« Il faut com­prendre pour­quoi on en est ar­ri­vé là »

Le Parisien (Yvelines) - - VOTRE DÉPARTEMENT - PHI­LIPPE MAILLARD, PRO­VI­SEUR DU LY­CÉE JEAN-ROSTAND, EN AP­PELLE AUX PA­RENTS MAR­GAUX BOURGASSER

« L’OB­JEC­TIF PRE­MIER, c’est d’as­su­rer la sé­cu­ri­té des élèves », a te­nu à ré­af­fir­mer hier Serge Clé­ment, le di­rec­teur aca­dé­mique des ser­vices de l’Edu­ca­tion na­tio­nale (Da­sen) des Yve­lines : « Il faut agir en fonc­tion des be­soins. Mais le mode opé­ra­toire ne m’ap­par­tient pas. » Com­pre­nez, l’in­ter­ven­tion des forces de l’ordre. Ad­met­tant que la vi­déo dif­fu­sée après les in­ter­pel­la­tions de jeunes à Mantes-la-Jo­lie puisse scan­da­li­ser, il se dit sur­tout cho­qué par ces jeunes qui ont été, d’après lui, « ma­ni­pu­lés » et en­traî­nés par « l’ef­fet de groupe ».

« Lors­qu’on re­garde la vi­déo, il faut com­prendre pour­quoi on en est ar­ri­vé là. Il faut vivre dans ces quar­tiers pour com­prendre ce quo­ti­dien dif­fé­rent », in­siste le pro­vi­seur du ly­cée Jean-Rostand à Mantes-la-Jo­lie, Phi­lippe Maillard.

UN CONTRÔLE REN­FOR­CÉ DES EN­TRÉES ET DES SOR­TIES

Si « tous les éta­blis­se­ments sco­laires res­tent ou­verts », Serge Clé­ment « n’ex­clut pas » la pos­si­bi­li­té de fer­me­ture « en cas de force ma­jeure ». « Mais il faut que l’ac­tion pé­da­go­gique puisse conti­nuer », ajoute-t-il d’em­blée, en pré­ci­sant qu’une quin­zaine de ly­cées ont été tou­chés par les mo­bi­li­sa­tions des der­niers jours, « à des de­grés dif­fé­rents ».

A Au­ber­gen­ville, La Queue-lezY­ve­lines ou Pois­sy, des ten­ta­tives de blo­cage et des ras­sem­ble­ments ont en­core eu lieu hier. Le pro­vi­seur de Jean-Rostand, qui tient à rap­pe­ler que la ma­jo­ri­té de ses élèves ne prennent pas part aux ac­tions vio­lentes, rap­porte qu’il y a beau­coup d’ab­sents dans les classes : « Cer­tains pa­rents pré­fèrent que leurs en­fants res­tent chez eux ; d’autres nous les confient. Il faut que les pa­rents nous aident. On ne peut pas se lais­ser dé­pas­ser. »

« Chaque éta­blis­se­ment doit sai­sir le de­gré de gra­vi­té et ain­si agir en consé­quence », re­prend le di­rec­teur aca­dé­mique, qui an­nonce un contrôle ren­for­cé des en­trées et sor­ties des ly­cées. « Ce qui est com­pli­qué, c’est d’an­ti­ci­per », avoue-t-il. Les pro­vi­seurs « sont au­to­ri­sés à ef­fec­tuer un contrôle vi­suel des sacs en cas de sus­pi­cion », rap­pelle Serge Clé­ment, qui a pré­vu de se rendre dans les dif­fé­rents éta­blis­se­ments concer­nés par les in­ci­dents « afin de leur mon­trer son sou­tien ».

Guyan­court, hier. De gauche à droite, Jean-Ch­ris­tophe Ma­thon-Clau­don, pro­vi­seur du ly­cée Saint-Exu­pé­ry, Serge Clé­ment, di­rec­teur aca­dé­mique, et Phi­lippe Maillard, pro­vi­seur du ly­cée Jean-Rostand. LP/M.B.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.