Marc Ma­chin en garde à vue pour viol

Le tren­te­naire avait été ac­quit­té en 2012 pour un meurtre qu’il n’avait pas com­mis.

Le Parisien (Val d'Oise) - - FAITSAITS DIVERS - J. P-L. ET V.M.

LE PAR­COURS CHAO­TIQUE de Marc Ma­chin connaît un nou­veau re­bon­dis­se­ment. Hier après-mi­di, le tren­te­naire, connu pour avoir été vic­time d’une er­reur ju­di­ciaire, a été pla­cé en garde à vue dans les lo­caux du 2e dis­trict de la po­lice ju­di­ciaire de Pa­ris. Comme l’a ré­vé­lé « le Point », il est soup­çon­né d’avoir vio­lé une jeune femme le 24 avril dans le XIe ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris. Il se se­rait in­tro­duit, ar­mé, au do­mi­cile de la vic­time et au­rait abu­sé d’elle. Il au­rait en­suite pris la fuite en em­por­tant sa carte ban­caire. Une en­quête a été ou­verte par le par­quet de Pa­ris pour « viol sous la me­nace d’une arme, vol avec arme et es­cro­que­rie ».

Marc Ma­chin mul­ti­plie les dé­mê­lés ju­di­ciaires de­puis qu’il a été blan­chi du meurtre de Ma­rie-Agnès Be­dot. L’homme, ac­cu­sé d’avoir tué cette as­sis­tante de di­rec­tion de 45 ans à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de­Seine) en 2001, avait été con­dam­né à dix-huit ans de pri­son. Or, le vé­ri­table meur­trier — un SDF — s’était dé­non­cé en 2008. Pour avoir pas­sé in­jus­te­ment sept ans en pri­son, Marc Ma­chin avait bé­né­fi­cié d’une in­dem­ni­sa­tion de plus de 650 000 €.

Mais dès sa li­bé­ra­tion, ce fils de po­li­cier à l’en­fance dif­fi­cile avait som­bré dans la dé­lin­quance. Il avait été con­dam­né à plu­sieurs re­prises pour vio­lences vo­lon­taires sur une ex­com­pagne, agres­sions sexuelles et re­cel de vol de té­lé­phone por­table.

Marc Ma­chin (ici en 2012).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.