Via­duc de Gen­ne­vil­liers : « On est pile-poil dans les dé­lais »

La di­rec­tion des routes d’Ile-de-France (Di­rif), deux mois après le dé­but des tra­vaux, es­time que le ca­len­drier se­ra te­nu pour une ré­ou­ver­ture to­tale du pont à la cir­cu­la­tion cou­rant mars.

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA MÉTÉO - PAR ALEXANDRE BOU­CHER @LePa­ri­sien_95

«On est op­ti­mistes pour la ré­ou­ver­ture à quatre voies cou­rant mars. On est pile-poil dans les dé­lais. Mais la météo est un aléa qu’on ne maî­trise pas. » Deux mois après son dé­mar­rage, le chan­tier de ré­pa­ra­tion du mur de sou­tè­ne­ment du via­duc de Gen­ne­vil­liers, cô­té Argenteuil, « res­pecte le pha­sage fixé » se­lon Alain Mon­teil, di­rec­teur des routes d’Ile-de-France. C’est ce qu’ont pu consta­ter Ma­rieCh­ris­tine Ca­vec­chi, la pré­si­dente (LR) du con­seil dé­par­te­men­tal, Phi­lippe Ma­li­zard, le sous-préfet d’Argenteuil, et Gilles Sa­vry, ad­joint (LR) à l’urbanisme d’Argenteuil, lors d’une visite sur site hier après-mi­di.

LE RA­DAR AU­TO­MA­TIQUE AT­TEN­DU MER­CRE­DI

La construc­tion du mur d’écailles en bé­ton clouées de 500 t cha­cune avec ses im­menses clous de 16 m et 5 cm de dia­mètre — la so­lu­tion tech­nique re­te­nue par les in­gé­nieurs — a dé­jà bien avan­cé. 34 des 50 écailles ont été po­sées. « On a com­men­cé par ren­for­cer la par­tie basse, il nous reste dé­sor­mais la par­tie haute, ex­plique Alain Mon­teil. On est en­vi­ron à 60 % du chan­tier. Mais les 40 % res­tants sont un peu plus com­plexes. » Des in­for­ma­tions de na­ture à « ras­su­rer » la pré­si­dente du con­seil dé­par­te­men­tal, qui se dit « sa­tis­faite de la trans­pa­rence de l’Etat » sur le dossier. « C’était com­pli­qué au dé­part, mais de­puis la créa­tion du Co­mi­té de dé­fense des ri­ve­rains et des usa­gers de l’A15 pour la ré­ou­ver­ture du via­duc, il y a un échange très clair entre la Di­rif, la pré­fec­ture et le dé­par­te­ment. On a l’ob­jec­tif com­mun de rou­vrir to­ta­le­ment le plus vite pos­sible. »

Pour les au­to­mo­bi­listes, la si­tua­tion a évo­lué de­puis la ré­ou­ver­ture, mer­cre­di à 5 heures du ma­tin, d’une troi­sième voie à la cir­cu­la­tion dans le sens pro­vince-Pa­ris. Comme de­puis le 19 mai, date de la pre­mière ré­ou­ver­ture de la cir­cu­la­tion sur deux voies à la suite de l’ef­fon­dre­ment d’une par­tie du mur de sou­tè­ne­ment quatre jours plus tôt, la vi­tesse maxi­male reste fixée à 70 km/h en amont du chan­tier et ce à par­tir de la ré­duc­tion du nombre de voies. Mer­cre­di, un ra­dar au­to­ma­tique se­ra ins­tal­lé en amont du via­duc afin de faire res­pec­ter cette li­mi­ta­tion. « Ce n’est pas pour pié­ger les au­to­mo­bi­listes mais pour ga­ran­tir la sé­cu­ri­té des ou­vriers », in­dique Alain Mon­teil.

La vi­tesse est en re­vanche li­mi­tée à 50 km/h sur les trois voies de cir­cu­la­tion au ni­veau du chan­tier. No­tam­ment en rai­son de l’étroi­tesse des voies (3,2 m pour celle de droite qui doit être obli­ga­toi­re­ment em­prun­tée par les vé­hi­cules lents et les poids lourds contre 2,8 m pour les deux autres).

Il reste à ren­for­cer la par­tie haute du mur de sou­tè­ne­ment du via­duc. Un chan­tier

Argenteuil, hier. Le mur d’écailles en bé­ton clouées est dé­jà bien avan­cé (à dr.). « plus complexe » se­lon la Di­rec­tion des routes d’Ile-de-France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.