Choi­sis­sez et cou­pez votre sa­pin

Ve­nez choi­sir ou com­man­der votre sa­pin de Noël dans une so­cié­té d’ex­ploi­ta­tion fo­res­tière

Le Pays Roannais (Tarare) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­[email protected]­tre­france.com ➡ Contacts et ren­sei­gne­ments. Sur In­ter­net (sa­pins­de­bois­guillaume.com), par cour­rier élec­tro­nique à l’adresse sui­vante, sarl.sa­pins­de­bois­guillaume.com, ou par té­lé­phone en ap­pe­lant au 09.53.27.07.54

Les Sa­pins de bois Guillaume, ex­ploi­ta­tion fa­mi­liale an­ces­trale, or­ga­nisent des jour­nées portes ou­vertes au cours des trois pre­miers week­ends de dé­cembre.

Les par­ti­cu­liers peuvent ve­nir, en fa­mille, sé­lec­tion­ner et cou­per eux­mêmes l’arbre qui trô­ne­ra dans leur foyer du­rant les fêtes de fin d’an­née.

À par­tir de ce wee­kend, les Sa­pins de bois Guillaume pro­posent à leurs clients de ve­nir choi­sir et cou­per eux­mêmes leur sa­pin de Noël dans le parc du châ­teau de Ronno, dans les Monts du Beau­jo­lais, à la li­mite entre Rhône et Loire.

La neige n’est pas an­non­cée ce week­end à Ronno mais les fes­ti­vi­tés de Noël, elles, vont dé­bu­ter, même sans les flo­cons. Dès ce samedi et du­rant les deux congés de fin de se­maine sui­vants (les 8 et 9 et 15 et 16 dé­cembre), les Sa­pins de bois Guillaume ouvrent les portes de leur do­maine aux per­sonnes dé­si­reuses de ve­nir choi­sir le sa­pin qui va trô­ner dans leur sa­lon, leur sé­jour ou leur en­trée jus­qu’à dé­but de l’an­née pro­chaine. Pen­sez sim­ple­ment à prendre des bottes en ca­ou­tchouc, Ju­liette Geof­fray et Bryan Be­louze ain­si qu’Étienne de Saint­Vic­tor s’oc­cupent du reste. Ac­cueil cha­leu­reux (avec crêpes, cho­co­lat ou vin chaud of­ferts), conseils pré­cieux et scie four­nie. Les clients peuvent même faire un tour en voi­ture à che­val, gra­tuit lui aus­si. Pour les flo­cons en re­vanche…

Du tra­vail pour six à huit sai­son­niers

C’est la cin­quième an­née que les Sa­pins de bois Guillaume ex­pé­ri­mentent ce prin­cipe de jour­nées portes ou­vertes as­sor­ties du choix an­nuel du co­ni­fère qui prend tra­di­tion­nel­le­ment place dans tous les foyers. Et ça marche puisque la fré­quen­ta­tion a tou­jours pro­gres­sé. La clien­tèle est avant tout fa­mi­liale. « Dans la très grande ma­jo­ri­té des cas, ce sont évi­dem­ment les en­fants qui choi­sissent le sa­pin », s’amuse Ju­liette, com­blée par « les étoiles dans leurs yeux ».

Pour Jean­Fran­cois de Va­rennes Bis­suel de Saint­Vic­tor, di­ri­geant de la so­cié­té d’ex­ploi­ta­tion fo­res­tière qui les em­ploie, elle et son com­pa­gnon, tech­ni­cien fo­res­tier, cette vente aux par­ti­cu­liers est un plus qu’il faut dé­ve­lop­per. À rai­son de 7.000 à 10.000 arbres ven­dus en l’es­pa­ ce de trois se­maines, le chiffre d’af­faires a lar­ge­ment dé­pas­sé le stade sym­bo­lique pour une so­cié­té qui coupe près de 20.000 sa­pins, ven­dus aus­si bien à des pro­fes­sion­nels (gros­sistes de la ré­gion lyon­naise es­sen­tiel­le­ment) ou des col­lec­ti­vi­tés (comme les deux sa­pins de 12 m de haut qui ont été éri­gés par la Ville de Vé­nis­sieux) qu’à des par­ti­cu­liers, chaque an­née. De quoi as­su­rer du tra­vail pour six à huit sai­son­niers en plus de deux per­ma­nents. Sans ou­blier les quatre che­vaux de trait qui font vé­ri­ta­ble­ment par­tie de l’équipe.

Si les Sa­pins de bois Guillaume, en­tre­prise fa­mi­liale sise à Ronno, dans les Monts du Beau­jo­lais, cultivent dif­fé­rentes es­pèces (épi­céa, pi­cea pun­gens, abies no­bi­lis…, pre­nez le temps de dis­cu­ter du su­jet avec Bryan, un pas­sion­né), le plus de­man­dé est le Nord­mann de 150 à 200 cm, ven­du 50 €. Les pre­miers arbres sont ac­ces­sibles dès 20 €.

Une for­mule drive inau­gu­rée cette an­née

Ju­liette, Bryan et Étienne in­sistent sur la fraî­cheur et la qua­li­té de leurs pro­duits. « Les sa­pins, culti­vés sans au­cun pro­duit phy­to­sa­ni­taire, ni désher­bant, ni pro­duit chi­mique, dans un contexte d’agri­cul­ture rai­son­née avec plus de sa­pins plan­tés que cou­pés, sont cou­pés à la com­mande. Ils tien­dront toute la sai­son, sans pro­blème », as­surent les trois com­pères. Ju­liette se sou­vient même du sa­pin que sa tante a conser­vé jus­qu’en avril grâce à des gla­çons pla­cés tous les soirs, dans son pot.

Au­cun pro­duit phy­to­sa­ni­taire, au­cun désher­bant, ou pro­duit chi­mique

Tout l’at­trait de l’offre des Sa­pins de bois Guillaume tient dans la pres­ta­tion com­plète qui va de la ba­lade dans les sa­pi­nières au sa­pin ti­ré jus­qu’au coffre de la voi­ture par les che­vaux de trait en pas­sant, évi­dem­ment, par le choix de l’arbre mais les clients peuvent aus­si se conten­ter, s’ils le dé­si­rent, de pas­ser com­mande sur le site In­ter­net de la so­cié­té. En­suite, deux so­lu­tions se pré­sentent : soit la li­vrai­son à 3,99 € dans un col­lège de Vaise, en ban­lieue lyon­naise, soit la prise en charge via une for­mule ar­rive di­rec­te­ment au châ­teau, à Ronno, avec un ren­dez­vous pris en ligne (et as­sor­ti d’une ré­duc­tion de 10 % et d’un sup­port of­fert).

Si cette offre sai­son­nière conti­nue à sé­duire, les Sa­pins de bois Guillaume ré­flé­chi­ront à la meilleure ma­nière de ré­cu­pé­rer les sa­pins, après les fêtes. ■

SA­PINS DE BOIS GUILLAUME. L’ex­ploi­ta­tion fa­mi­liale cultive 35 hec­tares de sa­pi­nières à Ronno.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.