La dé­fense des ani­maux de ferme re­ven­di­quée par des as­so­cia­tions mo­dé­rées

Le Petit Journal - du Tarn-et-Garonne - - FAITS&GESTES -

Les condi­tions d'éle­vage et d'abat­tage des ani­maux de ferme ont été ré­cem­ment vio­lem­ment at­ta­quées par des mou­ve­ments an­ti­viande, mais des as­so­cia­tions plus mo­dé­rées s'in­vitent dé­sor­mais dans le dé­bat pour ob­te­nir une viande pro­duite dans le res­pect du bien-être ani­mal.

"Les phé­no­mènes an­ti­spé­cistes qui par­courent la France sont des actes de vio­lence que je dé­nonce avec la plus grande fer­me­té", a dé­cla­ré jeu­di le mi­nistre de l'agri­cul­ture, Sté­phane Tra­vert.

Le mi­nistre ré­agis­sait à la mul­ti­pli­ca­tion d'actes de van­da­lisme sur des bou­che­ries et com­merces de bouche ta­gués de re­ven­di­ca­tions an­ti­spé­cistes par des ac­ti­vistes op­po­sés à toute hié­rar­chie entre les es­pèces, et qui prônent une ali­men­ta­tion vé­gé­ta­lienne. L'in­cen­die cri­mi­nel d'un abat­toir dans l'ain fin sep­tembre a ra­vi­vé l'in­quié­tude de la fi­lière viande.

L'as­so­cia­tion L214 avait com­men­cé à por­ter le dé­bat sur la vio­lence aux ani­maux d'éle­vage en dif­fu­sant des images choc tour­nées en ca­chette dans des éle­vages ou abat­toirs, et en or­ga­ni­sant des cam­pagnes contre l'ex­ploi­ta­tion ani­male.

Mais, "il ne faut pas que le dé­bat soit confis­qué dans un duel entre sys­tème in­dus­triel et ve­ga­nisme car alors on met en pé­ril la mi­no­ri­té de vé­ri­tables éle­veurs qui se battent pour que leurs ani­maux puissent ex­pri­mer leurs com­por­te­ments na­tu­rels et aient une fin digne", es­time Ade­line Tre­gouët, ré­dac­trice en chef dé­lé­guée du hors sé­rie bien-être ani­mal de l'as­so­cia­tion 60 mil­lions de consom­ma­teurs, sor­ti jeu­di, qui dé­crit les pra­tiques d'éle­vage in­dus­trielles au­to­ri­sées de nos jours.

Elec­tro­choc

Le but de cette pu­bli­ca­tion "c'est qu'il y ait un élec­tro­choc par­mi l'opi­nion pu­blique. Le consom­ma­teur a beau­coup de pou­voir, il peut pri­vi­lé­gier cer­tains pro­duits plu­tôt que d'autres", mais pour ce­la il faut qu'il soit in­for­mé de la "di­cho­to­mie entre sys­tème in­dus­triel et l'éle­vage", ex­plique-t-elle.

"Ça a dé­jà com­men­cé à bou­ger sous les coups de bou­toir des ac­ti­vistes abo­li­tion­nistes, mais on ne peut pas ré­duire la pro­blé­ma­tique à ça quand 98% de la po­pu­la­tion fran­çaise est om­ni­vore", ajoute Mme Tre­gouët.

Pour Jo­ce­lyne Por­cher, di­rec­trice de re­cherche à l'ins­ti­tut na­tio­nal de la re­cherche agro­no­mique (In­ra), le hors­sé­rie de 60 mil­lions de consom­ma­teurs "dé­crit l'éle­vage tel qu'il est de­puis l'après guerre".

Il n'y a rien de nou­veau mais "c'est bien de l'ex­pli­quer au consom­ma­teur pour qu'il voie à quoi il par­ti­cipe", sans "le pla­cer de­vant l'al­ter­na­tive: ou on col­la­bore à une vio­lence ignoble, ou on ne mange plus de viande", ajoute t-elle.

Car pour elle, il y a une autre so­lu­tion : "dé­fendre l'éle­vage et sou­te­nir les éle­veurs car ils sont dans une si­tua­tion fra­gile".

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.