Sai­son­niers, un tra­vail es­sen­tiel pour l’agri­cul­ture lo­cale

Les em­ployeurs peinent à re­cru­ter

Le Petit Journal - Catalan - - LA UNE -

Le phé­no­mène tou­chait dé­jà les mé­tiers de la res­tau­ra­tion mais dans l’agri­cul­ture et la vi­ti­cul­ture aus­si, les ré­coltes de pêches et pommes tout comme les ven­danges sont au­tant de ren­dez-vous où le re­cru­teur peine à trou­ver une maind’oeuvre flexible.

Pour re­cru­ter, les em­ployeurs jouent la carte du bouche-à-oreille en re­lan­çant les sai­son­niers fi­dèles, sus­cep­tibles d’em­bar­quer leurs amis. Ils ac­tivent aus­si les ré­seaux so­ciaux et, bien évi­dem­ment Pôle em­ploi mais le vi­vier, par­fois, ne suf­fit pas. Sans comp­ter que les étu­diants, can­di­dats spon­ta­nés au­tre­fois, se font plus rares, le ca­len­drier de leur ren­trée ayant été avan­cé.

L’image des mé­tiers de ser­veur, cui­si­nier, com­mis de cui­sine, plon­geur, ou­vrier agri­cole ou ven­dan­geur n’est pas tou­jours des plus po­si­tives. La pé­ni­bi­li­té du tra­vail, la sta­tion de­bout, l’am­pli­tude des ho­raires et les sa­laires pro­po­sés (le Smic à 9,90 € de l’heure as­sor­ti de 10 % de congés payés) par­ti­cipent au peu d’en­goue­ment gé­né­ré.

Les em­ployeurs et les pou­voirs pu­blics tentent de mettre en place des so­lu­tions.

Les po­li­tiques s’en mêlent, ain­si en Cha­rente-Ma­ri­time, Do­mi­nique Bus­se­reau va pro­po­ser à son as­sem­blée dé­par­te­men­tale d’adop­ter une ré­so­lu­tion dé­jà en place dans le Bas-Rhin ou dans l’Aube : per­mettre, à des al­lo­ca­taires du RSA, le cu­mul du re­ve­nu so­li­daire avec le sa­laire d’un contrat sai­son­nier.

Mais l’un des pre­miers re­mèdes au manque de can­di­dats ré­side dans la pé­ren­ni­sa­tion de l’em­ploi… Ce qui pour­rait pa­raître an­ti­no­mique avec le mot « sai­son­nier ». Dans les faits un sai­son­nier peuvent avoir un contrat le plus long pos­sible, en pas­sant d’une pro­prié­té à une autre. D’au­tant qu’il y a du tra­vail toute l’an­née, ce­la ne se li­mite pas juste à la cueillette. Mais pour ce­la il faut des gens for­més et les ré­sul­tats sont mi­ti­gés. Chaque an­née les pro­prié­taires perdent la moi­tié des CDI si­gnés: «On les a for­més et ils partent ailleurs». Le tur­no­ver est une com­po­sante de l’en­tre­prise au­jourd’hui .

Dans les Py­ré­nées-Orien­tales, à Per­pi­gnan, une cen­taine d'agri­cul­teurs ont ins­tal­lé un bar­rage fil­trant au péage de l'au­to­route A9, avec dis­tri­bu­tion de tracts et de pro­duits lo­caux aux au­to­mo­bi­listes. Ils ont en­suite contrô­lé des ca­mions de fruits ve­nant d'Es­pagne, ren­ver­sé des re­morques de fruits et mis le feu à des pneus sur le rond point d'ac­cès à une pla­te­forme lo­gis­tique qui est l'un des prin­ci­paux sites d'im­por­ta­tions de fruits et lé­gumes en France et en Eu­rope. Se­lon la FNSEA, la ré­forme va af­fec­ter 930.000 contrats de tra­vail sai­son­nier en France, et aug­men­ter de 189 eu­ros le coût par sa­la­rié sai­son­nier et par mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.