Quand Ver­sailles re­çoit le football d’en haut !

Le club amateur a mis les pe­tits plats dans les grands pour re­ce­voir, au­jourd’hui, le Ra­cing Club de Lens (L 2).

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA MÉTÉO - PAR AR­NAUD DETOUT (AVEC MAR­GAUX BOURGASSER)

D’UN PAS ALERTE, le pré­sident Da­niel Voi­sin quitte la tribune d’hon­neur du stade Mont­bau­ron pour fi­ler au club-house gé­rer la billet­te­rie. De­puis le ti­rage au sort, il y a deux se­maines, le club amateur de Ver­sailles (1 200 li­cen­ciés) se dé­mène du ma­tin au soir pour re­ce­voir le pres­ti­gieux RC Lens, 3e de L 2 et cham­pion de France 1998. Entre 4 000 et 5 000 per­sonnes sont at­ten­dues au stade pour un duel, main­te­nu en dé­pit de l’ap­pel à la mo­bi­li­sa­tion des Gi­lets jaunes à Pa­ris. « On a mul­ti­plié les réunions avec la mu­ni­ci­pa­li­té et la po­lice pour que tout soit ab­so­lu­ment par­fait le jour J, as­sure Da­niel Voi­sin. La fête doit être réus­sie ! »

Ce n’est pas la pre­mière fois que le FC Ver­sailles (N 3) or­ga­nise une ren­contre de coupe face à un club pro. Par deux fois, en 2009 et en 2012, Di­jon (en L 2 puis en L 1) avait dé­cou­vert le stade Mont­bau­ron pour un 8e tour (per­du) puis un 32e de fi­nale (ga­gné). Une ex­pé­rience mise en avant par Ver­sailles au­près de la FFF pour re­ce­voir le club dans son antre. Cet après-mi­di, pas moins de 300 ul­tras len­sois, en­ca­drés par des sta­diers, sont at­ten­dus, ain­si que des sup­por­teurs sang et or ré­si­dant en ré­gion pa­ri­sienne. Ils pren­dront tous place dans un par­cage vi­si­teurs. « On va les ac­cueillir le mieux pos­sible, as­sure Da­niel Voi­sin. On es­père sur­tout qu’il n’y au­ra pas de fu­mi­gènes. » Une so­cié­té pri­vée de quinze agents de pal­pa­tions (plus d’autres, pré­vus en tri­bunes) a été re­cru­tée pour un coût to­tal de 5 000 € à la charge du club. Un PC se­cours se­ra éga­le­ment ins­tal­lé au stade. Même si chaque li­cen­cié a re­çu une in­vi­ta­tion, le FC Ver­sailles compte se rat­tra­per sur la re­cette aux gui­chets (en­trée à 15 €, 10 € pour les moins de 16 ans) et grâce aux trois bu­vettes. Quatre-vingts bé­né­voles sont ain­si mo­bi­li­sés pour l’évé­ne­ment, comme Or­lan­do de Arau­jo, l’en­traî­neur de l’équipe vé­té­ran, ou en­core Lau­ra, la femme du pré­sident de Ver­sailles, qui va pré­pa­rer des gâ­teaux. « C’est très plai­sant de voir l’in­ves­tis­se­ment de tout le monde et ce­la contraste avec l’at­ti-

“ON A MUL­TI­PLIÉ LES RÉUNIONS AVEC LA MUNCIPALITÉ ET LA PO­LICE POUR QUE TOUT SOIT

” PAR­FAIT LE JOUR J DA­NIEL VOI­SIN, PRÉ­SIDENT DU FC VER­SAILLES

DES PRO­BLÈMES DE STA­TION­NE­MENT ?

tude du maire, grince Da­niel Voi­sin. On avait de­man­dé 300 places de par­king à cô­té du stade, mais la mu­ni­ci­pa­li­té nous pro­pose une aire de sta­tion­ne­ment à… 5 km de la ville avec un sys­tème de na­vettes. C’est un manque de res­pect pour le tra­vail de nos bé­né­voles. Un tel évé­ne­ment n’ar­rive qu’une fois tous les dix ans, le foot est vrai­ment mal trai­té ici. »

« On n’est pas dans la po­lé­mique, ré­pond le maire, Fran­çois de Ma­zières (DVD). Nous n’avons pas l’ha­bi­tude d’ac­cueillir au­tant de monde. On ne pou­vait pas blo­quer plu­sieurs quar­tiers à quinze jours de Noël. Il faut trou­ver un équi­libre. »

Stade Mont­bau­ron (Ver­sailles), jeu­di. Da­niel Voi­sin, le pré­sident ver­saillais, se dé­mène pour cette af­fiche de ga­la, s’oc­cu­pant lui-même de la lo­gis­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.