Quatre fa­milles ac­cueillies

Noi­ré­table a vo­té l’ac­cueil de fa­milles de­man­deuses d’asile

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Société - Faits Divers - Anna Vu­gier

Le conseil mu­ni­ci­pal né­tra­blais a vo­té l’ac­cueil de fa­milles de­man­deuses d’asile. Un pe­tit plus pour cette com­mune de 1.700 ha­bi­tants, tant au ni­veau éco­no­mique que dé­mo­gra­phique, se­lon le maire, De­nis Ta­main.

Il y a quinze ans, Noi­ré­table était sol­li­ci­tée par l’as­so­cia­tion En­traide Pierre­Val­do, qui tra­vaille à la prise en charge et à l’in­ser­tion de per­sonnes de­man­deuses d’asile, pour re­con­ver­tir l’an­cien res­tau­rant La Chau­mière en hé­ber­ge­ments. Si le pro­jet est tom­bé à l’eau, la com­mune est res­tée ou­verte à l’éven­tuel ac­cueil de ré­fu­giés. La se­maine der­nière, elle a vu l’ar­ri­vée de nou­velles fa­milles sur ses terres.

La so­li­da­ri­té en hé­ri­tage

Après avoir vo­té un ac­cord de prin­cipe, à l’una­ni­mi­té du conseil mu­ni­ci­pal, il y a un peu moins de deux ans, la col­lec­ti­vi­té né­tra­blaise a été sol­li­ci­tée par la pré­fec­ture de la Loire pour ac­cueillir plu­sieurs fa­milles de ré­fu­giés. Une « tra­di­tion » pour le maire, PHO­TO A.V. De­nis Ta­main, qui rap­pelle que la com­mune a ac­cueilli des di­zaines de ré­fu­giés juifs pen­dants la guerre et qui com­pare la ville à un « pe­tit Cham­bon­sur­Li­gnon », en ré­fé­rence aux actes hé­roïques des ha­bi­tants de cette ci­té de Haute­Loire. Pour ex­pli­quer ce qui a mo­ti­vé la ville dans cette dé­marche, le maire est ca­té­go­rique : « On est des hu­ma­nistes, des gens ou­verts et so­li­daires avec les peuples qui souffrent. »

La se­maine der­nière, trois fa­milles ori­gi­naires du Con­go, de Géor­gie et d’Azer­baïd­jan sont ar­ri­vées dans le bourg et ont em­mé­na­gé dans des lo­caux mis à dis­po­si­tion par le bailleur pu­blic Loire ha­ bi­tat. La se­maine pro­chaine, une fa­mille al­gé­rienne de­vrait être ins­tal­lée dans les lo­caux de Bâ­tir et lo­ger.

Au­de­là des consi­dé­ra­tions idéo­lo­giques, De­nis Ta­main in­voque aus­si l’ar­gu­ment dé­mo­gra­phique. « On a des offres d’em­ploi à Noi­ré­table » in­siste­t­il. Par exemple, chez Os­sa­bois à Saint­Ju­lien­la­Vêtre, une com­mune voi­sine, vingt à trente em­plois ne trouvent pas pre­neurs. Le pre­mier ma­gis­trat es­père que l’en­tre­prise qui fa­brique des bâ­ti­ments en os­sa­ture bois em­ploie­ra une par­tie de ces nou­veaux ha­bi­tants. Car, pour le maire, l’ac­cueil des fa­milles ré­fu­giées c’est aus­si « rendre ser­vice au territoire » en per­met­tant la re­dy­na­mi­sa­tion de son éco­no­mie.

Un nou­vel es­poir pour l’école du village

De même, quatre en­fants is­sus de ces fa­milles se­ront sco­la­ri­sés à l’école pri­maire de Noi­ré­table, et deux autres en­fants de ré­fu­giés de­vraient ar­ri­ver pro­chai­ne­ment. Une au­baine pour le maire qui a dû se ré­soudre à fer­mer une des cinq classes de son école en mars der­nier. Si 95 en­fants sont dé­jà ins­crits pour la ren­trée, il es­père voir l’ar­ri­vée de cinq autres pour at­teindre l’ob­jec­tif de cent élèves qu’il s’est fixé, et en­ta­mer des pour­par­lers avec l’aca­dé­mie. Les pro­jets de lo­ge­ment pri­vés ayant été aban­don­nés, le maire es­père du nou­veau du cô­té des bailleurs pu­blics pour ac­cueillir en­core une, voire deux fa­milles de ré­fu­giés.

« Ils ne veulent pas faire de ghet­to, c’est nor­mal mais ils pour­raient faire un pe­tit ef­fort » es­time De­nis Ta­main, bien dé­ci­dé à exer­cer sa so­li­da­ri­té. ■

INS­TAL­LA­TION. Trois des quatre fa­milles sont dé­jà ar­ri­vées dans la com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.