Des ate­liers sé­cu­ri­té avec les ly­céens

Le Petit Journal - du Tarn-et-Garonne - - LA UNE -

Gen­dar­me­rie. Le co­lo­nel Ronde sa­tis­fait dé­clare: "Ils ont pu voir que le mé­tier de gen­darme ce n'est pas juste ce­lui qui ver­ba­lise au bord de la route."

Dans le cadre des ren­contres de la sé­cu­ri­té in­té­rieure, le grou­pe­ment de gen­dar­me­rie du Tarn et Ga­ronne in­ter­ve­nait ce mer­cre­di 10 oc­tobre à Mon­tech. Le co­lo­nel Ronde et plu­sieurs gen­darmes des dif­fé­rentes uni­tés étaient pré­sents au Ly­cée Olympe de Gouges. Le chef d’éta­blis­se­ment mon­sieur Sou­la avait dé­ga­gé la ma­ti­née et ré­par­tit les classes dans un rou­le­ment per­met­tant la dé­cou­verte des 7 ate­liers. Sé­cu­ri­té routière, bri­gade cy­no­phile, po­lice ju­di­ciaire, pré­ven­tion al­cool et stu­pé­fiants, cy­be­rhar­cè­le­ment et les nou­velles tech­no­lo­gies, or­ga­ni­sa­tion et vie d’une gen­dar­me­rie et bien-sur re­cru­te­ment, au­tant de thème que de fa­cette d’un mé­tier exi­geant.

Les élèves ont été lar­ge­ment sen­si­bi­li­sés sur des points clés qui les concernent dé­jà comme le cy­be­rhar­cè­le­ment. «Sur in­ter­net c’est plus fa­cile que le har­cè­le­ment face-à-face. Ont est à l’abris der­rière l’or­di alors que quand on a la per­sonne en face...» com­prend un élève. Le mi­li­taire sou­ligne:»quand vous har­ce­lez quel­qu’un et qu’il est pré­sent vous voyez sa ré­ac­tion, vous sen­tez plus fa­ci­le­ment quand ar­rê­ter. Avec les ré­seaux so­ciaux, com­ment sa­voir s’il n’est pas dé­jà au fond du sac. Vous ne pre­nez pas conscience de com­ment il per­çoit votre at­taque.»

Chaque pôle son lot d’éton­ne­ment, de fas­ci­na­tion et de ques­tion: les chiens mi­li­taires ne sont pas dro­gués, les mi­li­taires ne peuvent pas ef­fa­cer une pho­to du ra­dar «hi­bou» , le casque d’in­ter­ven­tion de la bri­gade mo­bile est très lourd, et on voit réel­le­ment moins bien sous l’ef­fet de l’al­cool et de stu­pé­fiants! Un dis­court claire tour­né vers leur quo­ti­dien et ça marche. Le chef d’éta­blis­se­ment sa­tis­fait dé­clare «Les élève ont po­sés des ques­tions per­ti­nentes. Ce­la laisse pré­sa­ger que les mes­sages de pré­ven­tions ont bien at­teints leurs ob­jec­tifs. Le dis­cours pé­da­go­gique et dy­na­mique des in­ter­ve­nants parle aux éle­vés.»

Le co­lo­nel Ronde sa­tis­fait dé­clare: «Ils ont pu voir que le mé­tier de gen­darme ce n’est pas juste ce­lui qui ver­ba­lise au bord de la route.»

On voit bien, très bien, et loin dans les ju­melles.

Com­ment de­ve­nir gen­darme? L’as­pi­rant Ri­vière vous dit tout. In­con­vé­nients comme avan­tages, en toute trans­pa­rence, gen­darme c’est un beau mé­tier qui offre beau­coup de pos­si­bi­li­tés.

Le co­lo­nel Ronde et le pro­vi­seur mon­sieur Sou­la échangent sur le dé­rou­le­ment de la ma­ti­née. Ils sont sa­tis­faits des échanges entre les mi­li­taires et les élèves.

Pré­lè­ve­ments de sang, de sa­live, de sperme, tout ce qui peut conte­nir de L’ADN voi­ci com­ment ils font...

La vie de gen­darme c’est pas une vie or­di­naire. La gen­dar­me­rie c’est une «fa­mille». Les mi­li­taires sou­lignent l’im­por­tance de leur en­ga­ge­ment et ce­lui de leur proches au quo­ti­dien.

Le mi­li­taire et son chien fas­cinent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.