Jean­nine et Jacques, couple rare

Le Parisien (Yvelines) - - SOCIETE -

LEURS ROUTES se sont croi­sées il y a soixante-huit ans. Cha­cun sur son vé­lo, à la cam­pagne… « On est en­trés en col­li­sion, ça nous a fait rire. Après, on s’est ma­riés. » Jean­nine en a en­core les yeux qui pé­tillent. « At­ten­tion, Jean­nine, avec deux ! Et moi, c’est Jacques : un coup de pied dans la motte, il en sort des cen­taines ! » se marre le pe­tit bon­homme de 91 ans.

Comme tou­jours, les amou­reux se donnent la main dans les cou­loirs, jettent un oeil par la fe­nêtre avant d’al­ler dé­jeu­ner. L’Eh­pad ac­cueille, comme eux, huit couples. « Etre sé­pa­rés : hors de ques­tion. Pas en­semble, on n’y se­rait pas ar­ri­vés. Les dif­fi­cul­tés, on les a tou­jours sur­mon­tées à deux », in­siste Jacques, à qui la vie, dit-il, n’a pas per­mis d’avoir d’en­fants.

CHAMBRE COM­MUNE

« On connaît nos qua­li­tés, nos fai­blesses, on est cha­cun pour l’autre un sou­tien mo­ral in­dis­pen­sable », re­prend Jean­nine, en nous mon­trant leur chambre com­mune, mais avec lits sé­pa­rés « pour être plus à l’aise ». « Tu n’as pas fait le tien », dit-elle son ma­ri pour le ta­qui­ner, avant de mon­trer une pho­to : « Pour fê­ter nos 50 ans, on s’était re­ma­riés. » « Et une autre fois aus­si, tu te sou­viens ? » l’in­ter­roge Jacques, re­gard bleu as­sor­ti à son gi­let en laine.

Parce que ces es­paces sont rares, tous les couples n’ont pas la chance d’en avoir un. Dans une autre aile, M. et Mme R. ont donc des chambres sé­pa­rées. Quand nous ar­ri­vons à l’aube, lui est dé­jà dans celle de sa femme pour la ré­veiller. A notre dé­part, le couple y re­garde la té­lé. In­sé­pa­rable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.