A la dé­cou­verte des ma­rais de Noir­mou­tier

Dé­cou­vrez l’île ven­déenne qui ser­vi­ra de dé­part au pro­chain Tour de France. A vé­lo au mi­lieu des ma­rais sa­lants, par exemple.

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA UNE - DENOTREENVOYÉSPÉCIAL MI­CHEL VA­LEN­TIN À NOIR­MOU­TIER (VENDÉE)

On nous avait pré­ve­nus : « Ah, tu vas à Noir­mou­tier ? Tu vas faire beau­coup de vé­lo ! » Ce n’était pas une me­nace, c’est la réa­li­té, et le deux-roues consti­tue la fa­çon la plus agréable de par­cou­rir cette île qui n’en est plus vrai­ment une, de­puis qu’elle est re­liée par un grand pont au conti­nent. Les cou­reurs du Tour de France eux-mêmes en fe­ront l’ex­pé­rience, l’édi­tion 2018 de la Grande Boucle dé­mar­rant de Noir­mou­tier le sa­me­di 7 juillet.

Donc, ar­ri­ver sur place en voi­ture, pour­quoi pas mais, en­suite, il est plus pru­dent de la lais­ser à l’abri et de pour­suivre à deux-roues. C’est bon pour la ligne et ce­la per­met de se rem­plir en­core plus les pou­mons du bon air ma­rin des sta­tions bal­néaires lo­cales. Ces der­nières ne dé­passent pas la de­mi-dou­zaine et sont re­liées par des pistes cy­clables sur les­quelles che­minent des fa­milles en­tières.

En ville, plus la peine de se cas­ser la tête à trou­ver un sta­tion­ne­ment. A Noir­mou­tier-en-l’Ile, la plus grosse bour­gade, on peut po­ser son bi­cloune presque par­tout, au pied du char­mant châ­teau qui mé­rite le dé­tour comme dans la très com­mer­çante Grande-Rue ou la grande place de la Ré­pu­blique, qui ac­cueille le mar­ché du di­manche.

Mieux, le vé­lo, c’est vrai­ment le moyen idéal pour par­cou­rir la longue je­tée Ja­cob­sen, une digue de 5 m de hauteur et de 1,5 km de long ; un ré­su­mé d’his­toire à elle seule. D’un cô­té, les vieux quar­tiers de Noir­mou­tier-en-l’Ile, avec ses mai­sons aux vo­lets bleus et les ma­rais sa­lants de la ré­serve na­tu­relle des ma­rais de

ISE LO­GER

La ré­si­dence Oda­lys de Noir­mou­tie­ren-l’Ile est idéa­le­ment pla­cée, entre le bourg et la plage des Dames. On y trouve des ré­duc­tions en juin, comme à par­tir de 476 € la se­maine au lieu de 635 € (- 25 %) du 16 au 23 juin pour un ap­par­te­ment 2-pièces pour 4 per­sonnes, et 539 € au lieu de 770 € (- 30 %) pour une mai­son­nette pour 6 per­sonnes. En plein été, le ta­rif Mül­lem­bourg ; de l’autre, un bout du port. A chaque ex­tré­mi­té, soit l’en­trée de ville, soit la baie de Bour­gneuf, le bois de la Chaise et les plages.

Les plages, jus­te­ment, par­lon­sen ! Ja­mais vous ne les ap­pro­che­rez aug­mente : 1 060 € la se­maine du 18 au 25 août, par exemple, pour un 2-pièces pour 4 per­sonnes, ou à par­tir de 780 € la se­maine sui­vante. Pra­tique aus­si l’ac­cueil à la nuit, à par­tir de 90 € pour deux per­sonnes.

ISE REN­SEI­GNER

Au­près de l’of­fice de tou­risme de Noir­mou­tier, www.ile­noir­mou­tier.com. Son site est pra­tique et bien fait. Ou avec le Rou­tard Pays de la Loire (Ha­chette), 13,20 €. d’aus­si près et aus­si fa­ci­le­ment qu’à vé­lo. « Sans comp­ter qu’en plus des plages connues il y en a plu­sieurs autres, ca­chées au bout d’un sen­tier qu’on ne re­père que si on va à deux­roues, moins vite qu’en voi­ture qui, de toute fa­çon, ne pour­rait pas s’en­ga­ger sur le che­min », aver­tit Laurent, un connais­seur de l’île qui y pos­sède une ré­si­dence se­con­daire. « Entre Noir­mou­tier et Le Vieil, puis du Vieil à L’Her­bau­dière, c’est là qu’il faut cher­cher », conseille-t-il.

Au sud, les ma­rais sa­lants oc­cupent d’im­menses su­per­fi­cies. De­vi­nez quoi ? Des pistes cy­clables très bien amé­na­gées les longent et per­mettent d’ap­pro­cher au plus près des sau­niers en plein tra­vail (lire ci-des­sous) ou des oi­seaux qui pro­fitent de ces zones hu­mides.

Le vé­lo reste le meilleur moyen de dé­cou­vrir l’île, ses mai­sons aux vo­lets bleus et ses plages.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.