En­trez dans vos rêves...

Le Petit Journal - L'hebdo du Lot-et-Garonne - - AGEN -

Le vernissage de l’exposition de Ju­liette Ar­ma­gnac, in­ti­tu­lée « l’Ate­lier des Songes » s’est dé­rou­lé, sa­me­di ma­tin, au Mu­sée des Beaux-Arts, sur un oreiller de dou­ceur, ber­cé par le concert-per­for­mance des­rê­vel­hat de Fran­çois Du­meaux.

Pour­quoi a-t-on peur lorsque l’on va se cou­cher ? On s re­trouve seul, sans sa­voir ce qui nous at­tend vrai­ment... « La fron­tière entre ima­gi­naire et réa­li­té ne m’a ja­mais quit­té » avoue Ju­liette qui est par­ve­nue, très vite à ima­gi­ner des so­lu­tions à des rêves qui po­saient pro­blèmes comme le fait d’in­vi­ter les en­fants à se confec­tion­ner une pe­tite veilleuse phos­pho­res­cente avec des pe­tites sil­houettes de pa­pier. La jeune femme re­trou­ve­ra un car­net au sein du­quel sa ma­man avait no­té les rêves de sa fille de 7 à 9 ans. « Quand j’étais pe­tite, je rê­vais en mar­ron ; au­jourd’hui, je rêve en cou­leur [...] Me sou­ve­nir de mes rêves me per­met de me per­fec­tion­ner dans ma ma­nière de rê­ver » as­sure-t-elle. C’est en 2016 que Ju­liette com­men­ce­ra à dis­cu­ter de l’exposition avec Stéphanie Waldt, com­mis­saire de l’exposition, di­rec­trice au­jourd’hui du Théâtre Du­cour­neau. L’ar­tiste est en­trée en ré­si­dence au mu­sée en jan­vier mais c’est en juillet-août qu’elle dé­mar­re­ra la construc­tion de l’exposition. Son pre­mier ob­jec­tif ? « Que l’exposition soit in­ter­ac­tive. Ce qui m’a pris beau­coup de temps, c’est la confron­ta­tion avec la ma­tière » mais Ju­liette, en bonne per­fec­tion­niste, ne lâche rien et se donne à fond, s’im­pro­vi­sant même me­nui­sière, grâce au sou­tien ap­por­té par l’association Le Creu­set . « La mai­son en bois a été réa­li­sée là-bas. L’association m’a ap­por­té un sou­tien lo­gis­tique mais au fi­nal, c’est moi qui l’ai créé» !

« L’ate­lier des songes » se pré­sente comme une sé­rie d’ins­tal­la­tions, d’ob­jets et d’illus­tra­tions in­ter­ro­geant l’ex­pé­rience du som­meil ou du rêve. Qu’est-ce qui peut être in­quié­tant ou ras­su­rant ? A la tom­bée de la nuit, la per­cep­tion des choses se re­trouve al­té­rée par le manque de lu­mi­no­si­té, lais­sant la place aux fan­tasmes nais­sant lorsque les ombres gagnent du ter­rain et lorsque les sons troublent notre re­pos. Ai­dé par le car­net du Rê­vo­naute, l’en­fant et ses pa­rents peuvent dé­am­bu­ler par­mi les ins­tal­la­tions en sui­vant un parcours dé­cli­né en plu­sieurs es­paces. A la tom­bée de la nuit (pre­mier es­pace), il faut ap­pri­voi­ser les ombres en lais­sant son ima­gi­naire va­ga­bon­der, mettre en place des ri­tuels pour se ras­su­rer comme se faire ra­con­ter une his­toire, dor­mir avec dou­dou, vé­ri­fier sous le lit qu’au­cun monstre ne s’y terre, su­cer son pouce... Al­ler se cou­cher c’est se confron­ter à la so­li­tude mais aus­si s’aban­don­ner aux rêves et se lais­ser trans­por­ter au pays de l’ima­gi­naire... En­trez dans les mondes des rêves... (es­pace 2) et vi­si­ter la Mai­son monde. Ou­vrez ses portes et ses fe­nêtres don­nant sur 20 mondes-ma­quettes à vi­si­ter. Douze pho­to­mon­tages nu­mé­riques où Ju­liette devient l’hé­roïne, per­mettent de por­ter un re­gard dif­fé­rent sur ce qui nous en­toure au quo­ti­dien. Un pe­tit au­to­mate s’en­gage dans une course sans fin pour échap­per à un dan­ger ou à son rêve, re­cou­vrer son che­min... Un mo­bile géant per­met de dé­cou­vrir les choses sous une pers­pec­tive nou­velle. Des ka­ké­mo­nos géants ra­content les rêves de Ju­liette. Dans l’es­pace des cau­che­mars, des monstres-masques sus­pen­dus peuvent être ma­ni­pu­lés. Cha­cun re­pré­sente une émo­tion : la co­lère, l’éton­ne­ment, le calme et la bien­veillance. Deux ka­ké­mo­nos géants en­traînent les vi­si­teurs au coeur des rêves sombres de Ju­liette...

Dans « Le maître des rêves » (es­pace 4), les vi­si­teurs pour­ront par­ta­ger leurs im­pres­sions ou, pour­quoi pas, ra­con­ter l’un de leur rêve ! Cette exposition est aus­si l’oc­ca­sion de rendre hommage au tra­vail de Fran­çoisXa­vier La­lanne, « pa­pa » du Mi­no­taure, dont cer­taines gra­vures dia­loguent avec les oeuvres de Ju­liette...Ju­liette va tra­vailler seule avec des classes pour la pro­chaine Nuit Eu­ro­péenne des Mu­sées et sor­ti­ra une mal­lette pé­da­go­gique, en sep­tembre pro­chain, qui ac­com­pa­gne­ra l’exposition qui de­vien­dra iti­né­rante. « Les rêves sont les clés pour sor­tir de nous­mêmes »* pour être libres lorsque nous re­joi­gnons Mor­phée et par­tons vi­si­ter le pays de tous les pos­sibles...

In­for­ma­tions pra­tiques

Les vi­si­teurs, tous réunis salle des Apo­thi­caires pour les dis­cours et le concert-per­for­mance de Fran­çois Du­meaux.

Al­lo­cu­tion de Lau­rence Maïo­roff, ad­jointe à la culture avec, de droite à gauche : Ju­liette Ar­ma­gnac, Adrien En­fe­daque et Stéphanie Waldt.

Ju­liette Ar­ma­gnac de­vant sa « mai­son monde » !

Fran­çois Du­meaux aux ma­nettes de son concert-per­for­mance in­ti­tu­lé «des­rê­vel­hat».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.