FREUD Une séance avec

Le Parisien (Val d'Oise) - - Loisirs -

Il n’y avait ja­mais eu d’ex­po­si­tion sur Freud en France. Le mu­sée d’Art et d’His­toire du ju­daïsme ne nous ra­conte pas sa vie, ni même di­rec­te­ment son oeuvre. L’ex­po fait mieux, en mon­trant les images qui ac­com­pagnent, voire nour­rissent, la nais­sance de la psy­cha­na­lyse : les pre­miers alié­nés peints, l’hys­té­rie dans la pein­ture, des ta­bleaux d’an­goisse, de têtes hal­lu­ci­nées, et même des chef­sd’oeuvre d’une sexua­li­té dé­ran­geante, comme « l’Ori­gine du monde » de Cour­bet, au­quel le mu­sée d’Or­say fait pour la pre­mière fois tra­ver­ser la Seine. L’ex­po­si­tion montre com­ment notre part obs­cure, l’in­cons­cient, les fan­tasmes, les dé­si­rs re­fou­lés de­viennent des thèmes de l’époque. Fi­ni l’aca­dé­misme des femmes par­faites : ce mo­dèle-ci reste pros­tré dans un coin du ta­bleau. C’est la fo­lie sur les murs. Ce ré­per­toire, scien­ti­fique — par le biais de planches mé­di­cales — mais sur­tout ar­tis­tique, prouve que la psy, c’est des images plus en­core que des mots. L’ex­po tient aus­si du ca­bi­net de cu­rio­si­tés, à tra­vers des oeuvres qui s’amusent du di­van freu­dien avec une pointe de fé­ti­chisme dro­la­tique. Jean Clair, le com­mis­saire, a vou­lu mon­trer aus­si le Freud scien­ti­fique, long­temps neu­ro­logue. Mais pour dé­ve­lop­per cet as­pect, on conseille­ra plu­tôt le ca­ta­logue. Lais­sez-vous al­ler de salle en salle comme d’une sé­quence à l’autre d’un rêve. Un beau et bon rêve.

« Sig­mund Freud, du re­gard à l’écoute »,

mu­sée d’Art et d’His­toire du ju­daïsme (Pa­ris IIIe), 10 heures19 heures le week-end, 18 heures en se­maine, 21 heures mer­cre­di, fer­mé lun­di, 8-10 €, jus­qu’au 10 fé­vrier.

« Al­fred Ku­bin, hys­té­rie. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.