Au PS, on grince des dents

Le Parisien (Val d'Oise) - - POLITIQUE - QUEN­TIN LAURENT @Quen­tin_­Laurent

HOL­LANDE RAYONNE ? Sol­fé­ri­no bou­gonne. L’ac­tuelle tour­née des li­brai­ries de l’an­cien pré­sident de la Ré­pu­blique, qui at­tire les foules et les mé­dias, fait tous­ser les so­cia­listes. « Pour l’ins­tant ce n’est pas gê­nant. Il cri­tique Ma­cron et par­ti­cipe à mon­trer que le PS est dans l’op­po­si­tion. Mais il ne fau­drait pas que ça dure trop long­temps », glisse un membre de la nou­velle di­rec­tion. « On sa­vait qu’il y avait un risque, mais c’est un cycle qui va pas­ser », es­père de son cô­té un autre. Mot d’ordre : pa­tience !

Sur la pla­nète so­cia­liste, tout le monde sait que « Fran­çois adore ça ». Les in­ter­mi­nables bains de foule, le contact avec les gens. « Oui, il aime les gens, il a tou­jours cher­ché leur contact. Pour lui, c’est un mo­teur per­son­nel », ex­plique le sé­na­teur du Nord Pa­trick Kan­ner, qui fut son mi­nistre de la Ville.

LE S.A.V. DE SON QUIN­QUEN­NAT

D’autres af­firment qu’il exor­cise la frus­tra­tion de ne s’être pas pré­sen­té à la pré­si­den­tielle. « Il fait la cam­pa- gne qu’il au­rait dû faire il y a un an, ana­lyse Ju­lien Dray. Et ça le re­ques­tionne sur le choix de ne pas y être al­lé. » Hol­lande as­sure lui-même le SAV de son quin­quen­nat… au point de pen­ser qu’il a en­core un rôle à jouer à gauche ? « Il ne s’in­ter­dit rien », es­time Dray. « Chez Hol­lande, l’ap­pé­tit vient en man­geant », abonde un tau­lier de Sol­fé­ri­no qui le connaît bien.

Le ti­ming de la sor­tie de son livre — juste après le con­grès du PS, mia­vril — en avait in­ter­ro­gé cer­tains sur la vo­lon­té de Hol­lande de mo- no­po­li­ser les feux de la rampe, au dé­tri­ment des so­cia­listes. Et ce alors qu’Oli­vier Faure, le pre­mier se­cré­taire du PS, doit en­core se construire une no­to­rié­té. « Hol­lande le fait sciem­ment. C’est un dro­gué de la po­li­tique, s’il y a la moindre pos­si­bi­li­té de re­ve­nir, il la pren­dra », tranche un élu qui cô­toie l’an­cien pré­sident de­puis des an­nées. « Il n’a pas pu se re­pré­sen­ter. Croire qu’il peut re­ve­nir, c’est être dans le dé­ni », en­fonce-t-il. Le nou­veau pa­tron du PS et l’an­cien pré­sident au­raient pour­tant « une re­la­tion fluide », se­lon un proche de Faure. Ils s’ap­pellent de temps en temps, no­tam­ment sur les ques­tions in­ter­na­tio­nales.

Au sein de la di­rec­tion du PS, on es­time qu’Hol­lande bé­né­fi­cie de la dé­cep­tion d’une par­tie de l’élec­to­rat vis-à-vis de Ma­cron. En ba­layant sè­che­ment toute pos­si­bi­li­té de re­tour : « Ce n’est pas parce que les Fran­çais se pressent pour le voir dans un su­per­mar­ché qu’ils sont prêts à vo­ter pour lui ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.