De la fan­fare à l’or­chestre sym­pho­nique

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Pays D'astrée Vie Locale - Isa­belle Tixier

La fan­fare de Boën est fon­dée en 1884 avant que les an­nées de guerres ne dé­ciment ses ef­fec­tifs. Elle reste tou­te­fois ac­tive, au len­de­main de la Se­conde Guerre mon­diale, grâce à la vo­lon­té fa­rouche de quelques mu­si­ciens comme Georges Mour­le­vat, Re­né Ga­ret, Mau­rice Cha­pon, Louis Jar­niac et Charles de Par­ny, leur chef.

Une union avec la Lyre mont­bri­son­naise

Leur ef­fec­tif ré­duit les dé­cide, vers 1950, à s’unir avec la fan­fare de Montbrison tout en res­tant in­dé­pen­dant, avant que qua­torze mu­si­ciens ne ren­forcent la Lyre mont­bri­son­naise, dans les an­nées 80.

Suite aux dé­cès des plus âgés et aux dé­parts des plus jeunes pour rai­sons pro­fes­sion­nelles ou pour leurs études, seul le bu­reau de la fan­fare de Boën sur­vit. Ch­ris­tian Agüe­ra, der­nier cla­ri­net­tiste, est élu pré­sident en sep­tembre 1995, bien dé­ci­dé à sor­tir la so­cié­té mu­si­cale de son sommeil et à la faire re­naître de ces cendres avec l’aide de quelques autres mu­si­ciens.

Une nou­velle ère à par­tir de 1996

Il est pla­cé sous la di­rec­tion d’Ai­mé Pré­vost et Ch­ris­tian Bur­lin­chon en 1996. Re­bap­ti­sée Or­chestre d’har­mo­nie de Boën en 2002, avant de de­ve­nir l’or­chestre de Boën­sur­Li­gnon au­jourd’hui, la so­cié­té com­mence une nou­velle ère. Cla­risse Mar­tin, jeune saxo­pho­niste is­sue des rangs de l’or­chestre, en as­sure la di­rec­tion de 2003 à 2009, avant de pas­ ser la main à Jean­Louis Pon­tus pour deux ans.

L’or­chestre in­tègre des cordes (cinq vio­lons et trois vio­lon­celles) en 2010, par­mi la ving­taine de mu­si­ciens (bois, cuivre, cla­viers et per­cus­sions).

Bernard Faucher se voit confier la ba­guette pen­dant cinq ans avant que Serge De­bièvre, cla­ri­net­tiste et chef de l’har­mo­nie de Saint­Étienne, lui suc­cède en 2016.

Re­cherche de nou­veaux mu­si­ciens

L’or­chestre est à la re­cherche de nou­veaux mu­si­ciens d’ins­tru­ments à vent, cors d’har­mo­nie, trom­bones et bas­sons. Il ac­cepte éga­le­ment des mu­si­ciens ayant un ni­veau de deuxième cycle no­tam­ment ceux des cordes, vio­lons, vio­lon­celles et cla­ri­nettes.

Les ré­pé­ti­tions se dé­roulent tous les sa­me­dis de 14 h 30 à 16 heures dans une salle mise à dis­po­si­tion gra­cieu­se­ment par Loire Fo­rez ag­glo­mé­ra­tion. L’am­biance y est convi­viale. L’or­chestre joue des mu­siques de films, du clas­sique, de la va­rié­té, du jazz. Pour le concert de Noël, des mor­ceaux de cir­cons­tance sont in­ter­pré­tés avec la cho­rale de l’école de mu­sique du pays d’As­trée. L’or­chestre de Boën est le seul or­chestre sym­pho­nique ama­teur de la plaine du Fo­rez à comp­ter des cordes, des bois, des vents et des per­cus­sions

Les ré­pé­ti­tions re­pren­dront sa­me­di 8 sep­tembre. ■ è Contact. Ren­sei­gne­ments au­près du pré­sident Ch­ris­tian Agüe­ra au 04.77.24.25.04.

1925. L’an­cienne fan­fare boën­naise, fon­dée en 1884 et re­lan­cée en 1996, est au­jourd’hui un or­chestre sym­pho­nique ama­teur unique dans le Fo­rez.

CONCERT. L’or­chestre donne ré­gu­liè­re­ment des concerts dans l’église comme ce­lui de Noël.

DANS LES AN­NÉES 2000. L’or­chestre mo­bi­li­sé pour la fête de la Saint Jean.

NARDARI MAXIMILLIEN. Le plus jeune trom­pet­tiste de l’or­chestre (9 ans et de­mi) en 2011.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.