Le Par­ti so­cia­liste se re­met sur les rails

Une confé­rence de presse de la sec­tion Roanne­ma­bly avait lieu la se­maine der­nière ■

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Vie Régionale - Florent Ley­bros florent.ley­bros@cen­tre­france.com

La sec­tion Roanne-ma­bly du Par­ti so­cia­liste or­ga­ni­sait mer­cre­di der­nier une confé­rence de presse, où il était ques­tion de re­nou­vel­le­ment, opposition à Ma­cron et élec­tions mu­ni­ci­pales.

Re­nou­ve­ler la sec­tion, s’op­po­ser à la po­li­tique de Ma­cron, et pré­pa­rer les mu­ni­ci­pales au­tour d’un pro­jet Roanne­ma­bly. Tel est le triple ob­jec­tif au coeur du che­val de ba­taille qu’a dé­ci­dé de me­ner le PS lo­cal. Re­tour point par point.

1 Re­nou­vel­le­ment de la

sec­tion. Se­cré­taire de la sec­tion Roanne­ma­bly de­puis mars der­nier, Mehdi Dar­dou­ri a te­nu à rap­pe­ler « qu’il n’était pas là pour faire du jeu­nisme », dans un contexte « qui n’est pas le plus simple à N + 1 de la tem­pête Ma­cron, avec un gros ré­ser­ voir par­le­men­taire de LREM ». Pour lui, il est donc temps « de faire preuve d’hu­mi­li­té, avec un che­min qui reste en­core long à par­cou­rir ». Jo­hann Ce­sa, conseiller régional, a pour sa part sa­lué un re­nou­vel­le­ment à toutes les strates du par­ti de­puis l’élec­tion d’oli­vier Faure. Ce qui per­met « d’avoir un cap, et d’être en train de re­nouer avec les forces vives de gauche du pays ». 2 Opposition à la po­li­tique Ma­cron. En plus des dé­bats pu­blics ac­tuels au­tour de la ré­forme de la SNCF ou en­core de la re­traite, Jo­hann Ce­sa s’est at­tar­dé sur le pro­jet de loi Elan, pré­voyant no­tam­ment seule­ment 10 % de logements ac­ces­sibles neufs aux han­di­ca­pés. « Em­ma­nuel Ma­cron avait choi­si le han­di­cap comme carte blanche lors du débat pré­si­den­tiel face à Ma­rine Le Pen. Au­jourd’hui, je lui sors un car­ton jaune ».

Avant de conclure ce cha­pitre sur une der­nière pun­chline : « Les élec­teurs de gauche qui ont vo­té Ma­cron seule­ment pour faire bar­rière à Fillon étaient ve­nus en marche, au­jourd’hui, ils sont en train de re­par­tir en cou­rant ».

3 Pré­pa­ra­tion des mu­ni­ci­pales. « Pour ces élec­tions il ne suf­fi­ra pas d’ad­di­tion­ner les éti­quettes po­li­tiques. On peut créer l’al­ter­nance à Ni­co­lin », an­nonce Mehdi Dar­dou­ri, qui sou­haite pour ce faire agir en prio­ri­té sur la culture, l’édu­ca­tion et la vie as­so­cia­tive. Le jeune pro­fes­seur des écoles a aus­si ba­layé d’un revers de main une éven­tuelle al­liance avec La Ré­pu­blique En Marche. « Ils mènent une po­li­tique li­bé­rale clai­re­ment à droite […] Le débat va donc être vite clos, ce sont des per­sonnes qui n’ont pas les mêmes va­leurs que nous ». Et à Jo­hann Ce­sa d’en­fon­cer le clou : « En Marche ne sait pas faire de la po­li­tique, alors que nous nous sa­vons mon­ter une liste mu­ni­ci­pale. On est en ca­pa­ci­té de tra­vailler ».

Si l’heure est en­core aux consul­ta­tions entre forces de gauche et qu’un pro­jet com­mun ne de­vrait être pré­sen­té qu’en septembre, Mehdi Dar­dou­ri a tou­te­fois dé­voi­lé « que la liste mu­ni­ci­pale de­vra re­pré­sen­ter toutes les po­pu­la­tions et les quar­tiers ». Le pre­mier se­cré­taire fé­dé­ral constate sim­ple­ment de son cô­té que « de­puis l’ex­té­rieur, nous avons de réelles chances à Roanne, avec un maire qui se trouve af­fai­bli de­puis les élec­tions lé­gis­la­tives ».

PHO­TO F.L.

RE­NOU­VEL­LE­MENT. In­car­né par Mehdi Dar­dou­ri et Jo­hann Ce­sa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.