Leurs voix comptent

Le Parisien (Val d'Oise) - - LOISIRS MUSIQUE - ÉRIC BU­REAU

HO­SHI LA PUNK EN MA­RI­NIÈRE

Ho­shi a bien ter­mi­né 2018, dans une Ci­gale ar­chi-comble et sur­chauf­fée et de­vant 1 500 fans re­pre­nant à tue-tête « Ta ma­ri­nière », l’un des tubes de l’an­née, avec plus de 34 mil­lions de vues sur YouTube. En dix mois, elle a ven­du pas moins de 130 000 exem­plaires de son pre­mier al­bum, « Il suf­fit d’y croire », que l’on pour­rait mu­si­ca­le­ment classer entre Louane, Ma­no So­lo et Louise At­taque. Un suc­cès po­pu­laire dont l’au­dience dé­passe lar­ge­ment les au­di­teurs de son âge (22 ans), comme on peut le consta­ter à ses concerts. Le look d’Ho­shi — son nom d’ar­tiste si­gni­fie « étoile », en ja­po­nais — est rac­cord avec sa per­son­na­li­té en­tière et sin­gu­lière, nour­rie de man­gas et de mu­siques éclec­tiques. Sa mère l’a bi­be­ron­née à Vé­ro­nique San­son, son père, an­cien punk, aux Bé­ru­rier Noir et à Nir­va­na. A Mon­ti­gny-le-Bre­ton­neux (Yve­lines), où elle a gran­di, elle a com­men­cé, ado­les­cente, à chan­ter avec sa gui­tare dans la rue. Elle a aus­si pos­té des re­prises qui ont sé­duit le di­rec­teur de cas­ting de « The Voice »… Mais l’aven­ture s’est ar­rê­tée avant les au­di­tions à l’aveugle, avant qu’elle ne soit en­suite éli­mi­née de peu de « Ri­sing Star ». Mais des la­bels se sont pen­chés sur son cas, dont Jo & Co (Clau­dio Ca­péo, Zaz…). « Ho­shi a un cô­té punk, sou­ligne Sé­bas­tien Saus­sez, le pa­tron du la­bel. Elle a du ca­rac­tère et re­fuse ce qu’elle ne sent pas. Y com­pris une grosse émis­sion de té­lé. » Ho­shi, « Il suf­fit d’y croire »,

Jo & Co, 16 €.

KIM­BE­ROSE LE DIA­MANT BRUT DE LA SOUL

Kim­be­rose, elle, n’a pas dé­cro­ché de tube ra­dio, mais ce­la ne l’a pas em­pê­chée de vendre plus de 52 000 al­bums en dix mois. On n’a pas été to­ta­le­ment convain­cus par son pre­mier al­bum, « Chap­ter One », qui manque de chan­sons aus­si ef­fi­caces que « I’m Sor­ry » et « Rea­son », mais on a été sub­ju­gués par sa voix soul pro­fonde. Comme deux fi­gures de la mu­sique en France : Pas­cal Nègre, qui l’a prise dans son la­bel Six et Sept, et Gé­rard Drouot, qui pro­duit ses concerts, dont son pre­mier Olym­pia, le 7 fé­vrier.

Il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’on dé­couvre un dia­mant brut comme la voix de Kim­be­rose, ou plu­tôt de Kim­ber­ly Rose Kit­son Mills, son vrai nom, Kim­be­rose étant le nom de son groupe. « Mais Kim­be­rose, c’est moi, évi­dem­ment, avoue la chan­teuse de 28 ans, qui vit près de Chan­tilly (Oise). Ce groupe, c’était la pre­mière étape de mon éman­ci­pa­tion. La se­conde, ce se­ra le pro­chain al­bum, en 2019. »

La cha­ris­ma­tique chan­teuse n’a « trou­vé sa place » et « sa voie » que ré­cem­ment. Mais de­puis, elle a fait beau­coup de scène — dont trois Ci­gale com­plets — et a dé­cou­vert qu’elle avait un pu­blic très large, qui va du pa­py adepte de jazz à l’ado­les­cente bi­be­ron­née au R’n’B. Kim­be­rose, « Chap­ter One »,

Six et Sept, nou­velle édi­tion le 1er fé­vrier, 16 €.

Ho­shi (ci-des­sus) et Kim­be­rose(à gauche) ont en com­mun d’avoir su sé­duire un pu­blic très large qui dé­passe lar­ge­ment les au­di­teurs de leur âge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.