Si jeunes et si am­bi­tieux

FOOT­BALL Coupe du monde en Rus­sie. Di­dier Des­champs a dé­voi­lé une liste ra­jeu­nie de 23 joueurs où ne fi­gurent plus que neuf élé­ments convo­qués en 2016. Mal­gré une cer­taine in­ex­pé­rience, le sé­lec­tion­neur se veut am­bi­tieux.

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA UNE - PAR FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD

A ll’ima­gei­mage de KY­LIAN MBAP­PÉ, qui confie ses am­bi­tions à notre jour­nal, Di­dier Des­champs a choi­si un groupe de 23 joueurs jeunes et ta­len­tueux pour par­tir à la conquête du monde en Rus­sie cet été (14 juin-15 juillet).

ON CONNAÎT DÉ­SOR­MAIS les noms des Bleus qui lan­ce­ront la cam­pagne de Rus­sie le 16 juin face à l’Aust­ra­lie. Ce sont ces vingt-trois joueurs ré­vé­lés hier soir par Di­dier Des­champs — avec onze sup­pléants ap­pe­lés au pied le­vé en cas de for­fait — qui sont cen­sés nous faire tou­cher le ciel non pas un 12 mais un 15 juillet. Vingt ans après le titre de cham­pion du monde, deux ans après la fi­nale de l’Eu­ro 2016, dont il ne reste que neuf re­pré­sen­tants (Llo­ris, Man­dan­da, Ra­mi, Um­ti­ti, Ma­tui­di, Pog­ba, Kan­té, Griez­mann, Gi­roud), l’équipe de France se lance à l’as­saut d’un tro­phée in­ter­na­tio­nal qui la fuit de­puis 2000 et le Cham­pion­nat d’Eu­rope or­ga­ni­sé en Bel­gique et aux Pays-Bas.

NE LES AP­PE­LEZ PLUS RÉ­SER­VISTES

Pour cette nou­velle conquête, Des­champs a in­no­vé afin de res­ser­rer les liens au sein de son groupe. Con­trai­re­ment à 2016 où fi­gu­raient sept ré­ser­vistes pré­sents à Clai­re­fon­taine au dé­but de la pré­paration, le sé­lec­tion­neur a choi­si cette fois de nom­mer onze sup­pléants. La sé­man­tique est im­por­tante car elle dé­signe onze joueurs avec un pro­gramme d’en­traî­ne­ment in­di­vi­duel, mais ceux-là n’in­té­gre­ront pas le groupe, sauf en cas de for­fait d’un des vingt-trois ap­pe­lés.

« La dif­fé­rence avec 2014 et 2016, c’est que cette an­née, j’ai la pos­si­bi­li­té d’avoir 22 joueurs pré­sents dès le pre­mier jour de stage le 23 mai (NDLR : Va­rane re­join­dra ses par­te­naires après la fi­nale de la Ligue des cham­pions entre le Real Ma­drid et Li­ver­pool le 26 mai). J’ai donc pris cette op­tion-là car c’est une si­tua­tion dif­fé­rente, ar­gu­mente Di­dier Des­champs. Dès le pre­mier jour, nous se­rons en mode com­pé­ti­tion et nous tra­vaille­rons sur le qua­li­ta­tif. » Une sorte d’opé­ra­tion com­man­do qui dé­bu­te­ra à Clai­re­fon­taine, avant de trou­ver son pro­lon­ge­ment à Is­tra, ville d’ac­cueil du camp de base des Bleus à une cin­quan­taine de ki­lo­mètres de Mos­cou.

CINQ BLEUS EN DÉ­FENSE

Cette équipe au look ju­vé­nile — 25 ans et de­mi de moyenne d’âge — a du chien et pos­sède des atouts avec un An­toine Griez­mann au top de sa forme, et des jeunes qui poussent fort in­car­nés par un Ky­lian Mbap­pé de plus en plus in­con­tour­nable en at­taque.

Mais doit-on craindre l’in­ex­pé­rience de cette sé­lec­tion, no­tam­ment en dé­fense où pointent cinq joueurs (Her­nan­dez, Kim­pembe, Men­dy, Pa­vard et Si­di­bé) qui n’ont ja­mais dis­pu­té de phase fi­nale ? « La jeu­nesse est une qua­li­té, ana­lyse le sé­lec­tion­neur. Après, cer­taines sé­lec­tions comme l’Es­pagne, le Bré­sil ou l’Al­le­magne (NDLR : les prin­ci

paux fa­vo­ris) au­ront un comp­teur de sé­lec­tions beau­coup plus im­por­tant. Mais ce­la ne nous em­pê­che­ra pas d’avoir de l’am­bi­tion. »

Une am­bi­tion qui s’éta­lon­ne­ra lors des trois matchs ami­caux face à l’Eire, l’Ita­lie et les Etats-Unis. Cette mise en bouche per­met­tra de me­su­rer si ces vingt-trois gar­çons peuvent se muer en vingt-trois gro­gnards ca­pables d’al­ler cueillir une deuxième étoile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.