Cra­zy dun­kers, tou­jours plus haut

Vingt ans après les pre­mières acro­ba­ties avec les Cra­zy Dun­kers, les spor­tifs ont dé­ve­lop­pé leur so­cié­té

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

■ SA­GA. Les bas­ket­teurs acro­ba­tiques ont par­cou­ru 37 pays et par­ti­ci­pé à trois Jeux olym­piques de­puis leur pre­mière ex­hi­bi­tion, en avril 1998. C’était il y a vingt ans. ■ CIVENS. Les Cra­zy Dun­kers de la pre­mière heure ont créé leur so­cié­té d’évé­ne­men­tiel. Ba­sé à Civens, Xtrem group tra­vaille avec des par­te­naires dans le monde en­tier.

Dis­crè­te­ment ins­tal­lé à Civens, Xtrem group re­groupe deux fi­lières spé­cia­li­sées dans l’évé­ne­men­tiel et la com­mu­ni­ca­tion qui oeuvrent dans le monde en­tier. À l’ori­gine de cette aven­ture pro­fes­sion­nelle, une bande de co­pains, pas­sion­nés de bas­ket­ball…

Les Cra­zy Dun­kers si­gnaient en avril 1998, leur tout pre­mier show acro­ba­tique à Lorgues, dans le Var. Vingt ans sont pas­sés. Les che­veux ont quelque peu blan­chi, mais la pas­sion du sport est tou­jours là, bien pré­sente chez Sa­muel Tillon, Fa­brice Mar­cel­lier (di­rec­teur d’Xtrem agen­cy), Em­ma­nuel Pi­lon (di­rec­teur d’Xtrem­com), Mi­chael Ri­chard et Gre­go­ry Trot­tet. Ils étaient tous les cinq au dé­but de l’aven­ture.

Ils sont au­jourd’hui les pi­liers his­to­riques de la hol­ding Xtrem group, qui re­groupe Xtrem agen­cy, spé­cia­li­sée dans l’évé­ne­men­tiel et Xtrem­com, agence de com­mu­ni­ca­tion. Une hol­ding, tran­quille­ment ins­tal­lée à Civens de­puis sa créa­tion, qui rayonne à l’in­ter­na­tio­nal. « À l’ori­gine, c’est une his­toire de potes, ra­conte Sa­muel Tillon, le PDG d’Xtrem group. On se connaît de­puis qu’on est ga­mins. Ce qui fait notre réus­site, c’est l’état d’es­prit qui a ja­lon­né la vie de l’en­tre­prise de­puis sa créa­tion : l’hu­mi­li­té, la per­for­mance et le plai­sir par­ta­gé. En vingt ans, on a tra­vaillé dans 37 pays dif­fé­rents et par­ti­ci­pé à trois Jeux olym­piques. Mais on peut aus­si pro­po­ser des pres­ta­tions adap­tées au co­mi­té des fêtes du village. » Une ca­pa­ci­té d’adap­ta­tion re­ven­di­quée par Xtrem agen­cy, qui pro­pose des ex­hi­bi­tions sportives telles que du foot free­style, du vé­lo trial, des cas­cades de ci­né­ma… et bien sûr, les Cra­zy Dun­kers, bas­ket­teurs mon­tés sur res­sorts (et tram­po­lines), fi­gures de proue de l’agence fo­ré­zienne.

« Nous tra­vaillons éga­le­ment pour des dé­ten­teurs de droits et pour des par­te­naires qui ont be­soin de vi­si­bi­li­té au­tour du club qu’ils spon­so­risent. Notre ADN, c’est le sport, mais notre mé­tier, c’est l’évé­ne­men­tiel », sou­ligne Sa­muel Tillon. Xtrem agen­cy col­la­bore ré­gu­liè­re­ment avec les fé­dé­ra­tions fran­çaises de bas­ket, de hand­ball et de vol­ley, les 24 heures du Mans ou en­core le PSG (hand et foot).

Le vé­ri­table en­vol de la so­cié­té, Sa­muel Tillon le si­tue en 2003, lorsque les Cra­zy Dun­kers ont par­ti­ci­pé aux NBA Eu­rope games, un évé­ne­ment or­ga­ni­sé par la NBA, la ligue de bas­ket amé­ri­cain. « Dans la fou­lée, ils nous ont pro­po­sé d’as­su­rer le spec­tacle au­tour des matches de bas­ket aux Jeux olym­piques d’Athènes en 2004, puis à notre re­tour, on a par­ti­ci­pé au Plus grand ca­ba­ret du monde (émis­sion de France 2 ani­mée par Pa­trick Sé­bas­tien, N.D.L.R.) . Ça a mar­qué l’ar­ri­vée de la deuxième gé­né­ra­tion des Cra­zy Dun­kers. Ils ont ap­por­té leur fougue et de nou­velles qua­li­tés qui se sont mé­lan­gées à notre ex­pé­rience. On s’est dit qu’on ne pour­ rait pas sau­ter toute notre vie et qu’il fal­lait qu’on crée notre agence d’évé­ne­men­tiel », se re­mé­more Sa­muel Tillon. Ils ont alors pro­fi­té de leur ré­pu­ta­tion for­gée de­puis 1998 et de leurs connais­sances ac­quises sur le ter­rain pour créer leur propre agence dans l’évé­ne­men­tiel spor­tif.

Jack­son Ri­chard­son, am­bas­sa­deur spor­tif

L’agence de com­mu­ni­ca­tion est née en 2012, pour faire preuve d’une ré­ac­ti­vi­té à toute épreuve. « On peut ain­si fa­bri­quer nous­mêmes les sup­ports dont on a be­soin, en un laps de temps re­cord », dé­ve­loppe Sa­muel Tillon.

En 2015, Xtrem group a ou­vert son ca­pi­tal pour conti­nuer son dé­ve­lop­pe­ment. Des in­ves­tis­seurs lo­caux les ont sui­vis dans la dé­marche, mais aus­si des per­son­na­li­tés comme l’an­cien ca­pi­taine de l’équipe de France de hand­ball Jack­son Ri­chard­son ou l’an­cien bas­ket­teur et en­traî­neur Jacques Mon­clar, de­ve­nus par la même oc­ca­sion am­bas­sa­deurs de l’en­tre­prise fo­ré­zienne. L’ac­tuelle mi­nistre des Sports Lau­ra Fles­sel avait éga­le­ment in­té­gré le ca­pi­tal, avant de re­vendre ses parts pour re­joindre le Gou­ver­ne­ment.

Au­jourd’hui, la hol­ding dé­gage un chiffre d’af­faires an­nuel de 2,5 M€ et em­ploie qua­torze per­sonnes. La pro­chaine fois que vous as­sis­te­rez à un évé­ne­ment spor­tif d’en­ver­gure ou à une fête pa­tro­nale, dites­vous que der­rière le show, il y a peut­être la patte de l’en­tre­prise fo­ré­zienne… ■

« Notre ADN, c’est le sport, mais notre mé­tier, c’est l’évé­ne­men­tiel »

CRA­ZY. Fa­brice Mar­cel­lier, Sa­muel Tillon et Em­ma­nuel Pi­lon, tous trois bas­ket­teurs acro­ba­tiques, sont à l’ori­gine de l’aven­ture pro­fes­sion­nelle et de l’évo­lu­tion d’Xtrem group.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.