On ne peut plus les ar­rê­ter : l’ava­lanche jaune

Le Petit Journal - du Tarn-et-Garonne - - LE POINT FORT -

Que ce soit dans le Tar­net-ga­ronne avec une ma­ni­fes­ta­tion pré­vue à Mon­tau­ban ou sur l’en­semble du pays; trois se­maines après la pre­mière grande mo­bi­li­sa­tion contre la hausse de la taxe des car­bu­rants, les au­to­ri­tés se pré­parent au pire et craignent une nou­velle flam­bée de vio­lences pour “l’acte IV” du mou­ve­ment des “gi­lets jaunes”.

Au­jourd’hui sa­me­di, un dis­po­si­tif ex­cep­tion­nel des membres des forces de l’ordre se­ra dé­ployé sur tout le ter­ri­toire pour ten­ter d’évi­ter les mêmes scènes d’émeutes que sa­me­di der­nier. Pour la pre­mière fois de­puis des dé­cen­nies, l’etat en­ga­ge­ra même des “VBRG”, ces vé­hi­cules blin­dés à roue de la gen­dar­me­rie, pour main­te­nir l’ordre face no­tam­ment à des grou­pus­cules d’ex­trême gauche et d’ex­trême droite dé­ter­mi­nés à en dé­coudre. Jeu­di, de nom­breuses per­son­na­li­tés ont mul­ti­plié les ap­pels au calme et à la res­pon­sa­bi­li­té, re­layés dé­sor­mais par la plu­part des par­tis d’op­po­si­tion, les syn­di­cats et même les évêques.”il faut sau­ver la Ré­pu­blique. Elle est au­jourd’hui me­na­cée”, s’alarme-t-on dans les plus hautes sphères. Plu­sieurs res­pon­sables font état de “re­mon­tées in­quié­tantes”. Des élus et leurs fa­milles ont été in­ti­mi­dés. Des proches col­la­bo­ra­teurs du pré­sident ont re­çu des me­naces de mort jusque sur leur té­lé­phone. “Si je ne me fais pas cas­ser la gueule d’ici la fin du man­dat, je consi­dère que j’au­rai de la chance. Je me dis que ça va ar­ri­ver, dans ce cli­mat violent, d’hys­té­ri­sas­sions”, dit une dé­pu­tée LREM. Une des re­pré­sen­tantes du mou­ve­ment pré­vient: les “gi­lets jaunes, on ne peut plus les ar­rê­ter”. L’aban­don de l’aug­men­ta­tion de la taxe car­bone sur les car­bu­rants en 2019, semble n’avoir eu au­cun ef­fet. Sur tous les bar­rages, les ap­pels à la dé­mis­sion fusent. Sa visite éclair dans la se­maine à la pré­fec­ture du Puy-en-ve­lay, in­cen­diée sa­me­di, s’est ache­vée dans un flot d’in­sultes et de me­naces. Sur les ré­seaux so­ciaux, les mots d’ordre évoquent un ren­ver­se­ment des ins­ti­tu­tions: “dis­so­lu­tion de l’as­sem­blée na­tio­nale. L’exé­cu­tif craint une al­liance entre ul­tra­droite, ul­tra­gauche, “gi­lets jaunes” les plus re­mon­tés et jeunes de ban­lieue, dont cer­tains se sont li­vrés à des pillages sa­me­di der­nier. On re­doute aus­si une ex­ten­sion à d’autres sec­teurs, no­tam­ment les agri­cul­teurs, les trans­por­teurs routiers et l’édu­ca­tion où la si­tua­tion est très ten­due.plus de 700 ly­céens ont ain­si été in­ter­pel­lés par les forces de l’ordre jeu­di lors de la qua­trième jour­née de mo­bi­li­sa­tion ly­céenne, mar­quée une nou­velle fois par des in­ci­dents et des vio­lences.

Mon­tau­ban. Les gi­lets jaunes au rond point d’aus­sonne ces der­niers jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.