Ils ré­vèlent leur choix... ou pas

Le Parisien (Val d'Oise) - - Votre Département - LA RÉ­DAC­TION DU VAL-D’OISE

ILS NE SONT PAS NOM­BREUX à cla­mer haut et fort le nom du can­di­dat pour le­quel ils vo­te­ront au­jourd’hui.

A l’image de la présidente du conseil dé­par­te­men­tal, Ma­rie-Ch­ris­tine Ca­vec­chi, qui pré­fère gar­der son bul­le­tin se­cret. « Je ne veux pas prendre po­si­tion pour que cha­cun fasse son propre choix ; le conseil a be­soin de res­ter équi­li­bré et je ne sou­haite pas di­vi­ser l’opi­nion », ar­gu­mente-t-elle.

Même son de cloche du cô­té d’An­toine Sa­vi­gnat, seul dé­pu­té LR du dé­par­te­ment (1re cir­cons­crip­tion). « Ma vo­lon­té est que l’on puisse tous se ras­sem­bler et l’un comme l’autre fe­ra un bon pré­sident », évoque le par­le­men­taire. Il avait pour­tant ac­cor­dé son par­rai­nage à Sé­bas­tien Meu­rant avant que la can­di­da­ture de Jac­que­line Eus­tache-Bri­nio ne soit an­non­cée. « Si j’avais su, je n’au­rais pas pris de dé­ci­sion cli­vante », re­grette-t-il. Sé­bas­tien Po­nia­tows­ki, le maire de L’Isle-Adam, ne dé­voi­le­ra pas non plus son choix, même s’il es­time qu’« il est temps qu’il y ait un nou­veau pré­sident pour en­fin ré­or­ga­ni­ser et mettre la fé­dé­ra­tion au tra­vail ».

DES SOU­TIENS QUI SE FONT DISCRETS

Du cô­té de Pon­toise et d’Os­ny, on ne se mouille pas plus. Les maires Phi­lippe Houillon et Jean-Mi­chel Le­vesque gar­de­ront leur dé­ci­sion pri­vée jus­qu’à l’urne. Même chose dans l’ag­glo­mé­ra­tion du Val Pa­ri­sis, les maires de Ta­ver­ny, Flo­rence Por­tel­li, et can­di­date mal­heu­reuse à la pré­si­dence na­tio­nale du par­ti, de Cor­meilles-en-Pa­ri­sis Yan­nick Boë­dec, et d’Herblay, Phi­lippe Rou­leau, pré­fèrent « ne pas dé­voi­ler [leur] vote ». A no­ter tout de même que ces deux der­niers as­sis­taient à la der­nière réunion de cam­pagne de Sé­bas­tien Meu­rant jeu­di soir en com­pa­gnie de Da­niel Far­geot, maire d’An­dilly, et de Xa­vier Mel­ki, maire de Fran­con­ville.

Par­mi les rares à ne pas se ca­cher, fi­gure Ar­naud Ba­zin. « J’ac­corde mon sou­tien ex­trê­me­ment ré­so­lu à ma­dame Eus­tache-Bri­nio, an­nonce le sé­na­teur. Je la connais per­son­nel­le­ment et elle dé­tient toutes les ca­rac­té­ris­tiques d’une bonne mi­li­tante de par ses man­dats pré­cé­dents. Sé­bas­tien Meu­rant prône des va­leurs ex­tré­mistes qui nous sont étran­gères donc le choix est vite fait. » Le maire d’Er­mont, Hugues Por­tel­li, a lui aus­si un avis très tran­ché : « Si ja­mais [Sé­bas­tien Meu­rant] l’em­por­tait, je n’au­rais plus grand-chose à faire aux Ré­pu­bli­cains. »

Thi­bault Hum­bert a de son cô­té choi­si de s’in­ves­tir per­son­nel­le­ment, en de­ve­nant di­rec­teur de cam­pagne de Jac­que­line Eus­tache-Bri­nio, la seule can­di­date qui peut fé­dé­rer, se­lon les termes du maire d’Era­gny­sur-Oise. « Quand on dit il faut al­ler par­ler au ras­sem­ble­ment na­tio­nal, au centre, il faut dé­jà qu’on se parle entre nous et qu’on se re­cons­truise », souffle l’élu. Sé­bas­tien Meu­rant, de son cô­té, peut no­tam­ment comp­ter sur une jeune garde illus­trée par

Co­ren­tin Le Fur, maire ad­joint d’Eau­bonne.

Ar­gen­teuil, le 29 août. Des élus LR du Val-d’Oise ras­sem­blés aux cô­tés de Laurent Wau­quiez, lors de la vi­site de ce der­nier dans une PME.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.