Nos don­nées per­son­nelles peuvent rap­por­ter gros

Une start-up de La Rochelle s’ap­prête à vendre les don­nées de ses contri­bu­teurs. Elle s’en­gage à leur re­ver­ser la moi­tié des gains.

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA UNE - DENOTRECORRESPONDANT FA­BIEN PAILLOT À LA ROCHELLE (CHA­RENTE-MA­RI­TIME)

ÂGE, SEXE, VÉ­HI­CULE et sta­tut ma­tri­mo­nial, nombre d’en­fants ou ca­té­go­rie so­cio­pro­fes­sion­nelle : ces don­nées per­son­nelles valent de l’or et pour­raient bien­tôt rap­por­ter de l’ar­gent. C’est en tout cas la pro­messe for­mu­lée par My Da­ta Is Rich, une star­tup ba­sée à La Rochelle (Cha­rente-Ma­ri­time). Eric Zeyl, son fon­da­teur et prin­ci­pal as­so­cié, en­tend « bous­cu­ler l’uni­vers de la da­ta » et jouer la carte de la trans­pa­rence.

Son idée ? Nous convaincre de lui confier vo­lon­tai­re­ment nos don­nées per­son­nelles, les ano­ny­mi­ser et les pro­té­ger avant de les re­vendre à ses clients : banques et as­su­rances, pu­bli­ci­taires, col­lec­ti­vi­tés pu­bliques ou construc­teurs au­to­mo­biles. En échange, Eric Zeyl pro­met la sécurité et le par­tage des gains avec ses « contri­bu­teurs », moi­tié-moi­tié.

Que valent nos propres don­nées, notre poin­ture, notre tour de taille ou notre poids ? « En 2014, ce mar­ché pe­sait 1,4 Md€, c’est bien plus au­jourd’hui », avance l’en­tre­pre­neur. A terme, les membres les plus ac­tifs de cette plate-forme In­ter­net pour­raient ain­si per­ce­voir entre 20 et 30 € par mois. Ou… quelques cen­times d’eu­ros s’ils se montrent plus mé­fiants. Dif­fi­cile pour l’heure de chif­frer les gains po­ten­tiels : tout dé­pen­dra du nombre de contri­bu­teurs et des don­nées qu’ils four­nissent — entre 50 et 100 pos­si­bi­li­tés au lan­ce­ment du site In­ter­net. Le mo­dèle de la start-up re­pose sur notre consen­te­ment. « Cha­cun est libre de four­nir tel ou tel type de don­nées. Mais plus il en four­nit, plus il est sus­cep­tible de ga­gner de l’ar­gent. Et les con­tri- bu­teurs connaî­tront le sec­teur d’ac­ti­vi­té ayant ache­té leurs don­nées, et l’usage qui en est fait », cer­ti­fie Eric Zeyl. L’en­ga­ge­ment des contri­bu­teurs se­ra for­ma­li­sé dans un contrat de cinq pages, ré­si­liable à tout mo­ment. Les fonds se­ront ver­sés sous la forme de bé­né­fices in­dus­triels et com­mer­ciaux (BIC) im­po­sables au titre de l’im­pôt sur le re­ve­nu.

My Da­ta Is Rich lan­ce­ra son ser­vice en ligne gra­tuit le 25 mai, jour de l’en­trée en vi­gueur du rè­gle­ment gé­né­ral sur la pro­tec­tion des don­nées per­son­nelles (RGPD) por­té par l’Union eu­ro­péenne. Son ob­jec­tif : pro­té­ger les don­nées de 511 mil­lions d’Eu­ro­péens. « La fin du Far West », sou­rit Eric Zeyl, qui mise sur « un mar­ché ver­tueux ».

Mais le coeur du bu­si­ness mo­del de My Da­ta Is Rich se si­tue dans un pe­tit boî­tier en forme de Y conçu avec l’uni­ver­si­té de La Rochelle. Ac­cé­lé­ro­mètre, GPS, cap­teur de tem­pé­ra­ture et gy­ro­scope : ce boî­tier bran­ché sur la prise al­lume-ci­gare d’un vé­hi­cule transmet ins­tan­ta­né­ment nos don­nées de mo­bi­li­té.

« Elles ont une énorme va­leur, sur­tout si l’on peut les as­so­cier à des pro­fils pré­cis : un homme ma­rié, père de fa­mille, etc. Un pu­bli­ci­taire, par exemple, a tout in­té­rêt à sa­voir qui passe de­vant ses pan­neaux et à quelle heure. Les col­lec­ti­vi­tés, quant à elles, pour­raient même en dé­duire où se trouvent les nids-de-poule sur les routes », dé­taille Eric Zeyl. Ce boî­tier, ven­du en pré­com­mande à 129 €, n’émet que lors­qu’il est bran­ché et ac­ti­vé. Un au­to­mo­bi­liste et contri­bu­teur de My Da­ta Is Rich pour­rait le ren­ta­bi­li­ser « entre 4 et 10 € par mois » en cir­cu­lant une heure par jour, avance Eric Zeyl.

Les don­nées col­lec­tées sont hé­ber­gées en France. « Et par sécurité, elles ne se­ront ja­mais connec­tées au ré­seau. »

SUR L’AL­LUME-CI­GARE, UN BOέTIER QUI TRANSMET LES DON­NÉES DE MO­BI­LI­TÉ “

CHA­CUN EST LIBRE DE FOUR­NIR TEL OU TEL TYPE DE DON­NÉES. PLUS IL EN FOUR­NIT, PLUS IL EST SUS­CEP­TIBLE DE GA­GNER

L’AR­GENT.” DE ÉRIC ZEYL, FON­DA­TEUR

DE MY DA­TA IS RICH

La Rochelle (Cha­rente-Ma­ri­time), le 3 mai. Eric Zeyl, le fon­da­teur de My Da­ta Is Rich, pré­sente le boî­tier qui, bran­ché sur un al­lume-ci­gare, collecte contre ré­mu­né­ra­tion vos don­nées per­son­nelles et les transmet à ses clients.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.