« J’es­saye­rai de par­tir plus tôt ou de faire du té­lé­tra­vail »

Le Parisien (Val d'Oise) - - VAL-D'OISE - MI­CHEL KERAUDY, 52 ANS, COMP­TABLE, ARGENTEUIL

« JE PRENDS LE TRAIN HA­BI­TUEL­LE­MENT et très peu le pont de Gen­ne­vil­liers pour al­ler au tra­vail. Car porte à porte, ça ne prend que 20 mi­nutes. Mais avec les grèves, les trains sont bon­dés. J’es­saye­rai de par­tir plus tôt, à 8 heures au lieu de 8 h 30-8 h 45. Je n’ai pas en­core vu s’il y avait plus de monde dans le train de­puis que le pont est fermé. On ver­ra bien. J’ha­bite à cô­té de la gare, s’ils an­noncent des re­tards de 50 mi­nutes, je reste à la mai­son et je fais du té­lé­tra­vail. Mais ce n’est pas pa­reil qu’au bu­reau car je n’ai pas les dos­siers sous la main. » MARJORIE LENHARDT

Mi­chel Keraudy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.