« J’ai tou­jours fonc­tion­né au fee­ling »

Amé­lie Mau­res­mo ex­plique son choix de quit­ter le ca­pi­ta­nat de Coupe Da­vis pour en­traî­ner Lu­cas Pouille.

Le Parisien (Val de Marne) - - SPORTS - ÉRIC BRUNA

HIER MI­DI, Amé­lie Mau­res­mo a quit­té le so­leil du Pays basque pour la gri­saille pa­ri­sienne. La dé­sor­mais ex-ca­pi­taine de l’équipe de France de ten­nis dé­bute dans la ca­pi­tale sa col­la­bo­ra­tion avec Lu­cas Pouille avant de pour­suivre à Du­baï, puis en Aus­tra­lie.

L’an­cienne no 1 mon­diale pas­se­ra une tren­taine de se­maines par an aux cô­tés du Nor­diste, qui de­vrait an­non­cer le reste de son staff la se­maine pro­chaine. « On ne va pas re­ve­nir des heures sur ce que va de­ve­nir la Coupe Da­vis, ex­plique Mau­res­mo. Je me po­sais dé­jà beau­coup de ques­tions et j’avais en face de moi un joueur avec un dis­cours qui me plai­sait. J’ai tou­jours fonc­tion­né au fee­ling. Je suis al­lée vers cette dé­ci­sion d’ac­com­pa­gner Lu­cas, et ce­la a été dif­fi­cile. Mais il faut al­ler vers ses convic­tions. »

La Tri­co­lore, qui a eu lon­gue­ment le pré­sident Giu­di­cel­li au té­lé­phone en oc­tobre, confesse s’être en­ga­gée un peu vite avec les Bleus, le 23 juin der­nier, alors que la ré­vo­lu­tion de la Coupe Da­vis, fi­na­le­ment vo­tée le 16 août, était dé­jà lar­ge­ment dans les tuyaux.

« Il au­rait été plus ju­di­cieux d’at­tendre un peu, avoue-t-elle. Yan­nick (NDLR : Noah) avait an­non­cé as­sez tôt qu’il ar­rê­tait, les joueurs n’avaient pas en­vie que ça traîne… J’ai fait une er­reur, la Fédé aus­si. Mais je pen­sais vrai­ment que la ré­forme n’al­lait pas pas­ser. »

Fi­na­le­ment, l’ap­pel de Pouille au­ra sau­vé Mau­res­mo d’un cas de conscience. « Il y a par­fois des dis­cours, des mo­ments, des ti­mings et c’est sur­tout ins­tinc­tif, pour­suit la lau­réate de l’Open d’Aus­tra­lie et Wim­ble­don en 2006. J’ai en­vie de trans­mettre. J’ai eu le sen­ti­ment qu’il y avait une grosse dé­ter­mi­na­tion chez Lu­cas de mettre toutes les chances de son cô­té pour re­prendre son as­cen­sion. »

Forte de son ex­pé­rience avec l’Ecos­sais An­dy Mur­ray, Mau­res­mo va ten­ter de re­mettre sur de bons rails l’ex-no10 mon­dial, tom­bé à la 32e place après une sai­son mo­rose. « Je vais es­sayer d’ap­por­ter une nou­velle dy­na­mique, une nou­velle fa­çon de tra­vailler, ré­sume-t-elle. Il a tou­ché du doigt le top 10 et a eu du mal à gar­der le cap. Ils ont fait du gros bou­lot avec Ma­nu (NDLR : Planque, son en­traî­neur pen­dant six ans) dans beau­coup de do­maines. Il faut s’ap­puyer là-des­sus pour al­ler vers d’autres choses… »

« J’AI FAIT UNE ER­REUR, LA FÉDÉ AUS­SI » AMÉ­LIE MAU­RES­MO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.