Zone de Bau­gy : le pro­jet aban­don­né

Lun­di soir, le conseil com­mu­nau­taire a vo­té contre le pro­jet de centre com­mer­cial. Le su­jet, sur la table de­puis fé­vrier, a ali­men­té les dé­bats au sein des ins­ti­tu­tions et de la po­pu­la­tion.

Le Pays Roannais (Charlieu) - - La Une - Yann Terrat

À 15 voix contre 13, la de­mande de pro­jet d’im­plan­ta­tion sur la zone du Cham­pêtre à Bau­gy a été re­fu­sée. Une dé­ci­sion qui clôt de longs mois d’échanges hou­leux.

Il n’y au­ra pas de centre com­mer­cial sur la zone du Cham­pêtre à Bau­gy, du moins pour l’ins­tant.

Après des mois de ré­flexions et d’échanges hou­leux entre élus ou ad­mi­nis­trés, la com­mu­nau­té de com­munes du can­ton de Marcigny s’est dé­ci­dée à tran­cher, lun­di soir en conseil, l’épi­neux pro­blème qui agi­tait de­puis jan­vier, tout un bas­sin. Ce se­ra non.

Pe­tit rap­pel

En fé­vrier der­nier, un pro­mo­teur im­mo­bi­lier fai­sait une offre de 77.600 eu­ros pour ra­che­ter à la Com­com trois par­celles de la zone du Cham­pêtre. Une offre qui, si elle de­vait se concré­ti­ser, abou­ti­rait à la construc­tion d’une zone com­mer­ciale éten­due sur plus de 6.000 m2 com­pre­nant une grande sur­face ali­men­taire et une ga­le­rie com­mer­ciale.

A cette pre­mière de­mande, de­vait s’en ajou­ter une autre, le 14 mars der­nier. Celle du groupe In­ter­mar­ché, qui ré­ité­rait un sou­hait d’im­plan­ta­tion, pré­cé­dem­ment dé­bou­té par la Com­com, en 2017.

Deux offres com­mer­ciales qui, se­lon les « pour », de­vaient, du moins pour la pre­mière, li­mi­ter l’éva­sion com­mer­ciale ali­men­taire vers les centres roan­nais ou di­goi­nais. Une zone com­mer­ciale qui per­met­trait éga­le­ment de cap­ter une clien­tèle sup­plé­men­taire, en tran­sit sur la voie dé­par­te­men­tale et créer de la « concur­rence bé­né­fique » pour les consommateurs.

Des pré­vi­sions op­ti­mistes loin d’être par­ta­gées par tous.

Prises de po­si­tion et pé­ti­tions

Alors que le su­jet dé­jà sen­sible en as­sem­blée était pris en main par la com­mis­sion au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, dès le 5 mars, de­hors, aus­si, on s’agi­tait.

Fa­rou­che­ment op­po­sée au pro­jet, l’union com­mer­ciale de Marcigny voyait la né­bu­leuse de pro­tes­ta­taires s’élar­gir au fil du temps. Dans la rue, 2.398 pé­ti­tions étaient re­cueillies tan­dis que le conseil mu­ni­ci­pal de Marcigny fai­sait lui aus­si front. « Il n’y a au­ra pas de dé­ve­lop­pe­ment. Pour les com­merces, il s’agit d’un gâ­teau qu’il fau­dra se par­ta­ger, ce qui fra­gi­li­se­ra les uns et les autres, ex­pli­quait, lun­di soir, Louis Pon­cet, maire de Marcigny. On va à l’in­verse d’une re­dy­na­mi­sa­tion du centre bourg. » De son cô­té, la Com­com de Se­mur­en­brion­nais s’in­vi­tait, par courrier, aux dé­bats, en sou­li­gnant qu’un tel pro­jet dés­équi­li­bre­rait son Plan Lo­cal d’ur­ba­nisme In­ter­com­mu­nal. Un plan qui confor­tait Marcigny comme zone com­mer­ciale*.

« Non » à 15 voix contre 13

Quelques ten­sions per­sis­tantes et dé­bor­de­ments ver­baux plus tard, c’est fi­na­le­ment dans un cli­mat apai­sé que les der­niers échanges ont eu lieu lors de la réunion, lun­di soir.

En long pré­am­bule, JeanC­laude Du­carre, le pré­sident du conseil, avait te­nu à rap­pe­ler toutes les in­for­ma­tions qu’il avait en sa pos­ses­sion dans un sou­ci de pré­ci­sion et d’équi­té. « Beau­coup de choses ont été dites de part et d’autre, je te­nais à lire les textes », sou­li­gnait­il.

Vi­rant quel­que­fois aux que­relles de clo­chers, « nous ne sommes pas ma­riés avec le can­ton de Se­mur­en­brion­nais » ou « Marcigny ne re­pré­sente pas toute l’in­ter­com­mu­na­li­té », les échanges ont vu les op­po­sants à la zone com­mer­ciale s’ex­pri­mer le plus sou­vent. Au­tour de la table, ce lun­di soir, au­cun des élus n’a d’ailleurs ex­pri­mé clai­re­ment son adhé­sion au pro­jet.

Trop ris­qué po­li­ti­que­ment ? Peut­être et c’est à bul­le­tin se­cret que le vote s’est dé­rou­lé. Les « contre » l’em­porte par 15 voix contre 13. Le pro­jet de la zone com­mer­ciale et ce­lui de l’in­ter­mar­ché, à l’una­ni­mi­té et à main le­vée, cette fois­ci, sont donc en­ter­rés.

Une dé­ci­sion qui ne fe­ra pas ju­ris­pru­dence comme le rap­pe­lait Jean­claude Du­carre qui s’est po­si­tion­né contre les deux pro­jets, lun­di soir. « Les de­mandes conti­nue­ront à être étu­diées au cas par cas », as­su­rait­il. Avec de longs dé­bats, en­core, en pers­pec­tive ?

(*) La CCI ain­si que le ca­bi­net d’étude SITEUM man­da­té par le Pays Cha­ro­lais Brion­nais ont éga­le­ment désap­prou­vé le pro­jet d’im­plan­ta­tion.

YANN TERRAT

Vote à bul­le­tin se­cret dé­ci­dé lors du conseil com­mu­nau­taire.

Y.T.

À BUL­LE­TIN SE­CRET. Un su­jet trop sen­sible pour un vote à main le­vée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.