«J’aies­sayé­de­vendre maC3die­sel­pou­ra­che­ter un­vé­hi­cu­le­propre»

Le Parisien (Val d'Oise) - - FAIT DU JOUR - J. VA.

NOTRE JOUR­NA­LISTE s’est ren­due chez trois conces­sion­naires avec son die­sel de 2007 pour voir quelles étaient les offres des grandes marques. Ob­jec­tif : me­su­rer ce que pour­rait coû­ter l’achat d’un vé­hi­cule neuf Crit’Air 1 et 2 ou élec­trique. A dé­faut d’un coup de pouce de l’Etat, elle es­pé­rait pou­voir y trou­ver des re­mises com­mer­ciales in­té­res­santes si elle lais­sait sa C3 pour ache­ter une voi­ture neuve. Mais là en­core, nou­velle dé­cep­tion…

CHEZ RE­NAULT, LA ZOÉ ÉLEC­TRIQUE : 17 006 €

A choi­sir une élec­trique, au­tant prendre le nu­mé­ro 1 des ventes : la Zoé de chez Re­nault. Avant de dis­cu­ter ta­rif, le conces­sion­naire me pro­pose de tes­ter le vé­hi­cule. La conduite sé­duit. Ul­tra-silencieuse. Sa boîte au­to­ma­tique est par­faite pour les feux rouges in­ces­sants et les bou­chons. Mais le ven­deur avoue des li­mites : la bat­te­rie ne per­met que 300 km d’au­to­no­mie. Dif­fi­cile donc de par­tir en va­cances avec : « C’est plu­tôt une voi­ture du quo­ti­dien », fait-il re­mar­quer. Autre in­con­vé­nient de l’élec­trique : il faut pou­voir bran­cher la voi­ture à une prise afin de la re­char­ger. Et ça, ça ne m’ar­range pas puisque je me gare le plus sou­vent dans la rue. Certes, j’ai trois bornes Au­to­lib’ au pied de mon im­meuble. On peut y re­char­ger sa voi­ture élec­trique moyen­nant un abon­ne­ment. Mais ce n’est pas idéal.

De toute ma­nière, le prix est as­sez dis­sua­sif. Le mo­dèle de base coûte 24 906 €. Comme la Zoé est élec­trique, elle bé­né­fi­cie du bo­nus éco­lo­gique de l’Etat de 6 000 € sans condi­tion de re­prise (à ne pas confondre avec la prime à la conver­sion). Soit 18 906 €. En plus de ce­la, le conces­sion­naire me pro­pose de re­prendre ma voi­ture à 1 900€. Ça se­ra tout, puisque je ne suis pas éli­gible à la prime à la conver­sion de l’Etat. Au to­tal, la Zoé me re­vien­dra à 17 006 €. Et il fau­dra ajou­ter chaque mois 79 € pour la lo­ca­tion de la bat­te­rie.

CHEZ TOYO­TA, LA YARIS HY­BRIDE : 16 830 €

Je tente ma chance du cô­té de l’hy­bride. Di­rec­tion Toyo­ta pour sa pe­tite Yaris. Mi-ther­mique, mi-élec­trique, elle est pen­sée pour se re­char­ger quand elle roule. Pas be­soin donc de la bran­cher à une prise élec­trique. Autre avan­tage, son ga­ba­rit est idéal pour la ville.

Le mo­dèle « fran­çais » coûte 19 650 €. La marque Toyo­ta pro­pose une re­mise com­mer­ciale. A sa­voir, 3 300 € de ré­duc­tion si l’on cède un vé­hi­cule die­sel pour l’achat d’une Toyo­ta neuve. Plu­tôt in­téres- sant. Cette re­mise peut s’ajou­ter à la prime éco­lo­gique de l’Etat pour ceux qui y sont éli­gibles. Ce qui n’est pas mon cas. En re­vanche, la Yaris hy­bride n’est pas suf­fi­sam­ment propre pour que les ac­qué­reurs bé­né­fi­cient du bo­nus éco­lo­gique. Ré­sul­tat, clé en main, elle me coû­te­rait 16 830 €.

CHEZ DA­CIA, LA SANDERO STEPWAY : 11 975 €

Et pour­quoi pas le low-cost ? Je me tourne vers la Da­cia Sandero. Son ga­ba­rit est as­sez proche de ma voi­ture. Ba­sique, elle n’a pas trop de gad­gets ni d’élec­tro­nique, ce qui peut-être un avan­tage pour les no­ni­ni­tiées. Avec un en­fant en bas âge, je pré­fère avoir la cli­ma­ti­sa­tion. La ven­deuse me sug­gère les mo­dèles Lau­réate ou Stepway, qui l’ont en sé­rie. Il faut à chaque fois que j’ajoute une roue de se­cours en op­tion. La Stepway, plus haute, semble plus spa­cieuse. Elle dis­pose en plus du ra­dar de re­cul en sé­rie. J’opte pour celle-ci. Soit 13 375,76 € pour une Sandero Stepway ma­nuelle et es­sence, Crit’Air 1.

Ici, pas de bo­nus éco­lo­gique, puisque la voi­ture est ther­mique. Et Da­cia n’a pas d’offre de re­prise de die­sel « les marges étant dé­jà faibles », m’ex­plique-t-on. En re­vanche, le conces­sion­naire me pro­pose de re­prendre ma C3 à 1 400 €. Au to­tal, il me fau­dra comp­ter 11 975 €. Et vu son suc­cès, elle ne se­ra pas li­vrée avant mi-juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.