Les fo­rêts ne sont pas épar­gnées par le grand gi­bier

Dé­gâts de gi­bier

Le Petit Journal - Catalan - - La Une -

Face au fléau des dé­gâts cau­sés par le grand gi­bier dans les fo­rêts, les fo­res­tiers ne sont pas trop ai­dés. Con­trai­re­ment aux dé­gâts agri­coles, les dé­gâts fo­res­tiers ne sont en ef­fet pas in­dem­ni­sés.

Le pro­blème, c’est la dif­fi­cul­té à éva­luer et quan­ti­fier la va­leur des si­nistres dans les mas­sifs fo­res­tiers. Car c’est bien là que le bât blesse. S’il est re­la­ti­ve­ment ai­sé de chif­frer en eu­ros les dé­gra­da­tions cau­sées par les ani­maux dans les plan­ta­tions pri­vées, c’est en re­vanche net­te­ment plus com­pli­qué, voire im­pos­sible, de le faire dans les grandes fo­rêts.

Pour­tant , tous sont una­nimes. La pres­sion du gi­bier dans les es­paces boi­sés est de plus en plus forte de­puis quelques an­nées. Et les consé­quences à long terme ne sont pas né­gli­geables.

Dans ces en­droits, la consom­ma­tion ex­ces­sive de glands, de jeunes pousses et le re­tour­ne­ment des sols nuisent for­te­ment à la ré­gé­né­ra­tion na­tu­relle de la fo­rêt. Un vé­ri­table pro­blème pour la pé­ren­ni­sa­tion des mas­sifs fo­res­tiers.

LES CERVIDÉS DANS LE VI­SEUR DES FO­RES­TIERS

Prin­ci­paux res­pon­sables des dé­gâts cau­sés dans les bois, les cervidés.

Si les san­gliers se rendent éga­le­ment cou­pables de nom­breux re­tour­ne­ments de ter­rains, les cerfs et les che­vreuils causent da­van­tage de maux à la fo­rêt en brou­tant les jeunes pousses ou écor­çant les arbres. Ils raf­folent par­ti­cu­liè­re­ment de ces jeunes ar­bustes dont le tronc est plus tendre.

Face à ce pro­blème, les fo­res­tiers manquent cruel­le­ment de so­lu­tions. Et les rares qui existent sont très coû­teuses.

On en­toure leurs plants avec un fi­let, on clô­turent cer­taines par­celles en­tières mais tout ce­ci im­plique des coûts supplémentaires.

À long terme, l’unique moyen de pé­ren­ni­ser nos bois reste en­core de mieux ré­gu­ler les po­pu­la­tions de cervidés et de san­gliers. Il faut que les plans de chasse soient dé­sor­mais adap­tés au nombre d’ani­maux.

Néan­moins, cer­tains fo­res­tiers, éga­le­ment chas­seurs le reste du temps, se sa­tis­font de la pré­sence de nom­breux ani­maux sur leur ter­ri­toire. Le di­lemme est alors de trou­ver le juste mi­lieu entre plai­sir de la chasse et pré­ser­va­tion des fo­rêts.

Bête noire des au­to­mo­bi­listes, le che­vreuil l’est aus­si dans les fo­rêts

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.