La de­mande de vi­giles re­double

Après les scènes de pillage de sa­me­di der­nier, de nom­breux com­merces ont choi­si de ren­for­cer les me­sures de pro­tec­tion sur leurs sites.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - FAIT DU JOUR - PAR NI­CO­LAS SCHEFFER

IL ÉTAIT aux com­mandes pour pro­té­ger les com­merces des cas­seurs la se­maine der­nière. Elias Nah­ra, pré­sident de Triomphe Sé­cu­ri­té, sé­cu­rise la plu­part des grands ma­ga­sins ain­si que de nom­breux centres com­mer­ciaux par­tout en France. Ega­le­ment vice-pré­sident du Syn­di­cat na­tio­nal des en­tre­prises de sé­cu­ri­té pri­vée (Snes), il a été at­ter­ré par « les images de gué­rilla ur­baine avec des scènes d’ul­tra-vio­lence », sa­me­di der­nier. Deux de ses agents ont été lé­gè­re­ment bles­sés en Nor­man­die.

En pré­vi­sion du qua­trième temps de la mo­bi­li­sa­tion, pré­vu de­main, il a fait ap­pel à l’en­semble de ses 2 600 agents et rap­pe­lé ceux qui étaient de re­pos ou en congé. De nom­breux clients en ré­gions lui ont en ef­fet de­man­dé de ren­for­cer la sé­cu­ri­té sur leurs sites. Du coup, Elias Nah­ra, pour qui « le de­gré d’alerte est proche du ni­veau at­ten­tat », a dou­blé, voire tri­plé, ses ef­fec­tifs par en­droits. Jus­qu’à 50 vi­giles se­ront à pied d’oeuvre sur cer­tains sites.

DES PRO­BLÈMES DE RE­CRU­TE­MENT

Aux abords des grands ma­ga­sins pa­ri­siens que ses agents sé­cu­risent, le chef d’en­tre­prise sou­ligne que ses ef­fec­tifs se sont sub­sti­tués à la po­lice. « Par en­droits, les po­li­ciers étaient in­dis­po­nibles. Dans la zone, s’il n’y a pas eu de grosse dé­gra­da­tion, c’est grâce à la sé­cu­ri­té pri­vée. Quand on nous ap­pelle, c’est nor­mal de ré­pondre, mais nous ne sommes pas là pour faire du main­tien de l’ordre », ex­plique-t-il cal­me­ment.

La vio­lence lui rap­pelle celle des at­ten­tats, en plus dif­fus. « Au­jourd’hui, elle est épar­pillée », constate-t-il. Il s’étonne que des en­droits qui n’ont pas la ré­pu­ta­tion d’être dans l’ex­cès comme Le Havre et Rouen, en Seine-Ma­ri­time, ou Caen (Cal­va­dos) aient été tou­chés par les dé­bor­de­ments.

« Dans ces villes, on m’a de­man­dé un ni­veau de ren­fort ja­mais éga­lé », pré­cise le pa­tron de Triomphe Sé­cu­ri­té. De­puis 2015 et les at­ten­tats à Pa­ris, le sec­teur, qui em­ploie 175 000 sa­la­riés, connaît une forte de­mande. Les be­soins sont es­ti­més à 250 000 agents en 2021-2022, ce qui pose des pro­blèmes de re­cru­te­ment. « Nous connais­sons une pé­nu­rie de main-d’oeuvre », sou­ligne Elias Nah­ra, qui est très vi­gi­lant sur la for­ma­tion de ses sa­la­riés. « Nous fai­sons un tra­vail de proxi­mi­té très im­por­tant de­puis trois se­maines, et le rôle de nos agents, qui res­tent très mo­ti­vés dans cette pé­riode dif­fi­cile, n’est pas tou­jours re­con­nu à sa juste va­leur », in­siste le chef d’en­tre­prise. De­main, la consigne est claire : « Zé­ro risque pour les agents, les sa­la­riés des com­merces et les clients. »

Aux abords des grands ma­ga­sins pa­ri­siens, les agents de sé­cu­ri­té se sont par­fois sub­sti­tués à la po­lice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.