L'IN­QUIÉ­TUDE DES MAIRES

Tarn-et-ga­ronne. Ren­contre avec Fran­cis La­bruyère

Le Petit Journal - du Tarn-et-Garonne - - LA UNE -

Chaque an­née, ce ras­sem­ble­ment est un mo­ment fort dans la vie lo­cale. Plus de quatre cent cin­quante élus...

Chaque an­née, ce ras­sem­ble­ment est un mo­ment fort dans la vie lo­cale. Plus de quatre cent cin­quante élus se­ront réunis au­tour de leur pré­sident et de nom­breuses per­son­na­li­tés in­vi­tées à Mont­bar­tier; Pierre Bes­nard, pré­fet de Tarn-et Ga­ronne, Chris­tian As­truc, pré­sident du Conseil dé­par­te­men­tal, Le co­lo­nel Ronde à la di­rec­tion du grou­pe­ment de gen­dar­me­rie ... A no­ter, la pré­sence du pre­mier ma­gis­trat de Ca­hors, Jean-marc Vays­souze-faure, vice-pré­sident des maires de France et pré­sident de l’as­so­cia­tion qui re­groupe les élus d’oc­ci­ta­nie. Il de­vrait s’ex­pri­mer sur le thème des com­munes dans l’in­ter­com­mu­na­li­té. Un su­jet sen­sible où l’in­ter­com­mu­na­li­té doit res­ter un ou­til et la com­mune maître de sa ges­tion, in­dique Fran­cis La­bruyère qui sur la ques­tion du cli­mat ac­tuel entre les col­lec­ti­vi­tés et le gou­ver­ne­ment ré­agit en par­lant d’une vé­ri­table ten­sion. Les su­jets de fric­tions ne manquent pas.

...afin de re­mettre en pers­pec­tive ces dif­fé­rents en­jeux. Rap­pe­lons-nous du congrès des maires de France en no­vembre 2017 où Em­ma­nuel Ma­cron pen­dant son in­ter­ven­tion, mal­gré quelques mou­ve­ments d’hu­meur dans l’as­sem­blée, avait ten­té de ras­su­rer. En pre­mier lieu, il pro­met­tait une re­fonte de la fis­ca­li­té lo­cale et ga­ran­tis­sait l’au­to­no­mie fis­cale dans le cadre d’une ré­forme bud­gé­taire à l’ho­ri­zon 2020. Puis, il as­su­rait qu’il ne tou­che­rait pas au fa­meux mille-feuille ter­ri­to­rial et confir­mait que l’etat ne cher­che­rait pas à for­cer les re­grou­pe­ments de com­munes ni aux chan­ge­ments dans les in­ter­com­mu­na­li­tés et as­su­rait aux élus de leur lais­ser les moyens d’in­no­ver. Puis, en fin d’in­ter­ven­tion, il ras­su­rait les maires gé­rant des com­munes de moins de 3500 ha­bi­tants en ex­pli­quant qu’ils ne se­raient pas concer­nés par la li­mi­ta­tion du cu­mul des man­dats dans le temps.

...Un pre­mier su­jet et pas des moindres concerne le main­tien de la do­ta­tion : «Cer­taines com­munes vont mal­gré tout connaître des baisses. Je vais prendre l’exemple de l’agence de l’eau. Les re­cettes per­mettent une va­riable d’ajus­te­ment. Concer­nant ces re­cettes, l’etat pré­lève au-des­sus d’un cer­tain seuil. En 2018 dans le Tarn-et-ga­ronne, on fait le constat que beau­coup de ré­seaux vont de­voir être re­nou­ve­lés et les col­lec­ti­vi­tés ne pour­ront pas faire face... Nous par­ve­nons à des pé­riodes de vieillis­se­ment des ins­tal­la­tions et des tra­vaux vont être né­ces­saires.», ex­plique Fran­cis La­bruyère. Puis, d’évo­quer un se­cond su­jet sur la dé­ma­té­ria­li­sa­tion consis­tant à sup­pri­mer les sup­ports pa­pier. «Avec la RGPD, on se re­trouve face à un pro­blème de pro­tec­tion des don­nées... Cette charge de­vrait-être mu­tua­li­sée pour fa­ci­li­ter la mise en fonc­tion.» ..., le pré­sident des maires re­con­naît que l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale : «...nous a ap­por­té son sou­tien et de nom­breux con­seils. Nous sommes d’ailleurs en si­mu­la­tion de­puis le dé­but du mois d’oc­tobre, afin de vé­ri­fier que tout se passe bien. Mais, pour chaque ré­forme, on nous de­mande de four­nir des ef­forts sup­plé­men­taires...» Quant à la sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion : «...c’est un vé­ri­table sou­ci col­lec­tif. Nous sommes très inquiets sur la mé­thode de com­pen­sa­tion. Ils nous pro­posent un dé­grè­ve­ment, mais pas un sys­tème dy­na­mique. On peut dire que les choses se­ront fi­gées.»

..., c’est que nous ne sommes pas suf­fi­sam­ment écou­tés, alors que l’élu de base connaît bien les pro­blèmes de ses ad­mi­nis­trés. L’in­quié­tude gé­né­rale est pré­sente et se re­trouve dans l’en­semble des as­so­cia­tions des maires. Je sou­haite conclure sur un su­jet im­por­tant et qui se­ra abor­dé sa­me­di à l’as­sem­blée : la baisse des em­plois ai­dés, une vé­ri­table né­ces­si­té pour les com­munes. Le nou­veau dis­po­si­tif est de­ve­nu plus com­plexe à gé­rer.»

Fran­cis La­bruyère.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.