POUR­QUOI CAS­TEX?

Le Pré­sident de la Ré­pu­blique a pen­sé à lui…

Le Petit Journal - Catalan - - La Une -

Dans le cadre du re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel, de nom­breux noms cir­cu­laient pour rem­pla­cer M. Col­lomb, an­cien mi­nistre de l'In­té­rieur dé­mis­sion­naire. On pour­rait ci­ter ra­pi­de­ment ; Ch­ris­tophe Cas­ta­ner, Jean-Yves Le Drian, Gé­rald Dar­ma­nin ou Fran­çois Mo­lins, la di­rec­trice de la PJ Mi­reille Bal­les­traz­zi... Et no­tam­ment, le maire de Prades, Jean Cas­tex, Ca­ta­lan de coeur, mais ori­gi­naire d'un pe­tit vil­lage du Gers. Pour­quoi, ce haut fonc­tion­naire qui a ser­vi Ni­co­las Sar­ko­zy à l'Ély­sée est-il sor­ti du cha­peau d'Em­ma­nuel Ma­cron ?

Cer­tains vous di­rons tout de go; en rai­son ses grandes qua­li­tés per­son­nelles. En ef­fet, le par­cours de l'élu est exem­plaire. Pe­tit-fils de Marc Cas­tex, maire de VicFe­zen­sac de 1971 à 1991, Jean est di­plô­mé de l'IEP de Pa­ris et an­cien élève de l'ENA. Il de­vient conseiller ré­fé­ren­daire puis conseiller­maître à la Cour des comptes pour oc­cu­per par la suite les postes de se­cré­taire gé­né­ral de la pré­fec­ture du Vau­cluse et pré­sident de la Chambre ré­gio­nale des comptes d'Al­sace. Il pour­suit sa car­rière pro­fes­sion­nelle en ac­cé­dant aux postes de di­rec­teur de l’hos­pi­ta­li­sa­tion et de l’or­ga­ni­sa­tion des soins au mi­nis­tère des So­li­da­ri­tés et de la Co­hé­sion so­ciale. Pen­dant deux ans, il se­ra le di­rec­teur de ca­bi­net de Xa­vier Ber­trand au mi­nis­tère de la San­té, puis au mi­nis­tère du Tra­vail jus­qu'en 2008.

En mars, il est élu maire UMP de Prades et de­vient deux ans plus tard; conseiller ré­gio­nal du Lan­gue­docRous­sillon après avoir me­né la liste UMP-NC de Ray­mond Couderc dans les Py­ré­nées-Orien­tales. En no­vembre 2010, il rem­place Ray­mond Sou­bie au poste de conseiller aux af­faires so­ciales au­près de Ni­co­las Sar­ko­zy, ac­cède au poste de se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de l'Ély­sée. Fonc­tion qu'il oc­cu­pe­ra jus­qu'à la fin du man­dat du pré­sident Sar­ko­zy. Can­di­dat dans la 3e cir­cons­crip­tion des Py­ré­nées-Orien­tales, il est bat­tu par la can­di­date PS Sé­go­lène Neu­ville lors des élec­tions lé­gis­la­tives de 2012.

En­suite il sou­tient la can­di­da­ture de Fran­çois Fillon pour la pré­si­dence de l'UMP au congrès d'au­tomne 2012 face à Co­pé.

À l'oc­ca­sion des élec­tions mu­ni­ci­pales de mars 2014, il est ré­élu maire de Prades dès le pre­mier tour, avec 70,19 % des suf­frages. En mars 2015, il de­vient Conseiller dé­par­te­men­tal du can­ton des Py­ré­nées ca­ta­lanes en tan­dem avec Hé­lène Jo­sende. En sep­tembre 2017 il est nom­mé dé­lé­gué in­ter­mi­nis­té­riel aux Jeux olym­piques et pa­ra­lym­piques de 2024 à Pa­ris. Le 24 jan­vier der­nier, il est en outre nom­mé dé­lé­gué in­ter­mi­nis­té­riel aux grands évé­ne­ments spor­tifs.

IL FAL­LAIT PRENDRE TRÈS AU SÉ­RIEUX CETTE ÉVEN­TUA­LI­TÉ...

... de de­ve­nir mi­nistre de l'In­té­rieur. Outre l'ar­ticle très do­cu­men­té du Jour­nal du Di­manche, cer­tains signes ne trompent pas. Son en­tou­rage lais­sait en­tendre qu'il n'avait pas par­ti­ci­pé à la ses­sion du Con­seil dé­par­te­men­tal de lun­di. En ef­fet, il par­tait pré­ci­pi­tam­ment pour la ca­pi­tale dans la ma­ti­née... Le pro­fil de Jean Cas­tex cor­res­pond tout à fait à ce que re­cherche Em­ma­nuel Ma­cron avec une par­faite connais­sance des rouages de l'Etat. L'élu des Py­ré­nées Orien- tales, connait-il le Pré­sident de la Ré­pu­blique ? Oui, ils se sont croi­sés en 2012 quand ce der­nier se ren­dait à l'Ely­sée à l'oc­ca­sion de l'élec­tion de Fran­çois Hol­lande. Jean Cas­tex, alors conseiller pour les ques­tions so­ciales et se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de l'Ély­sée, lui lais­se­ra sa place.

Ce grand ser­vi­teur de l'Etat est ré­pu­té pour sa dis­cré­tion, son ef­fi­ca­ci­té et do­té d'une grande in­tel­li­gence, d'ailleurs sa­lué par Fré­dé­ric Mit­ter­rand lors de son pas­sage sur un pla­teau té­lé­vi­sé lun­di soir. Du cô­té de sa fa­mille po­li­tique Va­lé­rie Pé­cresse confir­mait que ce se­rait un bon choix ou en­core l'ap­pui de Fran­çois Liet­ta à un ni­veau plus lo­cal, res­pon­sable des Ré­pu­bli­cains sur le dé­par­te­ment. Sur place, on y croyait ferme jus­qu'à la der­nière se­conde.

L’été n’a pas été fo­li­chon sous les cieux tou­ris­tiques de la côte rous­sillon­naise. Certes, la sai­son n’est pas tout à fait finie mais sep­tembre a ré­ser­vé de belles et chaudes sur­prises.

Pour rem­pla­cer Gé­rard Col­lomb, ont été ci­tés les noms du pro­cu­reur de Pa­ris Fran­çois Mo­lins - vi­sage connu des Fran­çais de­puis les at­ten­tats de 2015 -, de la di­rec­trice de la PJ Mi­reille Bal­les­traz­zi, de Jean Cas­tex, un haut fonc­tion­naire qui a ser­vi Ni­co­las Sar­ko­zy à l'Ély­sée, ou de l'an­cien pa­tron de la po­lice na­tio­nale Fré­dé­ric Pé­che­nard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.