avoir dé­po­sé une offre fi­nale, avant la date bu­toir du 12 fé­vrier 2020. Tou­jours se­lon nos in­for­ma­tions, les deux pro­jets pré­voient de vastes es­paces de re­mise en forme mais dif­fèrent sur l’or­ga­ni­sa­tion de l’es­pace com­pé­ti­tion. L’un des deux grou­pe­ments (Vin­ci) a pré­sen­té un dos­sier avec deux bas­sins dis­tincts : un de 23 x 25 m pour le plon­geon, un autre de 50 x 25 m (des­ti­né du­rant les Jeux aux épreuves de na­ta­tion ar­tis­tique et de wa­ter­po­lo). Il est pré­vu que les deux bas­sins soient sé­pa­rés par une plage fixe de 8 m.

L’autre pro­jet (Bouygues) ne pré­voit qu’un seul grand bas­sin d’en­vi­ron 70 m, avec des plates-formes mo­biles, per­met­tant de mo­du­ler la taille des bas­sins au gré des épreuves. Se­lon nos in­for­ma­tions, la MGP a pla­cé ce pro­jet en pole po­si­tion. L’op­tion, qui uti­lise moins d’es­pace et est moins coû­teuse en trai­te­ment des eaux, per­met­trait de faire une éco­no­mie d’en­vi­ron 10 mil­lions d’eu­ros (M€). Se­lon un ob­ser­va­teur ex­té­rieur, le concept, in­édit, ris­que­rait tou­te­fois ne pas re­ce­voir la va­li­da­tion de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de na­ta­tion (Fi­na), qui ho­mo­logue les pis­cines pour les com­pé­ti­tions. Un doute ba­layé par l’en­semble des ac­teurs du dos­sier. « La Fi­na ju­ge­ra les pro­jets lorsque tous les élé­ments tech­niques lui au­ront été trans­mis », pré­cise un proche du gou­ver­ne­ment.

Les pro­jets éva­lués aux alen­tours de 140 et 150 mil­lions d’eu­ros

Ac­tuel­le­ment, le dos­sier est en­core en phase d’étude, Bouygues étant le can­di­dat pres­sen­ti. « L’offre fi­nale re­te­nue de­vra bien évi­dem­ment per­mettre l’or­ga­ni­sa­tion des JO mais aus­si, dans le fu­tur, des com­pé­ti­tions in­ter­na­tio­nales (NDLR : deux Cham­pion­nats d’Eu­rope du­rant les 15 ans de conces­sion), as­sure-t-on à Pa­ris 2024. C’est un élé­ment cen­tral de l’hé­ri­tage spor­tif de cet équi­pe­ment. » Pen­dant le confi­ne­ment, Pa­ris 2024 pour­suit ses échanges avec le CIO sur les dif­fé­rents sites de com­pé­ti­tions, no­tam­ment le centre aqua­tique, dont les deux pro­jets lui ont été pré­sen­tés.

Le centre aqua­tique — l’une des deux seules ins­tal­la­tions spor­tives construite­s pour les Jeux avec l’Are­na de la porte de la Cha­pelle à Pa­ris — se­ra scru­té. Ini­tia­le­ment pré­vu à Au­ber­vil­liers, il a, en phase de can­di­da­ture, mi­gré à SaintDe­nis. Afin d’évi­ter une en­vo­lée de son bud­get, comme le crai­gnait en mars 2018 un rap­port de l’Ins­pec­tion gé­né­rale des fi­nances, sa confi­gu­ra­tion a été re­con­si­dé­rée. Le centre aqua­tique est la par­tie qui res­te­ra en hé­ri­tage, alors qu’un stade aqua­tique (trois bas­sins de 50 m pour les épreuves de na­ta­tion) se­ra pro­vi­soi­re­ment ins­tal­lé du­rant les JO.

Le coût de l’édi­fice avait été éva­lué à 90 M€. Un ta­rif au­quel il faut ajou­ter la construc­tion de la pas­se­relle en­jam­bant la bre­telle d’ac­cès à l’A 1 pour re­lier la pis­cine au Stade de France (21, 2 M€), les amé­na­ge­ments et la conces­sion pour quinze ans (un grou­pe­ment mise sur 700 000 en­trées par an, l’autre sur 1 mil­lion. Res­te­ra à chif­frer le mon­tant du pro­bable dé­fi­cit d’ex­ploi­ta­tion et sur­tout dé­fi­nir sa prise en charge). Les pro­jets se­raient dé­sor­mais éva­lués aux alen­tours de 140 et 150 M€, se­lon l’amé­na­ge­ment in­té­rieur. Un mon­tant qui pour­rait être re­vu à la hausse en cas de re­tard dans les tra­vaux, no­tam­ment en rai­son de la crise du Co­vid-19.

Entre un mo­dèle à deux bas­sins comme à To­ron­to (ci-contre), et un mo­dèle avec sé­pa­ra­tion mo­bile comme à Wind­sor, au Ca­na­da (ci-des­sus), il y a 10 mil­lions d’eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.