Doit-on écrire Eu­gène Baune ou Beaune ?

Eu­gène Baune, Mont­bri­son­nais du XIXe siècle, est res­té cé­lèbre même si son nom est sou­vent écor­ché

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ja­nine Tis­sot

Na­tif de Mont­bri­son en 1799, Eu­gène Baune par­ti­ci­pa activement à la Ré­vo­lu­tion de 1848 avant d’être exi­lé. Son pa­tro­nyme est res­té cé­lèbre même s’il a sou­vent été mal écrit.

«Le pa­tro­nyme “Baune” a po­sé, pose et po­se­ra en­core des pro­blèmes », ré­sume Ré­gine Pi­nel­li des ar­chives mu­ni­ci­pales de Mont­bri­son. Il suf­fit de lan­cer une re­cherche sur In­ter­net pour le consta­ter : les deux or­tho­graphes sont uti­li­sées dans dif­fé­rents ar­ticles concer­nant le Ré­pu­bli­cain mont­bri­son­nais : “Baune” ou “Beaune”. CARTE POS­TALE JO­SEPH BA­ROU

Au ci­me­tière de la Ma­de­leine éga­le­ment, on trouve le nom de “Beaune” sur le mo­nu­ment des Ré­pu­bli­cains mont­bri­son­nais. Les pages jaunes elles­mêmes ré­fé­rencent l’of­fice de tou­risme de Loire Fo­rez, à Mont­bri­son, sur la place “Eu­gène­Beaune”, tout comme il existe une rue épo­nyme à Saint­Étienne. Pour­tant sur cette même place de la sous­pré­fec­ture, un pan­neau ré­cent in­dique bien le par­king Baune, sans “e”…

Eu­gène Baune écri­vait son nom sans “e”

À quoi est due cette évo­lu­tion et quelle est la bonne or­tho­graphe ? L’his­to­rien lo­cal Claude Lat­ta, qui a consa­cré un ou­vrage au grand homme, ap­porte quelques élé­ments de ré­ponse : « J’ai écrit Baune car c’est l’or­ tho­graphe em­ployée par Eu­gène Baune lui­même lorsqu’il écrit son nom et lorsqu’il signe, ex­plique­t­il. À l’As­sem­blée na­tio­nale et dans tous les actes de sa vie po­li­tique, c’est Baune. Mais à l’état ci­vil, son acte de nais­sance dit Bar­thé­le­my Phi­li­bert Beaune, Eu­gène étant son pré­nom usuel. Ses actes de ma­riage et de dé­cès, en re­vanche, disent Baune. » Ce que Ré­gine Pi­nel­li confirme : « Le père d’Eu­gène Baune signe Baune sur l’acte de nais­sance de son fils. Et c’est bien une er­reur d’écrire Beaune avec un “e”. »

Une er­reur d’in­at­ten­tion ?

Pour­tant, en mars 1880, à l’an­nonce du dé­cès d’Eu­gène Baune, Ré­pu­bli­cain en­ga­gé dans les com­bats du XIXe siècle, le con­ seil mu­ni­ci­pal de Mont­bri­son et son maire, Georges Le­vet, se réunissent en séance ex­tra­or­di­naire. Les élus dé­cident aus­si­tôt de don­ner son nom à l’une des places du centre­ville où se trouvent au­jourd’hui l’of­fice de tou­risme Loire Fo­rez et la mé­dia­thèque de Loire Fo­rez ag­glo­mé­ra­tion, der­rière la place de la mai­rie, et d’éle­ver un mo­nu­ment à sa mé­moire au ci­me­tière de la Ma­de­leine. « Sur la dé­li­bé­ra­tion du 8 mars 1880, le titre est écrit avec Beaune et dans le corps de la dé­li­bé­ra­tion, Baune est écrit sans “e”, in­dique en­core Ré­gine Pi­nel­li. Pour­quoi ? Je ne le sais pas, sans doute une faute d’in­at­ten­tion qui a des ré­per­cus­sions en­core de nos jours. Mais quand on parle de la place et d’Eu­gène Baune, il s’agit bien de la même fa­mille. »

On pour­rait donc pen­ser à juste titre que la bonne or­tho­graphe du Ré­pu­bli­cain mont­bri­son­nais est bien Baune. Tou­te­fois, « en fai­sant sa gé­néa­lo­gie, j’ai trou­vé le nom Baune écrit Beaune, Bone, Bonne… », note Claude Lat­ta. De quoi don­ner rai­son à Ré­gine Pi­nel­li sur ce pa­tro­nyme qui « a po­sé, pose et po­se­ra en­core des pro­blèmes » ! ■

PLACE EU­GÈNE-BEAUNE. L’une des places cen­trales de Mont­bri­son ho­nore l’illustre mont­bri­son­nais. Ici la place Eu­gène-Beaune (comme ins­crit sur la carte pos­tale) en 1915, lorsque la place avait en­core sa halle aux grains avant qu’elle ne s’ef­fondre le 30 jan­vier 1917.

PLACE EU­GÈNE-BAUNE. Un pan­neau ac­tuel, de­vant la mé­dia­thèque Loire Fo­rez, in­dique la di­rec­tion pour re­joindre le par­king « Baune ».

OBÉLISQUE. Le mo­nu­ment des Ré­pu­bli­cains mont­bri­son­nais dans le ci­me­tière de la Ma­de­leine, à Mont­bri­son, rend no­tam­ment hom­mage à Eu­gène Beaune (avec un “e”).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.