Beaune : les sus­pects nient les

Le Parisien (Val de Marne) - - FAITS DIVERS -

Les deux hommes de 31 ans soup­çon­nés d’être les au­teurs de la fu­sillade à Beaune (Côte-d’Or), ayant fait sept bles­sés dans la nuit du 29 au 30 juillet, ont été mis en exa­men hier soir par un juge d’ins­truc­tion et écroués à Be­san­çon et à Di­jon. La jus­tice a re­te­nu les chefs de ten­ta­tives d’as­sas­si­nats et vio­lences ag­gra­vées avec la cir­cons­tance ag­gra­vante du ra­cisme.

En garde à vue à la PJ de Di­jon, Loïc et Jean-Phi­lippe, dé­jà condam­nés pour vols et vio­lences, avaient ré­fu­té avoir trai­té les vic­times de « sales bou­gnoules » lors de l’agres­sion. Ils ne re­con­naissent que par­tiel­le­ment les faits.

UNE ALTERCATION VERBALE

Se­lon leur ver­sion, ils ont bien fait le voyage dans le quar­tier po­pu­laire de Saint-Jacques, ce soir-là, mais uni­que­ment dans le but de se ven­ger d’un homme qui ne leur au­rait pas ren­du une voi­ture prê­tée. Là, ils se­raient tom­bés par ha­sard sur les vic­times — sept ha­bi­tants de Beaune âgés de 19 à 25 ans —, avec qui ils au­raient eu une altercation verbale. Mais, disent-ils, sans échan­ger d’in­sultes ra­cistes, contrai­re­ment à ce qu’af­firment les té­moins. Les deux hommes se­raient en­suite par­tis après avoir sim­ple­ment je­té une gre­nade la­cry­mo­gène. En re­vanche, les deux sus­pects

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.