Des ar­tistes fas­ci­nés par les co­lo­nies

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - LOISIRS -

est une des par­ties les plus pas­sion­nantes du mu­sée des an­nées 1930. Au troi­sième étage, plu­sieurs salles sont consa­crées à l’art co­lo­nial. Sculp­tures, ta­bleaux, des­sins, re­pré­sentent des scènes de vie et des ha­bi­tants d’Afrique noire, du Magh­reb, de l’In­do­chine d’alors. « On per­çoit de la part des ar­tistes un émer­veille­ment de­vant ces dé­cou­vertes d’autres peuples, une vraie fas­ci­na­tion », ana­lyse Ga­brielle Soullier - de Roincé, conser­va­trice du mu­sée.

En 1931 se tient l’ex­po­si­tion co­lo­niale à Pa­ris. Les Fran­çais dé­couvrent pour beau­coup leur em­pire co­lo­nial, les ha­bi­tants et modes de vies de ces contrées. Les peintres voyagent, cer­tains étant ac­cueillis en ré­si­dence à la villa Abd-elTif, à cô­té d’Al­ger, équi­valent de la villa Mé­di­cis à Rome.

Plu­sieurs par­ti­ci­pe­ront aus­si à la Croi­sière noire et la Croi­sière jaune (sic), deux ex­pé­di­tions or­ga­ni­sées par Ci­troën entre 1924 et 1931 à tra­vers

C’l’Afrique pour la pre­mière et l’Asie pour la deuxième. Plu­sieurs des oeuvres ex­po­sées ont été réa­li­sées lors de ces voyages.

Sculp­tures, ta­bleaux, des­sins, au troi­sième étage, plu­sieurs salles pas­sion­nantes sont consa­crées à l’art co­lo­nial.

Huit mois de tra­vaux vont per­mettre de ré­no­ver l’ate­lier-ap­par­te­ment de Le Cor­bu­sier au der­nier étage de l’im­meuble Mo­li­tor, clas­sé au pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co. La « Par­tie de pêche » de Jean Des­pu­jols est l’une des toiles phares. Les va­cances, une femme en maillot de bain : une nouveauté pour l’époque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.