« Dans l’es­prit des gens, ça va res­ter Her­blay » Une ha­bi­tante

De la ville, de­ve­nue of­fi­ciel­le­ment Her­blay-sur-Seine. Les avis sont par­ta­gés sur le su­jet.

Le Parisien (Val d'Oise) - - VAL-D'OISE | ARGENTEUIL FRANCONVILLE ENGHIEN - PAR CH­RIS­TOPHE LEFÈVRE

NE DITES PLUS Her­blay, mais Her­blay-sur-Seine. La nou­velle est pa­rue au Jour­nal of­fi­ciel mer­cre­di, et la ville est donc re­nom­mée. L’abou­tis­se­ment d’un pro­ces­sus en­ta­mé en fé­vrier 2017 par la mu­ni­ci­pa­li­té, qui sou­haite ain­si chan­ger l’image de la com­mune. « Je suis très content, sa­voure le maire (LR), Phi­lippe Rou­leau. Lorsque l’on évoque Her­blay à l’ex­té­rieur, tout le monde pense à la Patte-d’Oie. C’est un peu frus­trant, car nous n’avons pas d’ha­bi­tants sur ce sec­teur. Il n’y a que des en­tre­prises. Ce chan­ge­ment s’ap­puie éga­le­ment sur une vé­ri­té his­to­rique, les élus s’étant no­tam­ment ré­fé­ré sur des do­cu­ments comme un vieux par­che­min de 1394 évo­quant Er­blay-sur-Seine, ou en­core une table ana­ly­tique et al­pha­bé­tique de 1793 men­tion­nant Her­blay-sur-Seine.

L’of­fi­cia­li­sa­tion conclut un pro­ces­sus en­ta­mé par un vote du con­seil mu­ni­ci­pal, et ponc­tué no­tam­ment par une consul­ta­tion ci­toyenne (fa­cul­ta­tive), mar­quée par une ap­pro­ba­tion de la po­pu­la­tion à 61,2 % des vo­tants, un vote du con­seil dé­par­te­men­tal, ou en­core l’avis du Con­seil d’Etat.

CER­TAINS SUG­GÈRENT D’AMÉ­NA­GER LES BERGES

Con­trai­re­ment à ce que cer­tains pou­vaient craindre, le coût de cette ex­ten­sion est mi­nime. « C’est un faux dé­bat, car ça ne va rien coû­ter, as­sure Phi­lippe Rou­leau. Au­jourd’hui la com­mu­ni­ca­tion est en grande ma­jo­ri­té nu­mé­rique. Pour le pa­pier à en-tête, on va écou­ler ce­lui que l’on a et on chan­ge­ra à la pro­chaine com­mande. Et nous n’al­lons pas rem­pla­cer tous les pan­neaux d’en­trée de ville. Nous les chan­ge­rons lorsque ceux ac­tuel­le­ment en place se­ront en­dom­ma­gés. »

Du cô­té des ha­bi­tants, les avis sont par­ta­gés. « C’est poé­tique, souffle Joël. C’est plus jo­li qu’Her­blay tout court. Ça per­met­tra de ne plus as­so­cier la ville à la Patte-d’Oie. Il y a le cô­té ba­teau, guin­guette. » Pour cer­tains, ce chan­ge­ment ne mo­di­fie­ra pas le quo­ti­dien de la ville. « Il y avait des choses à faire dans d’autres do­maines, au lieu de perdre du temps là-des­sus, sou­pire Isa­belle. Dans l’es­prit des gens, ça va res­ter Her­blay. » Beau­coup sou­haitent dé­sor­mais qu’Her­blay se tourne da­van­tage vers ses berges. « Il fau­drait amé­na­ger les berges, comme à La Frette ou Con­flans-Sainte-Ho­no­rine (Yve­lines), glisse Béa­trice. Là, ça fe­rait une dif­fé­rence. »

Her­blay, hier. Les pan­neaux d’en­trée de ville se­ront chan­gés pro­gres­si­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.