La re­nais­sance ou l’âge sombre

Le Parisien (Val d'Oise) - - RUGBY XV DE FRANCE -

en­aître sur un ta­pis de feuilles mortes… Le XV de France n’en est pas à un clin d’oeil près. Fleu­rir au mo­ment même où la na­ture baisse son ri­deau, voi­là son cre­do, sa rai­son d’être si on pousse un peu. Car cette nou­velle sai­son s’ouvre ce soir sur une tour­née abor­dable face à des Sud-Afri­cains usés, des Ar­gen­tins en construc­tion et des Fid­jiens li­mi­tés, qui re­pré­sente bien plus qu’une simple rampe de lan­ce­ment vers le mon­dial au Ja­pon (du 20 sep­tembre au 2 no­vembre). Après tant d’an­nées d’er­rance, tant de dés­illu­sions, de crises et de bou­le­ver­se­ments, il est temps de re­don­ner un peu d’es­poir à un pu­blic qui vient de moins en moins nom­breux au stade.

Jacques Bru­nel, le sé­lec­tion­neur ca­ta­pul­té à la tête des Bleus il y a à peine plus de dix mois en rem­pla­ce­ment de Guy No­vès, n’est pas un ma­gi­cien, ni même, mal­gré ses mous­taches, un chef gau­lois prêt à dé­fier les ar­mées ro­maines. « Mon ob­jec­tif est que nous soyons le plus près pos­sible des meilleurs », mar­tèle-t-il, comme s’il te­nait à ne ja­mais trop s’avan­cer. Bru­nel a rai­son. Son bi­lan chif­fré (2 vic­toires en 8 matchs) n’est pas meilleur que ce­lui de ses de­van­ciers, et ses in­ter­ro­ga­tions beau­coup plus nom­breuses que ses cer­ti­tudes. Il a seule­ment pour lui la fraî­cheur de la nou­veau­té et quelques ta­lents ca­pables d’en­tre­te­nir son rêve. Ted­dy Tho­mas, Da­mian Penaud ou An­toine Du­pont, même s’il n’est que rem­pla­çant ce soir, ont des jambes de feu, taillées pour em­bra­ser le Stade de France. On n’at­tend que ça. On ne de­mande que ça. Des ga­lops, des es­sais. Du cu­lot, de l’au­dace. A en­tendre le ca­pi­taine, Guil­hem Gui­ra­do, la se­maine a été pé­tillante à Mar­cous­sis. « Ce ma­tin (hier) à l’en­traî­ne­ment, j’ai même dû cal­mer les joueurs car il y avait beau­coup d’en­vie, glisse-t-il. J’es­père que c’est de bon au­gure. »

Sans doute. Et le mo­ment est pro­pice pour li­bé­rer ces éner­gies. Même s’ils ont réus­si l’ex­ploit de faire tom­ber les All Blacks cet été (36-34 à Wel­ling­ton le 15 sep­tembre), les Spring­boks, bat­tus par un XV d’An­gle­terre amoin­dri il y a une se­maine (12-11) n’ont rien d’im­pres­sion­nant. Les Bleus, sans ré­fé­rence ces der­nières sai­sons, ont les moyens de com­men­cer leur tour­née du bon pied et d’en­vi­sa­ger un car­ton plein en no­vembre. Ils de­vront, vu les op­po­si­tions pro­po­sées, re­ve­nir avec deux suc­cès dans leur mu­sette. Si­non, c’est qu’il n’y a plus grand-chose à faire.

ROLIVIER FRAN­ÇOIS,

JOUR­NA­LISTE

« ON NE DE­MANDE QUE ÇA. […] DU CU­LOT, DE L’AU­DACE »

France

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.